L'UE conclut un nouvel accord Covid-19 au milieu des craintes de distribution mondiale

L'UE conclut un nouvel accord Covid-19 au milieu des craintes de distribution mondiale

21 septembre 2020 0 Par Village FSE

La Commission européenne a annoncé vendredi 18 septembre qu'elle avait signé avec succès son deuxième contrat au nom des États membres avec les fabricants pharmaceutiques Sanofi et GSK pour la fourniture d'au moins 300 millions de doses de son potentiel vaccin Covid-19.

En échange du droit d'acheter le nombre convenu de doses de vaccin dans un délai donné, la Commission européenne financera une partie des coûts initiaux supportés par les producteurs de vaccins. Mais les doses de vaccin seront finalement achetées par les pays de l'UE.

L'exécutif européen discute également d'accords similaires avec d'autres fabricants de vaccins tels que Johnson & Johnson, CureVac, Moderna et BioNTech.

Au total, Bruxelles s'est déjà assuré ou est en train de négocier un stock de près de deux milliards de doses de coups potentiels.

Suite à de nouvelles flambées dans toute l'Europe, la commissaire européenne à la santé, Stella Kyriakydes, a déclaré dans un communiqué qu'un « vaccin efficace est plus que jamais indispensable pour surmonter cette pandémie et ses effets dévastateurs sur nos économies et nos sociétés ».

L'accord a eu lieu à la date limite pour rejoindre le programme d'achat de vaccins de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) – qui vise à accélérer le développement des vaccins et à les distribuer équitablement pour éviter le «nationalisme des vaccins».

Avec près de 30 millions de cas de coronavirus dans le monde et plus de 937 000 décès, « les vaccins seront un outil vital pour maîtriser la pandémie », a déclaré la semaine dernière le chef de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Jusqu'à présent, 92 pays à faible revenu sont impliqués dans le programme COVAX dirigé par l'OMS, tandis que quelque 80 pays à revenu plus élevé ont exprimé leur intérêt à y adhérer. Le mois dernier, les États-Unis ont annoncé qu'ils ne rejoignaient pas un programme « influencé par la corruption de l'OMS et de la Chine ».

Les pays riches d'abord

Dans son discours sur l'état de l'Union, la présidente de la commission, Ursula von der Leyen, a mis en garde contre le « nationalisme vaccinal », affirmant qu'il mettait des vies en danger dans le monde entier.

Cependant, une étude de l'ONG Oxfam montre que quelques pays, qui ne représentent que 13% de la population mondiale, ont déjà acheté plus de la moitié des doses promises de cinq principaux candidats vaccins Covid-19.

Ces vaccins sont développés par AstraZeneca, Gamaleya / Sputnik, Moderna, Pfizer et Sinovac.

Les vaccins candidats, qui sont en phase d'essais cliniques avancés, pourraient fournir 5,94 milliards de doses, suffisamment pour près de trois milliards de la population mondiale, selon Oxfam.

Mais 51% des approvisionnements ont déjà été achetés par des pays riches – à savoir les États-Unis, l'Union européenne, la Grande-Bretagne, l'Australie, Hong Kong et Macao, le Japon, la Suisse et Israël.

Alors que les 2,6 milliards de doses restantes ont été achetées ou promises à des pays en développement comme l'Inde, le Bangladesh, la Chine ou le Brésil, entre autres.

« Le plus important est d'augmenter la production dans le monde entier dès qu'un vaccin est trouvé afin qu'il y en ait assez pour tout le monde – mais il doit aussi y avoir une manière équitable d'attribuer les doses qui donne la priorité aux personnes à risque dans tous les pays », Anna Marriott, conseiller en politique de santé chez Oxfam, a déclaré à EUobserver.

« Les pays de l'UE sont naturellement préoccupés par l'obtention de doses suffisantes pour leurs citoyens, mais tant qu'ils ne défieront pas les monopoles pharmaceutiques, leurs accords laisseront de nombreux pays pauvres dans le froid », a-t-elle ajouté.

Pendant ce temps, les membres des commissions de l'environnement et de l'industrie du Parlement européen tiendront la semaine prochaine une audition sur les vaccins Covid-19, axée sur des essais cliniques adéquats, une fabrication et une commercialisation rapides et une distribution équitable des vaccins.