L'UE déclare que l'Iran a déclenché un mécanisme de règlement des différends en matière nucléaire – POLITICO

L'UE déclare que l'Iran a déclenché un mécanisme de règlement des différends en matière nucléaire – POLITICO

4 juillet 2020 0 Par Village FSE

Josep Borrell, chef de la politique étrangère de l'Union européenne | Virginia Mayo / AFP via Getty Images

La lettre du ministre iranien des Affaires étrangères fait part de ses préoccupations concernant la mise en œuvre de l'accord par la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne.

Par

Selon le chef de la politique étrangère de l'UE, Josep Borrell, Téhéran a déclenché un mécanisme de règlement des différends dans le cadre de l'accord sur le nucléaire iranien.

« J'ai reçu aujourd'hui une lettre du ministre iranien des Affaires étrangères (Mohammad Javad Zarif) faisant part des préoccupations de l'Iran concernant les problèmes de mise en œuvre par la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni », a déclaré Borrell dans un communiqué vendredi soir.

L'accord – connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (JCPOA) et signé par l'Iran, les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la France, la Chine et la Russie en 2015 – est en train de s'effondrer depuis la décision unilatérale du président américain Donald Trump de se retirer en 2018. Téhéran a depuis jeté des éléments clés de l'accord sur le nucléaire, y compris une limite sur les centrifugeuses.

En janvier, les architectes européens de l'accord ont déclenché la disposition du mécanisme de règlement des différends dans l'accord, qui vise à forcer l'Iran à revenir à la conformité ou à faire face à la réimposition de sanctions internationales. Ils ont ensuite suspendu l'action.

L'Iran a déjà menacé de se retirer de l'accord, ainsi que du Traité mondial sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), mais n'a pris aucune mesure dans ce sens.

Le processus déclenché par Téhéran vendredi comprend au moins deux périodes de médiation de 15 jours, avec la possibilité de prorogations presque indéfinies à condition qu'il existe un accord unanime entre l'Iran et les autres garants de l'accord, y compris les Européens plus la Chine et la Russie.

Le plus haut diplomate de l'UE a déclaré qu'il restait « déterminé à continuer de travailler avec les participants du JCPOA et la communauté internationale pour préserver (l'accord) ».