Une fuite de radiations inquiète les pays nordiques et les pays baltes qui regardent la Russie – EURACTIV.fr

Une fuite de radiations inquiète les pays nordiques et les pays baltes qui regardent la Russie – EURACTIV.fr

30 juin 2020 0 Par Village FSE

The Capitals vous apporte les dernières nouvelles de toute l'Europe, grâce à des reportages sur le terrain par le réseau médiatique d'EURACTIV. Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

Avant de commencer à lire l'édition d'aujourd'hui des Capitals, n'hésitez pas à consulter l'article « Maduro donne à l'ambassadeur de l'UE 72 heures pour quitter le Venezuela »

Nous souhaitons vous rappeler que tout le monde chez EURACTIV souhaite continuer à fournir un contenu de qualité supérieure couvrant l'UE de manière claire et impartiale, malgré le fait qu'il soit fortement touché par la crise actuelle. Comme nous, à EURACTIV, croyons fermement que nos lecteurs ne devraient pas avoir à accéder au contenu via un mur payant, nous vous demandons d'envisager d'apporter une contribution et merci à tous ceux qui l'ont déjà fait. Si vous souhaitez faire un don unique ou récurrent, il vous suffit de suivre ce lien.


Dans les nouvelles d'aujourd'hui des Capitales:

HELSINKI. Des niveaux accrus d'isotopes radioactifs de cobalt, de ruthénium et de césium dans l'atmosphère ont été enregistrés au cours de la semaine, a rapporté vendredi 26 juin l'Autorité finlandaise de radioprotection et de sûreté nucléaire (STUK). Peu après, des résultats similaires ont été enregistrés en Suède et en Norvège.

Pekka Vänttinen d'EURACTIV a les détails.

///

BERLIN

Verrouillage étendu. Hier (29 juin), le Premier ministre de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Armin Laschet, a annoncé une prolongation d'une semaine des restrictions à Gütersloh, l'un des quartiers mis en lock-out la semaine dernière à la suite d'une épidémie massive dans une usine de conditionnement de viande. L'autre district concerné verra ses restrictions expirer aujourd'hui. À Gütersloh, il y a eu 112,6 nouvelles infections à coronavirus pour 100 000 au cours des sept derniers jours, ce qui est bien au-dessus de la limite supérieure de 50 pour 100 000, a déclaré l'Institut Robert Koch.

Pendant ce temps, le Le Bundestag et le Bundesrat sont parvenus à un accord sur le plan de relance du gouvernement d'un milliard d'euros, qui comprend des réductions de TVA et un bonus de 300 € pour chaque enfant. Les mesures entreront en vigueur mercredi 1er juillet. (Sarah Lawton | EURACTIV.de)

Lisez aussi: « Souveraineté et solidarité »: les plans de l'Allemagne pour la politique étrangère de l'UE

///

PARIS

Fermeture de la centrale de Fessenheim. Après 43 ans d'activité, la plus ancienne centrale nucléaire de France a été définitivement arrêtée hier soir (29 juin) et sera démantelée de 2025 à au moins 2040. Alors que sa sûreté a été déclarée «très satisfaisante» en 2018 par la sûreté nucléaire indépendante française En dépit de son risque sismique, l'ancien président français François Hollande a promis de le faire cesser. La promesse de Hollande a finalement été réalisée par son successeur, Emmanuel Macron, dont l'objectif est de réduire la part nucléaire de la France dans la production d'électricité à 50% d'ici 2035. (Anne Damiani | EURACTIV.fr)

Lire aussi: Merkel et Macron font preuve d'unité avant le sommet de l'UE

BRUXELLES

Le Conseil de l'Europe critique les inégalités salariales. La Belgique viole deux articles de la Charte sociale européenne en ne garantissant pas la transparence des salaires, ce qui est décisif pour un salaire égal pour un travail de valeur égale entre les sexes, l'organe du Conseil de l'Europe responsable de la mise en œuvre de la charte a indiqué dans un rapport d'évaluation la situation dans 15 pays européens.

Bien qu'une loi de 2012 pour lutter contre l'écart de rémunération entre les femmes et les hommes ait accru la visibilité de cet écart et se soit avérée utile pour le réduire, le principe de la transparence des salaires n'est pas inscrit dans le droit belge et, selon les constatations, la Belgique n'a pas encore adopté la mesures nécessaires pour incorporer une recommandation de la Commission européenne sur cette question en 2014. (Alexandra Brzozowski, EURACTIV.com)

///

LONDRES

Le Royaume-Uni fixe la date limite de septembre. Le Royaume-Uni a désigné septembre comme date limite pour convenir d'un nouvel accord commercial avec l'UE après que les négociateurs eurent tenu leurs premières réunions en face à face depuis le début de la pandémie de coronavirus.

Michel Barnier et son homologue britannique David Frost se sont rencontrés lundi 29 juin à Bruxelles, marquant le début de leurs premiers cycles de négociations en personne alors que les deux parties cherchent à intensifier le rythme des pourparlers. Lisez l'histoire complète.

///

VIENNE

Le ministre autrichien de la Santé «s’inquiète» des nouveaux clusters COVID-19. En Autriche, tLe nombre de personnes ayant un cas actif confirmé de COVID-19 est passé à plus de 600 lundi (29 juin), ce qui est un nouveau record pour juin. Il est probable que le nombre de cas a augmenté de 124 entre vendredi et lundi en raison de nouveaux clusters qui se sont formés en Haute-Autriche et à Salzbourg.

« Les récentes flambées locales m'inquiètent », a déclaré le ministre de la Santé, Rudolf Anschober (Verts), au portail de diffusion publique orf.at. Il y a une « diminution de la sensibilisation aux risques parmi le public », a-t-il ajouté. (Philipp Grüll | EURACTIV.de)


LE SUD DE L'EUROPE

MADRID

L'Espagne fermera la moitié de ses centrales au charbon. L'Espagne devrait devenir un pays sans charbon en un temps record car toutes ses centrales thermiques au charbon commenceront à fermer mardi, un an et demi après la fermeture des mines de charbon, qui est devenue non rentable sans injections d’aides d’État. En savoir plus sur El País.

///

ROME

Nouvelle soirée «Italexit». L'ancien sénateur du Mouvement cinq étoiles Gianluigi Paragone a déclaré à Bloomberg dans une interview qu'il allait lancer un nouveau parti à la mi-juillet dans le but de retirer l'Italie de l'UE. « L'UE et l'euro ont été imposés d'en haut (…) Ils ont nui à l'économie réelle, aux familles et aux travailleurs et aux petites et moyennes entreprises », a-t-il déclaré.

2,5 milliards d'euros d'ici septembre pour aider à la réouverture des écoles. La ministre italienne de l'Éducation publique, Lucia Azzolina, a confirmé lundi 29 juin que 2,5 milliards d'euros étaient disponibles pour aider à la réouverture des écoles en septembre.

« Nous avons 1,5 milliard d'euros provenant du » décret de relance « et un milliard supplémentaire provenant des fonds inutilisés du programme opérationnel national du ministère de l'éducation publique », a confirmé Azzolina dans une interview. Alessandro Follis d'EURACTIV Italie regarde de plus près.

///

ATHÈNES

Le gouvernement restreint les manifestations. Le parti d'opposition Syriza a vivement réagi à un projet de loi visant à restreindre les manifestations. En particulier, le projet de loi prévoit un an de prison pour ceux qui participent à un rassemblement interdit par la police et deux ans pour ceux qui manifestent et commettent des actes de violence, ainsi que des sanctions civiles contre les organisateurs qui seront responsables de réparer les dommages potentiels.

«En Grèce, la dernière fois qu'il y a eu une loi sur les rassemblements et les marches, c'était pendant la junte en 1971.
Une loi qui est restée morte tout au long de la période postérieure à la junte, mais qui est maintenant en train d'être réactivée par le gouvernement de Mitsotakis », a déclaré le législateur de Syriza, Giannis Ragkousis. (Sarantis Michalopoulos)


VISEGRAD

BUDAPEST

Le HCR est préoccupé par les demandeurs d'asile. L’agence des Nations Unies pour les réfugiés a appelé le gouvernement hongrois à retirer une loi qui refoulerait les demandeurs d’asile arrivant à la frontière de la Hongrie et leur a ordonné de déclarer leur intention de demander l’asile à une ambassade hongroise désignée.

Le HCR a déclaré qu'une telle pratique peut exposer les demandeurs d'asile au risque de refoulement et a exhorté le gouvernement à revoir son système d'asile pour le mettre en conformité avec le droit international des réfugiés et des droits de l'homme, ainsi qu'avec le droit de l'UE. (Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com)

///

PRAGUE

La résolution du Parlement contre le Premier ministre viole la présomption d'innocence. Selon le gouvernement tchèque, la résolution du Parlement européen attaquant le Premier ministre tchèque Andrej Babiš à la poursuite de son implication dans l'exécution du budget de l'UE tout en contrôlant la holding agrochimique Agrofert viole la présomption d'innocence.

Le gouvernement affirme que la résolution prévoit les résultats des procédures d’audit en cours de l’UE menées par la Commission sur le conflit d’intérêts de Babiš.

pendant ce temps, 304 nouveaux cas de COVID-19 ont été détectés dimanche 28 juin en République tchèque, lequel est le plus grand nombre de nouveaux cas quotidiens signalés depuis le 8 avril.

Le ministre de la Santé, Adam Vojtěch, a rassuré les citoyens sur le fait qu'il ne s'agit pas d'une deuxième vague de coronavirus mais du résultat de tests massifs dans la région charbonnière de Karviná où des centaines de mineurs ont été infectés. Des mesures restrictives ne resteront donc en place que dans la région, tandis que le reste du pays poursuivra sa trajectoire de «retour à la normale». (Aneta Zachová | EURACTIV.cz)

///

BRATISLAVA

Le complice du meurtre de Berlin avait un visa Schengen slovaque. le Le consulat slovaque à Saint-Pétersbourg a délivré un visa Schengen à entrées multiples au complice de l'assassinat de Berlin Tiergarten en 2019 un ancien rebelle tchétchène d'origine géorgienne, site d'enquête Bellingcat rapporté. Jusqu'à présent, le ministère des Affaires étrangères de la Slovaquie n'a pas encore expliqué comment il était possible d'accorder les visas étant donné que, selon Bellingcat, toutes les informations contenues dans sa demande de visa étaient fausses.

Alors que le meurtrier présumé est actuellement en détention alors que les procureurs fédéraux allemands sont persuadés que le meurtre a été ordonné par les autorités russes, le complice s'est enfui en Russie.

Dans d'autres nouvelles, l'ancien président Andrej Kiska a annoncé qu'il ne se présenterait pas à la présidence de son parti (Pour le peuple) qui fait actuellement partie de la coalition quadripartite au pouvoir lors du congrès prévu en août et avait déjà annoncé qu'il quitterait la politique après les élections de février pour des raisons de santé. « Ma santé ne me permet pas de rester actif en politique », a écrit Kiska sur Facebook vendredi 26 juin.

Pendant ce temps, le nouveau parti lancé par l'ancien Premier ministre Peter Pellegrini après sa rupture avec Smer-SD (Direction-démocratie sociale) porte un nom. Il sera appelé Voice-Social Democracy. (Zuzana Gabrižová | EURACTIV.sk)


NOUVELLES DES BALKANS

BUCAREST

Détente retardée. Un nouveau cycle de restrictions qui devait être levé le 1er juillet restera en place car le nombre de cas de COVID-19 a augmenté au cours des dernières semaines.En outre, les autorités ont annoncé que de nouvelles restrictions pourraient être introduites si de nouvelles flambées apparaissent dans les zones touristiques. comme la vallée de Prahova dans les Carpates ou la côte de la mer Noire.

Lundi (29 juin), le nombre de nouveaux cas quotidiens de COVID-19 a augmenté de 269 après que ce chiffre ait atteint un sommet de deux mois la semaine dernière. Depuis le début de la pandémie, la Roumanie a enregistré un total de 26 500 cas de coronavirus et 1 634 décès.

Pour rester au courant de la situation du COVID-19 en Roumanie, cliquez ici.

Dans d'autres nouvelles, les partis politiques de droite du pays devraient désigner des candidats communs pour les élections des maires de district de Bucarest, a déclaré le Premier ministre et chef du Parti national libéral (PNL) Ludovic Orban. La capitale de la Roumanie est divisée en six districts, chacun ayant son propre maire. Les six maires actuels, dont la maire de Bucarest, Gabriela Firea, sont issus du PSD.

Cependant, alors que le PNL de centre-droit (PPE) et l'Alliance USR-PLUS (RE) ont parlé de soutenir un candidat unique aux élections locales, les discussions n'étaient pas encore parvenues à une conclusion. EURACTIV Roumanie Bogdan Neagu en a plus.

///

ZAGREB

« Tout ce qui était possible a été réalisé ». La première présidence croate de l'UE, qui prend fin mardi 30 juin, ne s'est pas déroulée comme prévu en raison de la pandémie, mais tout ce qui a été possible a été réalisé compte tenu des circonstances, a déclaré le Premier ministre Andrej Plenković lundi 29 juin. Karla Juničić, la Croatie d'EURACTIV, rapporte Zagreb.

Dans d'autres nouvelles, La Croatie est dans la phase finale de son entrée sur le Programme d'exemption de visa américain et les priorités de la politique étrangère n'ont pas été suspendues malgré la pandémie de COVID-19, a déclaré le ministre de l'Intérieur Davor Božinović. L’ambassadeur américain Robert Kohorst a déclaré que l’entrée de la Croatie, prévue pour la fin de cette année, pourrait être reportée de quelques mois en raison de la crise sanitaire. (Karla Juničić, EURACTIV.hr)

///

LJUBLJANA

Des travailleurs de l'aéroport de Slovénie manifestent contre les licenciements. TLe syndicat Rade Aerodrom Ljubljana prépare jeudi un rassemblement de protestation contre les licenciements annoncés, selon le site Internet 24UR signalé. «L'entreprise, qui a régulièrement réalisé plusieurs millions de bénéfices ces dernières années – plus de 20 millions d'euros rien qu'au cours des deux dernières années – a presque immédiatement commencé à licencier des employés en raison des problèmes causés par l'épidémie», a déclaré le syndicat. a écrit. Lire la suite.

Dans d'autres nouvelles, La Slovénie sera forcée de radier la Croatie de la liste des pays sans couronne, a déclaré un porte-parole du gouvernement. «Il est probable que demain la Croatie dépassera la valeur cumulée requise de dix personnes infectées pour 100 000 en 14 jours. La Slovénie a fixé des critères élevés ici et aucun pays qui ne répond pas aux critères ne peut figurer sur la liste verte », a-t-il ajouté. (Zoran Radosavljević | EURACTIV.com)

///

BELGRADE

La Serbie signale une augmentation du nombre de nouveaux cas et approuve des mesures plus strictes. Alors que 242 nouveaux cas COVID-19 ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures en Serbie etpas plus de quatre personnes sont décédées de la maladie, 36 patients continuent d'être sous respirateurs, a fait savoir le ministère de la Santé lundi 29 juin.

En raison de la hausse des nouveaux cas, les masques seront rendus obligatoires dans les transports publics et dans tous les lieux publics fermés et les personnes visitant les centres commerciaux, les cafés, les restaurants, les discothèques, les salons de beauté, les gymnases et les lieux similaires doivent toujours porter des masques, la crise nationale L'équipe de lutte contre la pandémie a décidé lundi. « Étant donné les variations de la situation épidémiologique à travers la Serbie, l'équipe de crise approuvera progressivement les mesures dans les villes individuelles et elles peuvent être renforcées à tout moment si elles ne sont pas respectées ou s'avèrent inefficaces », a déclaré l'équipe de crise dans un communiqué.

Dans d'autres nouvelles, 210 étudiants inscrits à l'université de Belgrade, dont un quart vivaient dans des dortoirs étudiants, ont été infectés par le virus, le DLa directrice de l'Institut de Belgrade pour les soins de santé aux étudiants, Marija Obradovic, a déclaré lundi 29 juin. Reportage d'EURACTIV Serbie depuis Belgrade.

Pendant ce temps, le Le Conseil national bosniaque a averti lundi 29 juin que le système de santé de la ville de Novi Pazar, dans le nord-ouest de la région de Sandžak, en position dominante bosniaque, était en crise en raison de l'augmentation du nombre de nouveaux cas de COVID-19 qui a incité les autorités à envoyer immédiatement du personnel médical et du matériel à l'hôpital de la ville. EURACTIV Serbie approfondit.

De plus, te processus d'élargissement de l'UE dans les Balkans occidentaux reprendra après que l'Allemagne aura pris la présidence tournante de la Croatie malgré les circonstances extraordinaires causées par la pandémie, ont déclaré les participants à une conférence en ligne sur la présidence de l'UE hier (29 juin). Cependant, la dynamique des négociations dépendra principalement des réformes de l'état de droit, ont-ils ajouté. Lire la suite.

***

(Sous la direction de Sarantis Michalopoulos, Daniel Eck, Sam Morgan)