Rapport mondial Covid: Rio annule le carnaval pour la première fois en un siècle alors que le nombre de morts dans le monde approche 1 million | épidémie de Coronavirus

25 septembre 2020 0 Par Village FSE

Alors que le nombre de décès de coronavirus dans le monde semblait sur le point de dépasser le million en quelques jours, Rio de Janeiro a retardé son défilé annuel du carnaval pour la première fois en un siècle en raison de la vulnérabilité continue du Brésil à la pandémie.

Le bilan mondial des morts a dépassé 980 000 vendredi, selon le tracker de l'Université Johns Hopkins. Le nombre de décès confirmés chaque jour étant en moyenne de plus de 5000, il semble probable que le bilan dépassera le million en quelques jours. Il y a 32 millions de cas dans le monde.

Plus tôt dans la semaine, le nombre de morts dans le États Unis, qui a subi plus de décès liés aux coronavirus que tout autre pays, a dépassé les 200000. Le nombre de cas avoisine les 7 millions.

Brésil, qui a le deuxième plus grand nombre de morts au monde avec 139000, et le troisième plus grand nombre, avec 4,6 millions, a annulé son défilé de carnaval, qui a généralement lieu en février, pour la première fois en 100 ans. La Ligue des écoles de samba de Rio, LIESA, a annoncé que la propagation du coronavirus avait rendu impossible la tenue de l'événement traditionnel en toute sécurité.

Les autorités de Rio n’ont pas encore annoncé de décision concernant les fêtes de rue du carnaval qui ont également lieu dans la ville. Mais son agence de promotion du tourisme a déclaré dans un communiqué à l'Associated Press le 17 septembre que sans vaccin contre le coronavirus, il était incertain quand les grands événements publics pourraient reprendre.

Le premier cas du Brésil a été confirmé le 26 février, un jour après la fin du carnaval de cette année. Alors que le nombre d'infections augmentait, les écoles de samba qui participent au défilé annuel fastueux ont interrompu les préparatifs de l'événement 2021. L’annonce de jeudi a supprimé le nuage d’incertitude qui planait sur la ville, l’une des plus touchées au Brésil.

En Europe, la pandémie est pire maintenant qu'au pic de mars dans plusieurs pays membres, a averti l'Union européenne, alors que les gouvernements réimposent des mesures drastiques.

Les nouvelles infections sont à nouveau en plein essor, ce qui a poussé l’agence de lutte contre les maladies du bloc à signaler sept pays de «grande préoccupation». La commissaire européenne à la santé, Stella Kyriakides, a déclaré que dans « certains États membres, la situation est maintenant encore pire que lors du pic de mars ».

Israël, qui est devenu il y a une semaine le premier pays à rentrer dans un strict verrouillage national, a encore durci ses mesures jeudi après que les restrictions existantes n'ont pas réussi à faire baisser le taux d'infection. Le pays compte 212 115 cas sur une population d'un peu moins de 9 millions d'habitants, soit à peu près l'équivalent d'un cas pour 23 personnes.

Les nouvelles règles fermeront la grande majorité des lieux de travail, fermeront les marchés et limiteront davantage les prières et les manifestations.

Les autres développements clés comprennent:

  • France établit un nouveau record pour les nouveaux cas quotidiens. Les autorités sanitaires ont signalé 16 096 nouveaux cas confirmés jeudi, une augmentation significative par rapport au précédent record de 13 498 et établissant un quatrième record d'infections supplémentaires quotidiennes en huit jours.

  • Le virus continue de muter tout au long de la pandémie, selon de nouvelles recherches, les experts estimant qu'il devient probablement plus contagieux. L'étude n'a pas révélé que les mutations du virus l'avaient rendu plus mortel ou modifié ses effets.

  • Victoria, AustralieLe point chaud du coronavirus a signalé vendredi huit décès au cours des dernières 24 heures et 14 nouvelles infections alors que l'État semble prêt à assouplir les restrictions au cours du week-end. La moyenne sur deux semaines des nouvelles infections à Melbourne est tombée en dessous de 26, bien en dessous du niveau de 30-50 que l'État a fixé comme condition préalable pour assouplir ses restrictions strictes.