Un objectif climatique de l'UE 2030 d'au moins 55% est non seulement nécessaire – c'est également possible – EURACTIV.fr

Un objectif climatique de l'UE 2030 d'au moins 55% est non seulement nécessaire – c'est également possible – EURACTIV.fr

15 septembre 2020 0 Par Village FSE

Une politique climatique ambitieuse dans l'UE peut soutenir une croissance économique durable qui soutient le développement d'une économie compétitive et moderne qui profite à tous et qui sert de phare d'inspiration pour le reste du monde, écrit Dan Jørgensen.

Dan Jørgensen est le ministre danois du climat, de l’énergie et des services publics.

L'UE a moins de quatre mois pour convenir d'un objectif climatique amélioré pour 2030 et le soumettre à l'ONU conformément à nos engagements mondiaux. Nous devons saisir cette occasion pour faire preuve de leadership mondial et faire pression sur d’autres parties mondiales pour qu’elles emboîtent le pas.

La Commission présentera cette semaine son plan pour l'objectif 2030. Cela marquera le début des négociations. Comme l'expérience le montre, ce sont des négociations très difficiles. Il y a eu auparavant des inquiétudes – compréhensibles – concernant la compétitivité, le financement, le niveau d'ambition et la question de savoir si d'autres acteurs mondiaux rendront la pareille.

Malgré le délai très court pour conclure les négociations, je pense que cette fois, nous devons affronter avec confiance le défi mondial et prendre le leadership. Un objectif climatique d'au moins 55% de réduction des émissions n'est pas seulement nécessaire. C'est également possible. Nous pouvons y parvenir de manière équitable, rentable et préservant la compétitivité de l’UE.

Premièrement, l'UE est déjà sur la bonne voie pour atteindre 55% d'ici 2030. Selon la dernière évaluation de la Commission européenne de 2018, l'UE devrait réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 46% en 2030 par rapport à l'objectif actuel d'au moins 40%.

Le dépassement prévu est dû à la vaste législation sur le climat et l'énergie que l'UE a mise en place depuis l'adoption de l'objectif en 2014. Par conséquent, nous devons également fixer un objectif d'au moins 55% – nous avons déjà vu l'UE dépasser ses objectifs. 2020 et cible actuelle de 2030 et nous devrions également permettre cette possibilité pour 2030 renforcée.

Deuxièmement, nous disposons d’outils puissants pour réaliser les réductions de manière abordable au profit des citoyens et des entreprises européens. Un prix effectif du carbone incite à réduire les émissions de manière rentable dans les États membres.

L'étude Agora Energiewende de 2020 souligne qu'un prix du carbone efficace soutient la réalisation la plus rentable d'un objectif 2030 amélioré.

Avec le reste de la réglementation européenne sur le climat et l'énergie, le système d'échange de quotas d'émission (ETS) a le potentiel de nous emmener beaucoup plus loin. Le système d'échange de quotas d'émission devrait être renforcé pour permettre de nouvelles réductions.

Et il devrait être étendu au transport routier et au chauffage dans les bâtiments pour garantir un signal de prix plus uniforme dans tous les secteurs, soutenu par un cadre favorable ambitieux de politiques de soutien.

En outre, nous avons besoin d'une réglementation qui incite à une production agricole efficace, respectueuse du climat et compétitive dans toute l'UE. Un tel cadre réglementaire modernisé fournira les réductions nécessaires pour atteindre au moins 55% d'ici 2030 et mettre l'UE sur la bonne voie vers la neutralité climatique d'ici 2050 au plus tard.

Toutefois, il serait prématuré à ce stade de définir la manière précise d’atteindre l’objectif, car cela préjugerait du paquet de propositions législatives de la Commission qui doit être présenté l’année prochaine. Cet automne, nous devons nous mettre d’accord sur un objectif renforcé et un ensemble de principes qui donneront les bonnes orientations pour atteindre cet objectif.

Troisièmement, nous avons mis en place un soutien financier important pour une politique climatique plus ambitieuse.

30% des dépenses du nouveau budget de l'UE et les efforts de relance dans le cadre de la prochaine génération de l'UE doivent être conformes à l'objectif de neutralité climatique de l'UE d'ici 2050 et contribuer à la réalisation des nouveaux objectifs climatiques de l'Union à l'horizon 2030, qui constituent une base solide pour une ambition renforcée.

Le soutien financier profitera en particulier aux économies les plus en difficulté d'Europe et le budget global et les investissements pour la reprise peuvent soutenir la transition, en réalisant le potentiel du serment vert «ne pas nuire».

Ceci est essentiel pour garantir les investissements nécessaires pour atteindre au moins 55% d'ici 2030 et notamment pour assurer une transition juste et socialement équilibrée.

Une politique climatique ambitieuse dans l'UE peut soutenir une croissance économique durable qui soutient le développement d'une économie compétitive et moderne qui profite à tous et qui sert de phare d'inspiration pour le reste du monde.

Quatrièmement, l'UE a beaucoup à gagner à prendre les devants. Notre économie et notre compétitivité bénéficieront du développement des solutions de demain et le monde se tournera vers l'UE pour une approche responsable et ambitieuse de la menace commune du changement climatique. Nous ne pouvons pas attendre que d'autres grandes économies bougent – nous devons leur montrer comment.

Cet automne, les dirigeants de l'Union européenne ont la possibilité de faire preuve d'un véritable leadership mondial sur le climat en apportant une réponse forte et crédible à la crise climatique. Ne manquons pas cette occasion unique de montrer l’exemple.