Six villes polonaises «  sans LGBTI '' exclues du financement de l'UE

Six villes polonaises «  sans LGBTI '' exclues du financement de l'UE

31 juillet 2020 0 Par Village FSE

La Commission européenne a rejeté les subventions dans le cadre d'un programme de jumelage pour six villes polonaises qui ont déclaré leurs communautés «libres» des communautés lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexuées (LGBTI).

« Nos traités garantissent que chaque personne en Europe est libre d'être qui elle est, de vivre où elle aime, d'aimer qui elle veut et de viser aussi haut qu'elle le souhaite. Je continuerai de faire pression pour une union de l'égalité », a déclaré la présidente de la commission, Ursula von der Leyen, jeudi 30 juillet, commentant la question.

Dans le cadre du programme de jumelage de villes de l'UE, les autorités locales peuvent recevoir des subventions allant jusqu'à 25 000 euros pour aider les visiteurs d'autres communautés à participer à des programmes de développement conjoints et à des événements qui encouragent le débat public au niveau de l'UE.

À ce jour, 147 projets ont été sélectionnés, pour recevoir plus de 2,3 millions d'euros établis dans le cadre de ce programme de financement.

La décision de la commission d'exclure les six municipalités du financement a été prise après que les autorités locales polonaises n'aient pas clarifié si les résolutions nationales sur les droits anti-LGTBI ne permettraient pas l'accès à certains citoyens.

En conséquence, la commission a rejeté ces six demandes pour non-respect des normes du programme « d'égalité d'accès et de non-discrimination ».

Selon les lignes directrices du programme, les promoteurs de projets devraient accorder toute l'attention voulue à la nécessité de promouvoir l'égalité des chances – en garantissant l'accessibilité à tous les citoyens européens sans aucune forme de discrimination fondée sur le sexe, l'origine ethnique, la religion ou les convictions, le handicap, l'âge ou l'orientation sexuelle. .

Il n'était pas immédiatement clair quelles villes polonaises avaient été rejetées. Il existe environ 80 municipalités, principalement dans le sud-est de la Pologne, déclarées «exemptes de l'idéologie LGTBI».

Le ministre polonais de la Justice, Zbigniew Ziobro, a condamné cette décision et accusé la commission de discriminer les citoyens polonais.

« Nous n'autoriserons pas la discrimination des citoyens polonais et des gouvernements locaux par l'Union européenne », a déclaré Ziobro sur les réseaux sociaux.

« L'Union doit respecter l'égalité de tous ses citoyens, qui ont le droit de se forger librement leurs opinions et leurs croyances », a-t-il ajouté.

En juin, les directeurs généraux de la commission de la politique urbaine et de l'emploi, Marc Lemaître et Joost Korte, ont mis en garde les autorités polonaises contre les coupes dans les fonds de relèvement en cas de pandémie dans les municipalités qui avaient déclaré leurs régions comme « zones sans LGBTI ».

Cette décision a été interprétée comme la première étape de la décision de cette semaine.

Au cours du sommet du Conseil européen de ce mois-ci, les dirigeants de l'UE ont convenu – pour la première fois – de lier le financement de l'UE au respect de l'état de droit, mais la Hongrie, la Pologne et d'autres ont édulcoré une proposition antérieure liée aux «déficiences généralisées» de la bonne gouvernance.

La commission pourra proposer des mesures en cas de violation de l'état de droit, tandis qu'une majorité qualifiée de pays pourra accepter de sanctionner les pays fautifs.