Moscou se retire des négociations du MH17 avec les Pays-Bas et l'Australie – EURACTIV.fr

Moscou se retire des négociations du MH17 avec les Pays-Bas et l'Australie – EURACTIV.fr

17 octobre 2020 0 Par Village FSE

La Russie a annoncé jeudi 15 octobre qu'elle se retirerait des consultations avec les Pays-Bas et l'Australie au sujet du vol MH17 abattu au-dessus de l'Ukraine en 2014, se plaignant de tentatives «vicieuses» de rejeter la faute sur Moscou.

«Les actes hostiles des Pays-Bas ont rendu insensé toute poursuite des consultations trilatérales et notre participation», a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Les trois pays ont depuis 2018 des discussions visant à découvrir la cause de la catastrophe, au cours de laquelle un Boeing 777 de Malaysia Airlines en route entre Amsterdam et Kuala Lumpur a été touché par un missile BUK de conception soviétique le 17 juillet 2014, tuant les 298 personnes. une planche.

Avion malais abattu: « La guerre a dépassé l'Ukraine »

La guerre a dépassé le territoire ukrainien, a déclaré le président du pays Petro Porochenko à la suite de la nouvelle choquante que le Boeing 777 de Malaysia Airlines sur un vol d'Amsterdam à Kuala Lumpur avait été abattu hier (17 juillet) au-dessus du territoire de l'est de l'Ukraine près de la frontière russe.

À bord, alors que l'avion a été abattu au-dessus du territoire contrôlé par les séparatistes soutenus par la Russie, il y avait 196 citoyens néerlandais et 38 Australiens.

S'adressant à des journalistes lors d'un sommet européen à Bruxelles, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte s'est dit «déçu» et «surpris» par la décision de la Russie, ajoutant qu'elle était «particulièrement douloureuse» pour les familles des victimes.

Pendant ce temps, le ministre des Affaires étrangères, Stef Blok, a déclaré aux législateurs néerlandais qu'il avait convoqué l'ambassadeur de Russie pour lui faire part de ses «profonds regrets» concernant cette décision.

Mais Blok a ajouté qu'il était «déterminé à poursuivre les négociations».

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba a déclaré dans un communiqué que le retrait de la Russie «en dit long sur sa peur de la vérité sur ce qui s'est passé le 17 juillet 2014 dans le ciel du Donbass», la région ukrainienne séparatiste où le MH17 s'est écrasé.

Moscou s'est plaint que La Haye porte plainte contre elle «pour son rôle dans la destruction du vol MH17» devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) «après seulement trois séries de pourparlers».

Les Pays-Bas «démontrent ainsi leur ferme intention d'emprunter le chemin vicieux… d'assigner unilatéralement la responsabilité de ce qui s'est passé à la Russie», a-t-il ajouté.

Les dirigeants néerlandais ont ouvertement accusé la Russie d'être derrière la mort de ses citoyens. Mais Moscou a toujours nié avec force avoir été impliqué dans l'accident et a blâmé l'Ukraine.

«L’Australie et les Pays-Bas n’ont manifestement pas essayé de comprendre ce qui s’était réellement passé à l’été 2014, mais voulaient plutôt obtenir des aveux de la Russie et une compensation pour les proches des victimes», a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

La Russie «poursuivra sa coopération» avec La Haye dans le cadre de l'enquête, mais «dans un format différent», a-t-il ajouté.

Les tribunaux néerlandais ont commencé en mars à entendre une affaire contre quatre suspects, trois d'entre eux russes et un ukrainien, accusés d'avoir causé l'accident.