Neuf États membres demandent des euro-obligations pour faire face à la crise des coronavirus – EURACTIV.fr

Neuf États membres demandent des euro-obligations pour faire face à la crise des coronavirus – EURACTIV.fr

26 mars 2020 0 Par Village FSE

Neuf pays de la zone euro ont envoyé mercredi 25 mars une lettre au président du Conseil de l'UE, Charles Michel, demandant un instrument de dette commun pour atténuer les dommages causés par la crise des coronavirus, ont rapporté les médias grecs.

«Nous devons travailler sur un instrument de dette commun émis par une institution européenne pour lever des fonds sur le marché sur la même base et au bénéfice de tous les États membres, garantissant ainsi un financement stable à long terme des politiques nécessaires pour contrer les dommages causés par cette pandémie », indique la lettre, selon la chaîne de télévision grecque MEGA.

La lettre est signée par les dirigeants de neuf pays – Belgique, France, Italie, Luxembourg, Espagne, Portugal, Grèce, Slovénie et Irlande – tous membres de la zone euro.

Les signataires ont déclaré que les arguments en faveur d'un tel instrument commun sont solides «car nous sommes tous confrontés à un choc externe symétrique, dont aucun pays n'est responsable, mais dont les conséquences négatives sont supportées par tous».

«Et nous sommes collectivement responsables d'une réponse européenne efficace et unie. Cet instrument de dette commune devrait avoir une taille suffisante et une longue maturité pour être pleinement efficace et éviter les risques de reconduction maintenant comme à l'avenir », ajoute la lettre.

Les fonds collectés seront destinés à financer dans tous les États membres les investissements nécessaires dans le système de santé et des politiques temporaires pour protéger nos économies et notre modèle social, explique la communication.

«Dans le même esprit d'efficacité et de solidarité, nous pourrions explorer d'autres outils comme le financement spécifique des dépenses liées à Corona dans le budget de l'UE, au moins pour les années 2020 et 2021, au-delà des annonces déjà faites par la Commission», indique la lettre. .

« En transmettant un message clair que nous sommes confrontés à ce choc unique tous ensemble, nous renforcerions l'UE et l'Union économique et monétaire et, plus important encore, nous enverrions le message le plus fort à nos concitoyens concernant une coopération européenne déterminée et résolus réponse efficace et unie », ont souligné les dirigeants.

L'Eurogroupe a discuté mardi 24 mars des instruments que l'Europe pourrait déployer pour relâcher la relance budgétaire et relancer l'économie, le bloc devant subir une grave récession.

Le paquet sera présenté aux dirigeants jeudi et ils décideront de la forme et de la taille de la réponse budgétaire européenne, en plus des paquets nationaux déjà adoptés.

Le chef de l’Eurogroupe, Mario Centeno, et le commissaire à l’économie, l’italien Paolo Gentiloni, ont convenu que la possibilité d’émettre une dette commune, ou «coronabonds», est toujours sur la table.

Cependant, les pays du Nord, notamment l'Allemagne et les Pays-Bas, ont été de fervents opposants aux euro-obligations.