Menace de coronavirus pour les travailleurs saisonniers agricoles européens

Menace de coronavirus pour les travailleurs saisonniers agricoles européens

27 mars 2020 0 Par Village FSE

Les mesures restrictives prises par de nombreux États membres pour répondre à l'épidémie de coronavirus rendent difficile pour les agriculteurs de l'UE de planter ou de récolter des produits – ce qui perturbe le secteur à travers le continent.

Les ministres européens de l'Agriculture et de la Pêche ont convenu lors d'une vidéoconférence tenue mercredi 25 mars que la crise des coronavirus représente un nouveau défi pour l'industrie agroalimentaire qui nécessite une réponse coordonnée.

« Les ministres ont appelé aujourd'hui la Commission (européenne) à surveiller étroitement et à défendre l'intégrité du marché unique et à proposer des mesures appropriées en cas de problèmes dans la chaîne d'approvisionnement », a déclaré la ministre croate de l'Agriculture, Marija Vučković, dont le pays détient actuellement l'UE. présidence.

Les ministres de l'UE ont souligné qu'il y aura suffisamment de nourriture pour les consommateurs européens et ont proposé de nouvelles mesures, notamment la facilitation des paiements anticipés et la modification des programmes de développement rural.

La Commission a prolongé d'un mois le délai de présentation des demandes de paiement pour les subventions de la politique agricole commune et a émis des règles plus souples en matière d'aides d'État, tout en essayant d'assurer le flux de biens essentiels à travers les frontières.

Cependant, la libre circulation de la main-d'œuvre est un problème critique, car de nombreux secteurs agricoles – principalement les fruits et légumes – dépendent des travailleurs saisonniers.

Le ministre français de l'Agriculture, Didier Guillaume, a estimé mardi que le secteur agricole de son pays aura besoin de plus de 200 000 personnes dans les trois prochains mois pour pallier l'absence de travailleurs étrangers.

« J'appelle les hommes et les femmes qui ne travaillent pas et enfermés à l'intérieur à rejoindre la grande armée de l'agriculture française », a-t-il dit, ajoutant qu'il fallait plus de « solidarité » pour que « nous puissions tous manger ».

Pendant ce temps, l'Allemagne pourrait faire face à une pénurie d'environ 300000 travailleurs saisonniers qui entrent dans le pays chaque année pour aider à la récolte des fruits et légumes, alors que la plus grande économie de l'UE a annoncé mercredi une interdiction totale des travailleurs saisonniers entrant dans le pays.

Cependant, selon le président de la commission de l'agriculture du Parlement européen, l'eurodéputé Norbert Lins, l'UE doit garantir la sécurité des déplacements des travailleurs saisonniers pour garantir la récolte.

« J'ai appelé les ministres de l'agriculture et la commission à introduire des » laissez-passer « (laissez-passer) pour les travailleurs saisonniers » afin de garantir le droit de se rendre aux travailleurs saisonniers à l'aide de bus ou de trains spéciaux ou même d'avions, a déclaré Lins à EUobserver.

Cependant, l'ONG Fédération internationale des mouvements d'agriculture biologique (IFOAM) estime que le fait qu'il n'est pas toujours possible de garantir la «distanciation sociale» dans toutes les opérations agricoles peut également être difficile.

Selon le directeur de la politique agricole de l'UE à Greenpeace, Marco Contiero, « le ralentissement économique général créé par la crise des coronavirus affectera particulièrement les petites et moyennes entreprises alimentaires et agricoles, que l'UE devrait soutenir ».

« Mais toute intervention de l'UE doit s'attaquer aux problèmes structurels de notre secteur alimentaire et agricole et garantir qu'ils résistent mieux aux chocs inattendus comme cette pandémie », a-t-il ajouté.

Pendant ce temps, l'eurodéputée Elsi Katainen estime que la crise des coronavirus devrait raccourcir les chaînes de production.

« L'UE doit renforcer son autosuffisance et maintenir la chaîne du secteur alimentaire en ordre, car nous ne pouvons pas compter sur l'aide du reste du monde », a-t-elle déclaré, ajoutant que l'UE devrait garantir la continuité de la production alimentaire dans tous les scénarios.

Du poisson aux banques alimentaires?

En outre, le Parlement a demandé à la commission de modifier le règlement du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche afin de permettre une compensation aux pêcheurs contraints de cesser leurs activités en raison de la pandémie.

« Il est important de garder à l'esprit que les secteurs de la pêche et de l'aquaculture doivent être considérés comme des aliments de qualité et nécessaires à une alimentation saine », a déclaré le président des commissions des pêches du Parlement, Pierre Karleskind.

« Nous devons à tout prix éviter l'asphyxie totale de ces secteurs », a-t-il ajouté.

L'eurodéputé néerlandais Peter van Dalen estime que les poissons capturés au cours de cette période devraient aller aux banques alimentaires, qui souffrent actuellement de pénuries en raison de la baisse de la demande – si nécessaire avec le soutien du fonds pour la pêche.

« Cela donne aux pêcheurs une compensation pour leurs coûts et en même temps, les banques alimentaires peuvent fournir des aliments très sains. C'est ainsi que nous pouvons résoudre deux problèmes en même temps », a ajouté van Dalen.

De même, certains députés des mêmes commissions demandent instamment de reporter 25% des quotas de pêche de 2020 à 2021 – une initiative similaire a été prise en 2014 lorsque le secteur européen de la pêche a été frappé par l'interdiction russe d'exportation de denrées alimentaires.