L'opposition biélorusse remporte le prix des droits de l'homme du Parlement européen – EURACTIV.fr

L'opposition biélorusse remporte le prix des droits de l'homme du Parlement européen – EURACTIV.fr

23 octobre 2020 0 Par Village FSE

Le Parlement européen a décerné son prix annuel Sakharov pour les droits de l'homme jeudi 22 octobre au mouvement d'opposition démocratique en Biélorussie dirigé par l'exilée Svetlana Tikhanovskaya, qui a tenu tête à l'homme fort Alexander Lukashenko.

«Ils ont résisté et restent forts face à un adversaire beaucoup plus fort. Mais ils ont de leur côté quelque chose que la force brute ne peut jamais vaincre – et c'est la vérité », a déclaré le président du Parlement, David Sassoli, aux législateurs européens.

«Mon message pour vous, chers lauréats, est de rester forts et de ne pas abandonner votre combat. Sachez que nous sommes à vos côtés », a ajouté Sassoli.

Le prix des droits de l'homme, du nom du physicien et dissident soviétique Andrei Sakharov, a été créé en 1988 par le Parlement européen et est décerné chaque année à des individus ou des organisations qui «ont apporté une contribution importante à la lutte pour les droits de l'homme ou la démocratie».

La Biélorussie a été en proie à des manifestations sans précédent depuis que Loukachenko a revendiqué la victoire sur Tikhanovskaya lors des élections d'août.

Depuis lors, chaque week-end, des dizaines de milliers de Bélarussiens descendent dans la rue pour protester contre Loukachenko, le plus ancien dirigeant d’Europe, malgré le risque d’arrestation et la menace de balles réelles utilisées par la police contre des manifestants pacifiques.

L'opposition démocratique au Bélarus est représentée par le Conseil de coordination, une initiative de femmes, y compris d'éminentes personnalités politiques et de la société civile, mise en place pour entamer une transition démocratique du pouvoir.

Le prix sera décerné à plusieurs personnalités de l'opposition biélorusse, dont Tsikhanouskaya; Maryya Kalesnikava; Veranika Tsapkala; Volha Kavalkova; Syarhey Dyleuski; La lauréate du prix Nobel Svetlana Alexievich; Le mari emprisonné de Tsikhanouskaya, Syarhey Tsikhanouski; le fondateur de la chaîne Telegram NEXTA, Stsyapan Putsila; Ales Byalyatski de l'organisation de défense des droits humains Vyasna; et le prisonnier politique Mikalay Statkevich, candidat aux élections présidentielles de 2010.

Presque toutes les personnalités liées à Tikhanovskaya – et au Conseil de coordination – ont été emprisonnées, assignées à résidence ou contraintes à l'exil.

Après l'annonce du prix jeudi, elle a déclaré qu'elle était «vraiment heureuse» d'entendre le prix Sakharov décerné au mouvement d'opposition à Loukachenko.

« Ce n'est pas ma récompense personnelle, c'est une récompense pour le peuple biélorusse », a-t-elle déclaré aux journalistes.

Une cérémonie de remise de prix doit avoir lieu au Parlement européen lors de sa session plénière à Strasbourg le 16 décembre.

Moscou et Minsk ont ​​constamment dénoncé une conspiration occidentale derrière les manifestations, faisant du soutien de l’Europe une arme à double tranchant pour l’opposition.

Tikhanovskaya, qui a obtenu un abri en Lituanie, membre de l'UE, après le vote, a appelé Loukachenko à quitter le pouvoir avant le 25 octobre, prévenant qu'il serait autrement confronté à une grève générale paralysante.

Le chef de l'opposition biélorusse s'était adressé au Parlement européen à deux reprises depuis lors. En septembre, lors d’une réunion avec les ministres des affaires étrangères de l’UE à Bruxelles, elle a exhorté l’UE à faire preuve de courage et à imposer des sanctions au régime de Loukachenko, alors que le bloc continuait de faire face à des querelles internes au sujet des sanctions.

Après des semaines de querelles, les dirigeants de l'UE sont sortis d'une impasse de longue date pour imposer des sanctions contre les membres du régime biélorusse le 2 octobre.

L’UE est désormais prête à imposer des gels d’avoirs et des interdictions de voyager à une quarantaine de membres du régime du président Alexandre Loukachenko qu’elle reproche d’avoir truqué les élections du 9 août et de réprimer les manifestations par la suite. Loukachenko lui-même sera également visé par une interdiction de voyager et ses avoirs seront gelés.

En outre, l'UE a réduit le soutien financier qu'elle accorde à son gouvernement et a plutôt augmenté son soutien au peuple biélorusse et à la société civile.

Les députés appellent à la mise en œuvre des sanctions

Mercredi 21 octobre, les législateurs de l’UE ont également adopté de nouvelles recommandations par 602 voix pour, 44 contre et 44 abstentions, appelant à un examen complet des relations de l’UE avec la Biélorussie.

Les députés ont exhorté l'UE à «imposer immédiatement des sanctions, approuvées par les ministres des Affaires étrangères et le Conseil européen, dirigées contre un groupe important de personnes et prévoyant un gel des avoirs et une interdiction de voyager».

Ils ont également souligné la position du Parlement européen selon laquelle après la fin de l'actuelle présidentielle de Loukachenko le 5 novembre 2020, «il ne sera plus un président légitime».

«L'UE ne peut pas être un observateur passif – des mesures actives pour empêcher une intervention hybride ou directe de la Russie en Biélorussie doivent être prises», a déclaré le rapporteur Petras Auštrevičius (Renew Europe) après le vote, exhortant la présidence allemande de l'UE à «mener les efforts diplomatiques pour empêcher tout ingérence et soutiennent les aspirations démocratiques du peuple biélorusse ».

(Edité par Zoran Radosavljevic)