L'Italie retarde encore une fois sa décision concernant le fonds de sauvetage de l'UE – EURACTIV.fr

L'Italie retarde encore une fois sa décision concernant le fonds de sauvetage de l'UE – EURACTIV.fr

3 juillet 2020 0 Par Village FSE

The Capitals vous apporte les dernières nouvelles de toute l'Europe, grâce à des reportages sur le terrain par le réseau médiatique d'EURACTIV. Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

Avant de commencer à lire l'édition d'aujourd'hui des Capitals, n'hésitez pas à consulter l'article L'UE frappe 10 pays avec une action en justice «porte-bons» par Sam Morgan.

Nous souhaitons vous rappeler que tout le monde chez EURACTIV souhaite continuer à fournir un contenu de qualité supérieure couvrant l'UE de manière claire et impartiale, malgré le fait qu'il soit fortement touché par la crise actuelle. Comme nous, à EURACTIV, croyons fermement que nos lecteurs ne devraient pas avoir à accéder au contenu via un mur payant, nous vous demandons d'envisager d'apporter une contribution et merci à tous ceux qui l'ont déjà fait. Si vous souhaitez faire un don unique ou récurrent, il vous suffit de suivre ce lien.


Dans les nouvelles d'aujourd'hui des Capitales:

ROME

Le Premier ministre italien retarde à nouveau la décision sur le fonds de sauvetage de l'UE. Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a reporté une décision sur l'utilisation du mécanisme européen de stabilité (MES) jusqu'à «la fin des négociations européennes sur le fonds de relance». EURACTIV L'Italien Alessandro Follis va plus loin.

///

BERLIN

Le Bundestag allemand approuve la pension de base. Le Parlement allemand a finalement approuvé jeudi 2 juillet l'accord promettant une pension de base, qui a été conclu par la CDU / CSU et le SPD à la mi-février.

Le Bundesrat votera la loi vendredi 3 juillet. Si elle est adoptée, la réforme bénéficierait à 1,3 million de personnes bénéficiant de petites pensions et entrerait en vigueur le 1er janvier 2021. Sarah Lawton, d'EURACTIV Allemagne, raconte l'histoire.

///

PARIS

La réforme de la santé reportée. Les négociations entamées fin mai entre le ministère français de la Santé et les syndicats d'infirmières censés réformer la pénurie de personnel hospitalier et les salaires appelés «Ségur de la santé» ont échoué.

Bien que le personnel infirmier soit régulièrement en grève sur ces questions, les syndicats ont déclaré que les 6,8 milliards d'euros proposés par Health MinisteOlivier Véran ne suffit pas. Le 15 juillet, le président Macron annoncera le projet de réforme.

(EURACTIV.FR)

///

BRUXELLES

L'extrême droite modifie le monument du Congo à Bruxelles. L’extrême droite Vlaams Belang a «restauré» le monument du Congo dans le parc du Cinquantenaire à Bruxelles, en rajoutant les mots français et néerlandais «Arabisch» et «arabe» sur le monument. Le sénateur du Vlaams Belang, Bob De Brabandere, et le député Dries Van Langenhove ont déclaré que leurs actions visaient à protester contre ce qu'ils appellent «l'iconoclasme actuel et le culte des excuses».

Selon un communiqué de presse, le parti considère comme un double standard que l'on demande aujourd'hui des excuses pour ce qui a été fait dans un passé lointain, « tout en gardant le silence sur les crimes qui se poursuivent encore aujourd'hui ». (Alexandra Brzozowski, EURACTIV.com)

Lire aussi: le roi de Belgique exprime ses « plus profonds regrets » pour le passé colonial du Congo

///

LONDRES

BBC balance la hache. Un employé de la BBC Angleterre sur six, soit un total de 450 emplois, sera licencié dans le cadre de coupes sombres dans les services de télévision et de radio régionaux du diffuseur financé par les contribuables. Benjamin Fox d'EURACTIV rapporte à Londres.

///

VIENNE

Nouveau programme de dépistage pour augmenter les tests COVID-19. L'Autriche ayant enregistré sa première hausse à trois chiffres en quelques semaines avec plus de 100 cas de coronavirus du mardi au mercredi, principalement en raison de nouveaux clusters en Haute-Autriche et à Salzbourg, Le ministre de la Santé Rudolf Anschober (Verts) a annoncé un nouveau programme de dépistage pour contenir la propagation.

Le nouveau programme comprendra jusqu'à 30 000 tests volontaires par semaine, qui seront également disponibles pour les personnes sans symptômes qui travaillent dans des zones à haut risque.

(Philipp Grüll | EURACTIV.de)

///

VILNIUS

L'approbation de l'OTAN est cruciale pour la région. Après que l'OTAN a finalement approuvé les plans de défense mis à jour pour la Pologne et les États baltes, les responsables lituaniens ont salué cette étape, la qualifiant de cruciale pour la sécurité régionale, selon Baltic News Network.

Cette semaine, l'OTAN a clôturé le processus d'approbation nécessaire après avoir conclu un compromis avec la Turquie qui était le seul pays à bloquer le plan. (Benas Gerdžiūnas | LRT.lt/en)


LE SUD DE L'EUROPE

MADRID

L'Espagne a perdu 8 millions de touristes et 8 milliards d'euros en mai. Le secteur touristique, pilier de l'économie espagnole, a subi un énorme coup en mai en raison de la pandémie de COVID-19. Le pays a perdu un total de 8 millions de touristes et plus de 8,1 milliards d'euros en mai, selon de nouvelles statistiques publiées jeudi 2 juillet par l'Institut national de statistique d'Espagne, a rapporté le partenaire d'EURACTIV, EFE.

En avril (phase la plus critique de la pandémie) et en mai, l'Espagne a perdu plus de 15 millions de touristes. Les touristes dépensant en moyenne 1 000 euros par personne dans le pays, la perte totale sur les deux mois a été estimée à environ 15 milliards d'euros. Lisez plus ici.

///

Dans d'autres nouvelles, le gouvernement de coalition espagnol tiendra une réunion extraordinaire (Consejo de Ministros) aujourd'hui (3 juillet) pour approuver un «paquet économique» spécial pour atténuer l'impact de la crise pour les plus vulnérables, ont indiqué des sources officielles à l'EFE, sans fournir détails supplémentaires.

Le Premier ministre Pedro Sánchez, les dirigeants des principaux syndicats du pays (parmi lesquels Comisiones Obreras et UGT) et les membres du secteur des entreprises devraient signer un nouvel accord pour préserver, dynamiser et protéger le marché du travail, El País et EFE signalés. (Fernando Heller | EUROEFE.EURACTIV.es)

///

LISBONNE

L'État prend 72,5% de la compagnie aérienne TAP. Le gouvernement portugais a annoncé jeudi 2 juillet qu'il était parvenu à un accord avec les actionnaires privés de son transporteur national, TAP. Le gouvernement a offert en retour 55 millions d'euros pour lesquels il détiendra 72,5% du capital de la société contre 50% actuellement. «Afin d'éviter l'effondrement de l'entreprise, le gouvernement a choisi de conclure un accord de 55 millions d'euros», a déclaré le ministre des Finances, João Leão, lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre de l'Infrastructure et du Logement, Pedro Nuno Santos.

Le gouvernement, dirigé par le Premier ministre António Costa, a également approuvé jeudi une résolution reconnaissant l'intérêt public sous-jacent à l'opération de soutien au TAP à hauteur de 1,2 milliard d'euros. Lucília Tiago de Lusa.pt a les détails.


VISEGRAD

PRAGUE

Affaires suspectes pendant l'épidémie de COVID-19. Le siège national contre le crime organisé (NCOZ), qui est chargé de la examiner achats d'équipement de protection pendant l'état d'urgence, a effectué une descente dans plusieurs sociétés privées jeudi 2 juillet et a demandé des documents au ministère de la santé.

Ces derniers mois, l'opposition a attiré l'attention sur des circonstances suspectes dans lesquelles des équipements de protection, y compris des masques faciaux, et des respirateurs avaient été achetés depuis l'épidémie de coronavirus. Par exemple, une entreprise connue sous le nom de LA Factory a vendu des masques de protection au ministère pour 1,2 milliard de couronnes tchèques (50 millions d'euros), bien qu'elle ait été presque inactive avant l'épidémie et qu'elle n'ait ni vendeur ni employé, Aktuálně.cz a écrit.

(Lukáš Hendrych | EURACTIV.cz)

///

BUDAPEST

La Hongrie refuse d'ouvrir ses frontières. « À l'exception de la Serbie, nous ne pouvons pas encore répondre à la demande de l'Union d'admettre des citoyens de pays extérieurs à l'UE, car cela serait contraire aux intérêts sanitaires du peuple hongrois », a déclaré le Premier ministre Viktor Orbán jeudi 2 juillet. Le Conseil de l’UE a convenu mardi 30 juin d’une «liste de voyage sûre» comprenant 15 pays tiers à partir desquels il sera possible de se rendre en Europe à partir du 1er juillet.

(Vlagyiszlav Makszimov, EURACTIV.com)


NOUVELLES DES BALKANS

LJUBLJANA

La Slovénie retire trois États de l'UE de la liste des pays sans COVID-19. La Croatie, la France et la République tchèque seront retirées de la liste des pays sûrs à partir de samedi (4 juillet), a déclaré un porte-parole du gouvernement, ajoutant que, inversement, la Belgique et les Pays-Bas seraient ajoutés à la liste verte. Le ministère de la Santé mettra également en place un système permettant de rendre les décisions de quarantaine obligatoires aux voyageurs entrants à la frontière.

Le taux d'infection au COVID-19 en Slovénie est en augmentation, avec 21 nouveaux cas confirmés mercredi (1er juillet), liés à des cas importés de Serbie et de Bosnie-Herzégovine, a déclaré l'institut de santé publique. (Zoran Radosavljević | EURACTIV.com)

///

BELGRADE

Les données sur la pandémie de COVID-19 sont inacceptablement basses. Selon Rodoljub Šabić, avocat et ancien et premier commissaire serbe pour les informations d'intérêt public et la protection des données personnelles, la disponibilité d'informations sur les efforts du gouvernement et du siège de crise pour supprimer la pandémie de COVID-19 est inquiétante et inacceptable, et leur l'attitude actuelle entraîne des problèmes plus graves. Reportage d'EURACTIV Serbie.

***

(Sous la direction d'Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox)