vous êtes invités à débattre mais venez en personne – EURACTIV.fr

vous êtes invités à débattre mais venez en personne – EURACTIV.fr

12 mai 2020 0 Par Village FSE

Le président du Parlement européen, David Sassoli, a salué la volonté du gouvernement hongrois de présenter son point de vue lors d'un débat sur la loi controversée sur les coronavirus de Budapest, mais a déclaré que le Premier ministre Viktor Orbán devrait personnellement venir à Bruxelles et participer aux discussions jeudi 14 mai.

« Permettez-moi de dire que je considère positif qu'à une occasion aussi importante, les députés européens puissent également écouter la voix du gouvernement hongrois et je l'encourage », a écrit Sassoli dans une lettre datée du 12 mai.

«Néanmoins, selon la pratique établie pour ce type de débats, le niveau de participation approprié est celui du chef de l'État ou du gouvernement.»

Le ministre hongrois de la Justice, Judit Varga, a écrit lundi 11 mai une lettre demandant la possibilité de participer au débat et de présenter la position de la Hongrie.

Plus tôt dans la journée, Varga s'est plaint: «Wchapeau est la différence entre un débat et lynchage? La démocratie, Traitement égal, procédure régulière. « 

«J'ai redemandé de me donner la parole au nom du gouvernement depuis mon rejet hier », a ajouté le ministre.

Le débat, où la Commission européenne et le Conseil devraient présenter une déclaration sur l'impact de la législation d'urgence sur l'état de droit et les droits fondamentaux en Hongrie, était initialement prévu mercredi après-midi.

Cependant, il a été reporté à 9 heures le lendemain « pour mieux équilibrer la charge de travail de la plénière », a déclaré un porte-parole du Parlement à EURACTIV.

Sassoli a également informé Orbán qu ' »aucune participation à distance n'est possible à la Chambre pendant la période de session de mai à Bruxelles, en dépit des circonstances exceptionnelles actuelles », à la lumière d'une récente décision de l'institution de planification des affaires et de la législation du Parlement.

Le Parlement a adopté le mois dernier une résolution qui décrivait la loi du gouvernement hongrois sur les coronavirus d’urgence comme «totalement incompatible avec les valeurs européennes».

La loi a élargi les pouvoirs du gouvernement hongrois, permettant aux décrets d’urgence de rester en vigueur jusqu’à nouvel ordre. Il a également érigé en infraction la diffusion d'informations erronées susceptibles de nuire à l'efficacité des mesures de défense contre la pandémie et l'a rendu passible d'un à cinq ans d'emprisonnement.

(Édité par Zoran Radosavljevic)