Un état de l'union agricole – EURACTIV.com

Un état de l'union agricole – EURACTIV.com

25 septembre 2020 0 Par Village FSE
Bienvenue dans l'AgriFood Brief d'EURACTIV, votre mise à jour hebdomadaire sur tout ce qui concerne l'agriculture et l'alimentation dans l'UE. Vous pouvez vous abonner ici si vous ne l'avez pas encore fait.

4 – Nouveau président de la Copa, litiges en matière d'étiquetage, initiative cacao

Le mécontentement dans le monde agroalimentaire n'a toujours pas été apaisé après que la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, ait accordé peu de poids à l'agriculture lors de son discours sur l'état de l'Union la semaine dernière (16 septembre).

Nous avons écrit sur cet espace que, bien que cela ne soit pas directement mentionné, une référence à l'agriculture était implicite dans l'ambition renouvelée d'atteindre la neutralité climatique d'ici 2050, ce qui nécessite beaucoup d'efforts de la part des agriculteurs pour être livré.

Dans un tweet, la direction générale de l’agriculture (DG AGRI) de la Commission a également relancé la seule partie du discours de von der Leyen qui se réfère vaguement à l’agriculture, en soulignant la nécessité d’introduire le haut débit en milieu rural dans les zones rurales.

Mais cela n’a pas été suffisant et le faux pas de von der Leyen n’a pas été digéré.

Dans un entretien exclusif avec EURACTIV.com, la nouvelle présidente élue de l'association des agriculteurs européens COPA, Christiane Lambert, s'est dit «très déçue» de cet oubli.

«Comment un ancien ministre d'un pays agricole et désormais commissaire d'un grand continent agricole, dont la première politique est la Politique agricole commune (PAC) depuis 1960, peut-il prononcer un discours à la tête de l'Union sans parler d'agriculture?»

Selon Lambert, le manque de reconnaissance du secteur agricole a été particulièrement irritant à la suite de la crise du COVID-19, qui, selon elle, a fait reconnaître à tout le monde le rôle important de l'agriculture.

Pour cette raison, elle a relancé l'idée de faire le point sur la situation actuelle de l'agriculture européenne.

«(Un point dans) mon agenda est de faire un état de l'Union agricole et de dire tout ce que l'agriculture apporte à l'UE: nourriture, sécurité alimentaire, santé par l'alimentation», a-t-elle déclaré.

Cela ne semble pas être une mauvaise idée.

Au cours des dernières années, beaucoup de mots ont été consacrés à l'élaboration de plans pour repenser l'agriculture telle que nous la connaissons.

Au printemps, la Commission a dévoilé sa stratégie fondamentale de politique alimentaire, la ferme à l'assiette (F2F), avec l'intention d'anticiper – et de façonner – les tendances du monde agroalimentaire qui restent à venir.

Cependant, il n'y a pas de moment «ce que nous devons être» sans un moment préliminaire «ce que nous sommes maintenant».

Beaucoup se sont plaints de l'absence d'une analyse d'impact derrière le F2F qui aurait pris en compte non seulement la ligne d'arrivée pour l'agriculture européenne, mais aussi la position de départ.

Un état de l'art actuel dans le secteur agroalimentaire pourrait également être utile pour dissiper tout doute quant à savoir si le principal programme de subventions agricoles de l'UE est toujours une nécessité, car les ONG remettent de plus en plus en question son existence même – qui est cependant fortement défendu par les agriculteurs et l'industrie.

Peut-être que l'une des prochaines présidences de l'UE – les prochaines seront le Portugal, la Slovénie et la France – pourrait obtenir le fruit d'une opportunité et approuver l'idée de faire la lumière sur les contributions et les dommages réels de l'agriculture en Europe.

Tenant compte, il va sans dire, de tout aspect sur lequel l'agriculture peut avoir un impact: non seulement du point de vue environnemental, mais aussi du point de vue social, économique et culturel.

Actualités agroalimentaires cette semaine

Patron des agriculteurs de l'UE: la ferme à l'assiette sera révisée si l'impact négatif était prouvé
La nouvelle politique alimentaire de la Commission européenne devrait être revue si une future analyse d’impact montre qu’elle aura un impact négatif sur les agriculteurs, a déclaré à EURACTIV.com la nouvelle présidente de l’association des agriculteurs COPA, Christiane Lambert, dans une interview exclusive.

L'UE réfléchit à un plan visant à stimuler le stockage du carbone dans les terres agricoles
Les agriculteurs et les forestiers doivent être «directement incités» à mettre en pratique des cultures de captage du carbone et d'autres mesures destinées à réduire les gaz à effet de serre nets (GES), selon une mise à jour de la loi sur le climat de la Commission européenne. Gerardo Fortuna a plus.

La coalition des États membres présente le dernier défi en matière d'étiquetage nutritionnel à code couleur
La lutte contre la suprématie du système français Nutri-Score en tant qu’étiquette alimentaire nutritionnelle à l’échelle de l’UE a franchi une nouvelle étape avec l’ajout d’un nouveau document officieux soutenu par au moins sept États membres. Natasha Foote a l'histoire.

«L’efficacité n’est pas un gros mot»: pourquoi plus grand peut parfois signifier mieux dans l’agriculture
Le concept d'efficacité et de productivité dans l'agriculture est souvent associé à un bien-être animal et à une durabilité médiocres, mais ce n'est pas nécessairement le cas et davantage de travail doit être fait pour changer cette perception, ont souligné les parties prenantes lors d'un récent événement sur le bien-être animal. En savoir plus ici.

Les agriculteurs ont besoin d'une assurance financière pour soutenir l'adoption de l'agroforesterie
Dans un clin d'œil à l'importance stratégique de l'agroforesterie, le terme est maintenant apparu à la fois dans le Green Deal européen, la feuille de route de la Commission européenne pour faire de l'Europe le premier continent climatiquement neutre d'ici 2050 et la nouvelle politique alimentaire phare de l'UE, la Ferme à Stratégie Fork (F2F). Natasha Foote a plus.

Les cibles pour les antimicrobiens doivent permettre une variation «massive» au sein du secteur de l’élevage
Les ambitions de réduire l'utilisation des antibiotiques en élevage doivent prendre en compte la quantité «massive» de variations entre les États membres et aussi entre les espèces, selon un consultant de premier plan en durabilité de l'élevage qui a également souligné le besoin pressant de numériser le secteur de la santé animale. En savoir plus ici.

«Les lignes directrices des plans stratégiques des États membres ne sont pas des documents juridiquement contraignants, ce sont des recommandations»

Le commissaire à l'agriculture Janusz Wojciechowski lors d'une conférence de presse à l'issue du Conseil AGRIFISH de cette semaine

Nouveau président du comité: Cette semaine, l'eurodéputée verte Tilly Metz a été élue présidente de la nouvelle commission d'enquête sur les transports d'animaux au Parlement européen. Pour plus d'informations sur le Comité, cliquez ici.

Initiative cacao: L'EurLa Commission européenne a lancé une initiative visant à améliorer la durabilité dans le secteur du cacao. Un nouveau dialogue multipartite réunira des représentants de la Côte d'Ivoire et du Ghana – les deux principaux pays producteurs de cacao représentant 70% de la production mondiale de cacao – ainsi que des représentants du Parlement européen, des États membres de l'UE, des producteurs de cacao et société. Il vise à fournir des recommandations concrètes pour faire progresser la durabilité dans toute la chaîne d'approvisionnement du cacao grâce à une action collective et des partenariats.

Rapport sur la santé des sols: Le comité des missions a présenté son rapport sur les sols, intitulé «Caring for Soil is Caring for Life», lors des Journées européennes de la recherche et de l'innovation cette semaine, où des experts indépendants de haut niveau ont présenté leurs propositions à la Commission européenne pour d'éventuelles missions de l'UE sur certains de nos défis sociétaux les plus urgents.

Statistiques agricoles: Eurostat a publié un rapport mis à jour sur les statistiques agricoles au niveau régional, se concentrant sur quatre domaines spécifiques avec des informations sur: l'âge des chefs d'exploitation; la production récoltée de diverses céréales (blé tendre et épeautre; maïs-grain et mélange d'épis de maïs); le nombre de bovins et la production laitière; la part de la superficie agricole qui a été convertie en agriculture biologique. Il a également publié un rapport sur la ventilation pays par pays du cheptel dans l'UE.

Nouvelle origine protégée: La Commission a approuvé l’ajout de «Szilvásváradi pisztráng» de Hongrie et de «Provola dei Nebrodi»Dans le registre de l'Appellation d'Origine Protégée (AOP). Le «Szilvásváradi pisztráng» est un poisson appartenant à la famille des truites, tandis que le Provola dei Nebrodi est un fromage en caillé étiré provenant d’une région montagneuse de Sicile.

L'actualité agroalimentaire des capitales

ROUMANIE
La Roumanie souhaite inclure la viande de porc et de volaille sur la liste des produits éligibles aux paiements couplés dans le cadre de la politique agricole commune (PAC), selon le ministre de l'Agriculture Adrian Oros. Oros a déclaré lundi au Conseil AGRIFISH que la Roumanie soutenait une allocation d'au moins 15% de la PAC nationale pour les paiements couplés pour les produits de porc et de volaille. (Bogdan Neagu | EURACTIV.ro)

Royaume-Uni
La Chambre des lords du Royaume-Uni a soutenu les amendements au projet de loi sur l'agriculture qui exigeraient que les produits alimentaires importés dans le cadre de futurs accords commerciaux respectent ou dépassent les normes nationales en matière de santé et de bien-être des animaux, de protection de l'environnement, de sécurité alimentaire, d'hygiène et de traçabilité et de santé des végétaux. Les propositions visaient à répondre aux préoccupations selon lesquelles les normes alimentaires britanniques pourraient être compromises dans les accords commerciaux post-Brexit. (Natasha Foote | EURACTIV.com)

FRANCE
Le Conseil supérieur de l'énergie a rejeté une proposition du gouvernement visant à réduire le prix du bio-méthane. La réduction potentielle jusqu'à 15% des tarifs d'achat du biométhane avait provoqué une forte réaction des agriculteurs et des politiques de la région des Hauts-de-France (Nord). La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a déclaré qu'elle souhaitait entamer une consultation avec le secteur du biogaz dans les semaines à venir. Selon le ministère de l'Agriculture, 380 méthaniseurs existaient en France en 2018 (Anne Damiani | EURACTIV.fr)

BELGIQUE
Deux des produits les plus emblématiques de la Belgique, la bière et les frites, risquent d’être gravement affectés par les effets du changement climatique, a averti un nouveau rapport commandé par la Commission nationale du climat jeudi 17 septembre. (Alexandra Brzozowski | EURACTIV.com)

ITALIE
Selon l'association laitière italienne Assolatte, les exportations de fromages ont connu une augmentation de 3% en volume et de 0,8% en valeur au cours des six premiers mois de l'année. La tendance positive est tirée par les fromages frais (+ 14,1%) et râpés (6,2%) (Gerardo Fortuna | EURACTIV.com)

POLOGNE
Le Centre national de recherche et de développement (NCBR) offrira près de 22 millions d'euros provenant des fonds européens pour soutenir les nouvelles technologies dans le secteur agricole. L'initiative vise à accroître la compétitivité des entreprises polonaises travaillant sur des projets dans le domaine de la robotisation, de l'automatisation, de la numérisation et de la production agroalimentaire respectueuse de l'environnement. (Mateusz Kucharczyk | EURACTIV.pl)

Un nouveau Alliance européenne pour les aliments d'origine végétale (EAPF) a lancé cette semaine, qui vise à placer les aliments d'origine végétale au cœur de la transition vers des systèmes alimentaires plus durables et plus sains. L'alliance, qui comprend des acteurs de l'industrie tels que Upfield, Nestlé et Beyond Meat, ainsi que des ONG et la communauté scientifique, vise à promouvoir des politiques et des lois qui reconnaissent le rôle des aliments d'origine végétale dans la transition durable et garantissent un accès équitable aux marché de l’UE.

Avant le prochain tour de Discussions UE-Royaume-Uni la semaine prochaine, FoodDrinkEurope s'est associé à l'association d'agriculteurs COPA-COGECA et à l'association professionnelle agricole CELCAA pour mettre en garde contre un «double coup dur désastreux» si aucun accord n'est conclu dans une déclaration conjointe.

25 septembre – Un atelier traite de tous les aspects du Green Deal européen qui concernent directement le secteur agroalimentaire et bioéconomique.

25 septembre – #IGrowYourFood est une journée d’action mondiale célébrant toute personne impliquée dans la culture de denrées alimentaires utilisant des pratiques biologiques et agroécologiques, que vous soyez agriculteur ou transformateur, producteur, exportateur, négociant ou organisateur.

29 septembre – Une conférence sur la stratégie «de la ferme à l'assiette»: assurer un équilibre sain entre les systèmes alimentaires européens et la conservation de la biodiversité »qui discutera des opportunités et des défis pour la stratégie« de la ferme à l'assiette », l'un des principaux piliers de la Le Green Deal européen récemment dévoilé par la Commission européenne.

29 septembre – Pour marquer la Journée internationale de la perte et du gaspillage alimentaires, la FAO Bruxelles organise un événement pour discuter des solutions au problème des pertes et gaspillages alimentaires et souligner l'importance de travailler ensemble avec tous les acteurs. Vous pouvez vous inscrire ici pour y assister.

Méfiez-vous des prochains événements d'EURACTIV rapport spécial sur les nouvelles terminologies des systèmes alimentaires durables.