Une énigme réglementaire dans l'économie des plateformes, affaire C-390/18 Airbnb Ireland – European Law Blog

Une énigme réglementaire dans l'économie des plateformes, affaire C-390/18 Airbnb Ireland – European Law Blog

12 février 2020 0 Par Village FSE

Peu après les arrêts Uber (C- 434/15 Uber et C-320/16 Uber France) Airbnb a été mis à l'honneur en tant que prochain fauteur de troubles de l'économie du partage. La plateforme étant accusée de creuser les centres-villes européens et de faire une concurrence déloyale aux hôtels, la question de savoir si ses services devaient être considérés comme un «service de la société de l'information» (SSI) au titre de la directive 2000/31 n'était qu'une question de temps. au tribunal. Célèbre français juge d'instruction Renaud Van Ruymbeke y est parvenu et la Cour de justice des Communautés européennes a rendu son arrêt (C-390/18) dans les derniers jours de 2019.

Suite à une plainte du Association pour un hébergement et un tourisme professionnel (AHTOP) qu'Airbnb agissait en tant qu'agence immobilière sans licence, violant une loi de 1970 connue sous le nom de loi Hoguet, le parquet de Paris avait émis un acte d'accusation pour le traitement des fonds ainsi que la médiation et la gestion des biens immobiliers par une personne non en possession d'une licence professionnelle.

Bien qu'il ne soit pas clair avant les arrêts Uber si Uber pouvait bénéficier de la libre prestation des services, il n'a jamais été contesté qu'Airbnb le pouvait. La question était plutôt de savoir si le service fourni par Airbnb relevait du champ d'application matériel de la directive 2000/31 ou de celui de la directive 2006/123. Bien que les deux directives prévoient que les exigences nationales ne peuvent restreindre la libre prestation des services d'un opérateur économique établi dans un autre État membre que si les conditions détaillées sont remplies, il existe des différences importantes entre leurs dispositions. La directive 2006/123 ne contient aucun équivalent aux articles 12 à 15 de la directive 2000/31 concernant la responsabilité des prestataires de services intermédiaires. Ceux qui peuvent se prévaloir des dispositions de la directive 2000/31 bénéficient d'une plus grande liberté de prestation de services. En effet, ils ne sauraient être tenus responsables des informations stockées ou transmises, sous réserve que certaines conditions soient remplies, et ne devraient pas être soumis à une obligation générale de contrôle de ces informations.

La détermination de la nature exacte du service fourni par Airbnb et de la portée précise de l'article 3, paragraphe 4, de la directive 2000/31 était donc cruciale tant pour les entreprises du marché de l'économie de partage que pour les États membres. Cela vaut particulièrement la peine d'être examiné, car la nouvelle Commission cherche à réviser la directive 2000/31 et à renforcer le principe du pays d'origine pour les entreprises numériques.

Jugement

Première question

La première question posée à la Cour est de savoir si le service fourni par Airbnb doit être qualifié d'ISS au titre de la directive 2000/31. La Cour indique que le service remplit les quatre conditions cumulatives prévues à l'article 1er, paragraphe 1, sous b), de la directive 2015/1535 («tout service normalement fourni contre rémunération, à distance, par voie électronique et à la demande individuelle d'un destinataire des services ») et constitue donc, en principe, une SSI (par. 42 à 49). Toutefois, s’appuyant sur l’arrêt Uber, la Cour ajoute que cela ne peut pas être le cas s’il apparaît que le service fait partie intégrante d’un service global dont la composante principale est un «service d’hébergement». La Cour démontre ensuite que ce n'est pas le cas. Son raisonnement peut être divisé en trois parties.

En premier lieu, la Cour donne trois raisons pour lesquelles le service fourni par Airbnb est indépendant du «service d'hébergement» fourni grâce à sa plateforme. À cet égard, il indique tout d'abord que la caractéristique essentielle de la plateforme électronique gérée par Airbnb est la création d'une liste d'hébergements disponibles, correspondant aux critères sélectionnés par les personnes à la recherche d'un hébergement de courte durée, ce qui facilite la conclusion de contrats. En raison de son importance, la Cour estime que ce service ne peut être considéré comme simplement accessoire à un «service d'hébergement» global, qui relèverait du champ d'application de la directive 2006/123 (points 53-54). Deuxièmement, la Cour affirme que le service proposé par Airbnb n'est nullement indispensable à la fourniture du service d'hébergement, étant donné que les clients et les hôtes disposent de nombreux autres canaux (par. 55). Troisièmement, il souligne qu'Airbnb ne fixe ni ne plafonne les montants des loyers facturés par les hôtes mais permet à ces derniers, tout au plus, d'estimer leur prix de location sur la base des moyennes du marché prises sur la plateforme, laissant la décision finale entre leurs mains (par. 56).

En deuxième lieu, la Cour explique pourquoi les autres services proposés par la plateforme ne remettent pas en cause cette constatation. La Cour se réfère au modèle proposé aux hôtes pour exposer le contenu de leur offre, au service de photographie optionnel, à l'outil de notation mis à la disposition des hôtes et des invités, à la perception des loyers au nom des hôtes, à la garantie contre les dommages et au civil assurance responsabilité civile (par. 59 à 63). Elle affirme que ces services sont de nature accessoire car ils ne constituent pas une fin en soi, mais plutôt un moyen d'améliorer le service fourni par Airbnb (par.58) et ne modifient pas substantiellement les caractéristiques spécifiques du service (par. .64).

En troisième lieu, la Cour s'oppose à l'application de la solution trouvée dans les affaires Uber, faisant valoir que les services offerts par Uber et Airbnb ne sont pas comparables. Selon la Cour, contrairement à Uber, Airbnb n'exerce aucune influence déterminante sur les services d'hébergement, car Airbnb ne contrôle ni le montant des loyers ni ne sélectionne les offres proposées sur sa plateforme (paragraphes 65 à 68).

Deuxième question

La seconde question posée à la Cour demande si l'article 3, paragraphe 4, de la directive 2000/31 permet aux particuliers de s'opposer à l'application de mesures nationales restreignant la libre prestation d'un SSI, lorsque ces mesures ne remplissent pas toutes les conditions posées par cette disposition .

La Cour indique que les États membres peuvent prendre des mesures dérogeant au principe de la libre prestation des services de la société de l'information, sous réserve de deux conditions cumulatives, notamment que l'État membre concerné a notifié la Commission et l'État membre sur le territoire duquel le prestataire de services la question est posée de son intention d'adopter les mesures restrictives concernées.

La Cour se concentre sur cette condition procédurale. Il précise que l'obligation de notification prévue à l'article 3, paragraphe 4, s'applique aux mesures adoptées avant l'entrée en vigueur de la directive (par. 87). Il étend ensuite à la directive 2000/31 la solution retenue dans son arrêt CIA Security International (C-194/94), en relation avec la directive 2015/1535, et sanctionne l'inapplicabilité des mesures non notifiées restreignant la liberté de fournir un SSI contre des particuliers, que ce soit dans une procédure pénale ou dans un litige entre particuliers (par. 88-98).

Commentaire

Première question

Bien que les auteurs soient d'accord avec la Cour sur le fait qu'Airbnb propose un ISS, ils estiment que l'arrêt est problématique pour trois raisons principales:

  • Le raisonnement suivi par la Cour, quoique clair, est parfois peu convaincant (i);
  • La Cour a raté l'occasion de fournir des orientations plus claires concernant le régime juridique applicable aux services de plate-forme (ii)
  • L'arrêt conduit à une libéralisation partielle des services qui entraîne des effets indésirables majeurs (iii).

Un jugement basé sur des hypothèses contestables

En premier lieu, la Cour avance quelques arguments fragiles et met de côté des aspects importants du service en cause.

Premièrement, les arguments qui permettent à la Cour de conclure que le service fourni par Airbnb constitue une SSI reposent sur des hypothèses hautement contestables. À cet égard, les faits selon lesquels Airbnb permet aux clients de choisir leur hébergement préféré sur une liste et que le service qu'il fournit ne sont en aucun cas indispensables à la fourniture de services d'hébergement ne devraient pas permettre à la Cour de conclure que cette SSI n'est pas simplement accessoire à un service global relevant d'une classification juridique différente. L'algorithme et l'application mobile conviviale d'Uber sont au moins aussi importants pour les consommateurs que la liste d'Airbnb et ne sont pas non plus indispensables à la fourniture d'un service hors ligne. Néanmoins, la Cour a déclaré qu'ils étaient simplement accessoires à un service global dans le domaine des transports. Il est également surprenant et quelque peu contradictoire que, plus loin dans l'arrêt, la Cour souligne que les services qui ne constituent pas une fin en soi soient de nature accessoire (par. 58). Il n'est guère discutable que l'accès à une fiche constitue une fin en soi pour les utilisateurs d'Airbnb. Par conséquent, le raisonnement de la Cour appliqué, par analogie, au service principal proposé par Airbnb devrait conduire à conclure que l'ISS en cause est de nature accessoire au service d'hébergement global.

Deuxièmement, la Cour rejette rapidement les arguments valables. Il n'hésite pas à écarter l'importance du système de notation des hôtes et invités disponibles sur la plateforme, bien que le fait qu'il «Font partie (s) du modèle de collaboration inhérent aux plates-formes d'intermédiation» n'empêche pas Airbnb de l'utiliser pour exercer, directement ou indirectement, une sorte d'influence sur les conditions de prestation des services d'hébergement. Comme l'avocat général Szpunar l'a souligné dans ses conclusions (point 30), grâce à ce système, Airbnb peut interdire temporairement ou définitivement à un hôte d'accéder à la plateforme. Là encore, il est difficile de comprendre pourquoi cette caractéristique n'aurait d’importance que dans les affaires Uber (C-434/15, par. 39; C-320/16, par. 21).

Une opportunité manquée

En second lieu, l’arrêt a gâché l’occasion de fournir des orientations plus claires concernant le régime juridique régissant les services des plateformes.

Premièrement, on peut regretter que la Cour n'ait pas suivi l'exemple de l'avocat général sur la hiérarchie entre les deux critères Uber (création d'un nouveau service par la plateforme et contrôle de ce service). (1) L'avocat général Szpunar avait suggéré que le critère relatif à la création d'une prestation de services ne constitue qu'une indication, contraire à l'influence déterminante exercée par le prestataire sur les conditions de prestation des services à contenu matériel, susceptible de rendre ces services indissociables du service qui ce fournisseur fournit par voie électronique (par. 61 à 68). La Cour ne semble pas reprendre l'idée et se réfère aux deux critères sans aucune mention de leur importance relative, laissant la question ouverte (voir par.55 concernant l'indispensabilité et par.56, 62 et 68 concernant l'influence déterminante).

Deuxièmement, à la suite des arrêts Uber et Airbnb, il semblerait que la réponse à la question de savoir si la plateforme exerce une influence décisive sur le service hors ligne dépend fortement de la mesure dans laquelle la plateforme est disposée à contrôler le prix du service . Comme le souligne à juste titre la Cour, Airbnb ne fixe ni ne plafonne les montants des loyers. Il est également évident, d'ailleurs, qu'Airbnb ne contrôle ni l'emplacement, ni la taille ni la disposition des propriétés. Cela pose cependant la question de la pertinence de ce critère. Comme cela a été très bien argumenté ailleurs, le service d'hébergement en jeu est beaucoup plus complexe que le service de transport fourni par Uber. Il implique un plus grand nombre de variables, qu'Airbnb aurait probablement du mal à déterminer. Ainsi, Airbnb n'aurait aucun intérêt à essayer de fixer les loyers. Le simple fait que les plates-formes fixent ou non les prix semble fortement discriminatoire sur la base du secteur économique du service hors ligne en cause. Il s'agit d'un modèle de réglementation plutôt étrange.

Les effets indésirables du jugement

En troisième lieu, des conséquences graves peuvent découler du présent arrêt. Premièrement, il laisse aux États membres des marges assez étroites pour réglementer ces services, sauf dans les domaines qui ne relèvent pas du domaine coordonné de la directive 2000/31 (la Cour traitera spécifiquement des obligations fiscales imposées à Airbnb dans l'affaire C-723 / en cours 19).

Deuxièmement, bien que le présent arrêt n'affecte pas la compétence des États membres pour imposer des obligations aux utilisateurs des plateformes, qui sera traitée par la Cour dans les affaires pendantes C-724/18 et C-727/18 à la lumière des dispositions de la directive 2006/123, il paralyse certainement l’application de ces obligations. Dans ses conclusions dans l'affaire Uber, l'avocat général Szpunar lui-même avait mis en garde contre une «Une libéralisation incomplète – ou tout simplement apparente – qui peut créer une insécurité juridique, engendrant des zones d'ombre et encourageant les infractions à la loi» (par. 66). Les articles 3, paragraphe 4, et 15 de la directive 2000/31 habiliteront les plateformes à s'opposer aux lois qui les obligent à communiquer des données aux autorités publiques, ce qui rendra la détection des infractions extrêmement difficile pour les autorités locales. Ce sera probablement au cœur d'une autre affaire judiciaire dans quelques mois.

Troisièmement, les auteurs soutiennent que la présente affaire incitera fortement les plateformes à essayer de se dissocier des services qu'elles offrent, ce qui semble éloigner davantage l'UE d'un cadre réglementaire optimal (voir également ici). Tout ce qui précède était également vrai pour Uber, donc même si la Cour était disposée à parvenir à une conclusion fondée sur l'opportunité politique, il semble qu'elle aurait dû parvenir à une conclusion similaire.

En tout état de cause, il convient de rappeler que les conséquences regrettables du présent arrêt sont principalement dues au caractère dépassé de la directive 2000/31. À cet égard, la loi sur les services numériques (DSA) que la nouvelle Commission propose sera cruciale pour créer un cadre réglementaire optimal qui trouvera un juste équilibre entre les enjeux des entreprises numériques et l'intérêt général. Le présent jugement préfigure un processus de négociation très difficile.

Deuxième question

Tout comme le CIA et Unilever arrêts, le présent arrêt peut conduire à une augmentation significative du nombre de notifications des États membres, ce qui devrait aider la Commission à préserver la compétence de l'État membre d'origine (point 95) et concentrer ses efforts de mise en œuvre sur les violations les plus importantes des Droit de l'UE (voir la communication de la Commission). Il s'agit d'une évolution bienvenue.

Cependant, le fait que la Cour ne mentionne pas la première condition de l'article 3, paragraphe 4, point b), et dit que les États membres devraient notifier général les mesures antérieures à l'entrée en vigueur de la directive 2000/31 laissent se demander si la notification ex post de telles mesures au titre de la seule directive 2000/31 sera suffisante pour éviter la sanction de l'inapplicabilité. Cela est d'autant plus crucial que, suite à l'arrêt, les champs d'application respectifs de la directive 2000/31 et de la directive 2015/1535 semblent se recouper.

Là encore, la Cour laisse de nombreuses questions en suspens et une clarification du cadre juridique applicable est souhaitable. Il y a certainement de grandes attentes pour le prochain DSA.

(1) Voir Hatzopoulos, Vassilis, «Le premier prix de position de la Cour en matière d’économie collaborative», Revue trimestrielle de droit européen, 2018 (2), p.273-283