L'UE ne reconnaît pas Loukachenko comme président de la Biélorussie, déclare un haut diplomate – POLITICO

L'UE ne reconnaît pas Loukachenko comme président de la Biélorussie, déclare un haut diplomate – POLITICO

15 septembre 2020 0 Par Village FSE

Josep Borrell, le plus haut diplomate de l'UE | Mohamed el-Shahed / AFP via Getty Images

Josep Borrell déclare que toute sanction «devrait être adoptée avant le Conseil européen si nous voulons conserver la crédibilité européenne».

Par

Actualisé

L'UE ne reconnaît pas Alexandre Loukachenko comme président de la Biélorussie, a déclaré mardi le haut diplomate du bloc.

« Nous utilisons tous les outils dont nous disposons pour contribuer à la fin de la répression violente qui s'est développée en Biélorussie après les élections, que nous ne considérons pas avoir légitimement élu Loukachenko », Josep Borrell, haut responsable de l'UE représentant des affaires étrangères et de la politique de sécurité, a déclaré aux députés.

Loukachenko, au pouvoir depuis 26 ans, a revendiqué la victoire après l'élection présidentielle contestée du 9 août, déclenchant des manifestations de masse qui se sont heurtées à la brutalité, aux arrestations et à la violence.

Après les élections, l'UE a déclaré que le résultat n'était « ni libre ni équitable » et a exhorté les dirigeants du Bélarus à ouvrir un dialogue avec l'opposition avec la médiation de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) basée à Vienne. Il a également appelé à mettre fin à la violence et a opté pour ce qu'il a décrit comme une approche «progressive» sur Minsk.

Les dirigeants de l'UE ont décidé lors d'une réunion le mois dernier d'imposer des sanctions à « un nombre substantiel » de personnes responsables de violences, de répression et de falsification du résultat des élections, et ont déclaré que l'UE ne reconnaissait pas le résultat des élections. Mais ils se sont abstenus d'appeler explicitement à de nouvelles élections et de frapper Loukachenko avec des sanctions, comme demandé par la Lituanie et l'Estonie.

À la fin du mois dernier, Borrell a appelé à une reprise des élections sous la supervision de l'OSCE et, s'exprimant devant le Parlement européen mardi, il a ajouté que des sanctions « devraient être adoptées avant le Conseil européen si nous voulons continuer Crédibilité européenne », faisant référence à une réunion des dirigeants européens la semaine prochaine.

Jusqu'à présent, la liste des responsables biélorusses faisant l'objet de sanctions compte plus de 30 noms, selon deux diplomates, et comprend le ministre de l'Intérieur. Les ambassadeurs de l'UE devraient discuter des sanctions de la Biélorussie mercredi, mais les diplomates ont hésité à dire que les paroles de Borrell signifiaient que Loukachenko pourrait être remis sur la liste des sanctions de l'UE (il était sous sanctions de l'UE jusqu'en 2016, lorsque la Biélorussie a libéré un certain nombre de prisonniers politiques) .