L'UE critique le vote de la Russie qui pourrait prolonger le pouvoir de Poutine jusqu'en 2036 – POLITICO

L'UE critique le vote de la Russie qui pourrait prolonger le pouvoir de Poutine jusqu'en 2036 – POLITICO

2 juillet 2020 0 Par Village FSE

L'Union européenne a critiqué jeudi un vote en Russie | Oliver Hoslet / EPA-EFE

Les électeurs se sont vu refuser l'accès à des « informations équilibrées », a déclaré le porte-parole de l'UE.

Par

Actualisé

L'Union européenne a critiqué jeudi un vote en Russie qui pourrait permettre à Vladimir Poutine de rester au pouvoir jusqu'en 2036.

« Nous nous attendons à ce que tous les rapports et allégations d'irrégularités, y compris la coercition des électeurs, les votes multiples, la violation du secret du vote et les allégations de violence policière contre un journaliste qui était présent pour observer, soient dûment enquêtés », a déclaré un porte-parole de l'UE dans un communiqué. sur le vote qui modifie la constitution russe pour permettre à Poutine de se présenter deux fois après la fin de son mandat actuel en 2024.

Selon les résultats préliminaires officiels, 78% ont voté en faveur des amendements, contre 21% contre. Le taux de participation était d'environ 65%.

L'UE « regrette que, dans la perspective de ce vote, une campagne pour et contre n'ait pas été autorisée, refusant ainsi aux électeurs l'accès à des informations équilibrées », a ajouté le porte-parole.

Dans la déclaration, l'UE a critiqué un autre aspect du vote, impliquant un ajout à l'article 79 de la constitution, qui donne à la constitution russe la primauté sur les traités internationaux. « La Commission de Venise du Conseil de l'Europe, dont la Russie est membre, a considéré cet ajout incompatible avec les obligations internationales de la Russie et a recommandé que cet ajout soit supprimé ou que le libellé soit modifié », a déclaré le porte-parole, soulignant que « nous attendons de la Russie, indépendamment de tout amendement à sa constitution, de respecter ses obligations internationales, y compris son obligation d'exécuter les arrêts de la Cour européenne des droits de l'homme. « 

S'exprimant lors du briefing régulier de midi, Peter Stano, porte-parole du Service européen pour l'action extérieure, l'organe diplomatique du bloc, a déclaré « nous sommes attachés à l'intégrité territoriale et à la souveraineté de l'Ukraine » et, par conséquent, « nous ne reconnaissons pas le vote en Crimée et dans la partie orientale de l'Ukraine – il n'était même pas censé y être organisé. «