Un tribunal israélien ordonne à Netanyahu de comparaître pour l'ouverture du procès

Un tribunal israélien ordonne à Netanyahu de comparaître pour l'ouverture du procès

21 mai 2020 0 Par Village FSE

Un tribunal israélien a ordonné au Premier ministre Benjamin Netanyahu de comparaître pour l'ouverture de son procès pénal le 24 mai, peu de temps après que son avocat eut demandé une exemption.

Netanyahu avait déjà été inculpé de corruption, de fraude et d'abus de confiance. Il nie les allégations, affirmant que les accusations ont été forgées de toutes pièces par un média libéral et un système judiciaire qui cherchent à le déposer. L'essai a été retardé en raison de la pandémie de coronavirus.

Netanyahu avait demandé au tribunal de district de Jérusalem d'être dispensé de sa mise en accusation, arguant que le fait d'amener ses gardes du corps serait un gaspillage de fonds publics et une pression sur les règles de restriction de la pandémie de coronavirus. Les critiques accusent Netanyahu d'essayer d'éviter les poursuites.

Après près de 18 mois de crise politique, Israël a prêté serment la semaine dernière à Netanyahu et au leader de l'opposition Benny Gantz dans le cadre d'un accord de partage du pouvoir, en vertu duquel Netanyahu servira de Premier ministre pour le premier semestre, tandis que Gantz servira au second semestre.

Les dirigeants se sont mis d'accord sur le gouvernement d '«urgence nationale» dans le but de lutter contre l'impact économique de la crise des coronavirus. La Cour suprême d’Israël a jugé qu’il n’y avait «aucune raison légale d’empêcher la formation d’un gouvernement» dirigé par Netanyahu. Alors que la loi israélienne interdit aux ministres de servir pendant leur mise en accusation, il n’existe pas une telle loi pour les premiers ministres.

Les accusations criminelles de Netanyahu découlent de trois affaires.

Le premier cas allègue que Netanyahu a accordé des avantages réglementaires d'une valeur d'environ 500 millions de dollars à la société de télécommunications israélienne Bezeq Telecom Israel.

Le deuxième cas allègue que Netanyahu et sa femme ont reçu à tort près de 200 000 $ de cadeaux d'Arnon Milchan, un producteur hollywoodien et citoyen israélien, et l'homme d'affaires milliardaire australien James Packer.

Le troisième cas allègue que Netanyahu a négocié un accord avec Arnon Mozes, propriétaire du journal israélien Yedioth Ahronoth, pour une meilleure couverture.

Il nie les actes répréhensibles dans tous les cas.