Les pays de l'UE doivent associer leurs promesses à leur politique en matière d'énergie éolienne, selon l'industrie – EURACTIV.fr

Les pays de l'UE doivent associer leurs promesses à leur politique en matière d'énergie éolienne, selon l'industrie – EURACTIV.fr

17 octobre 2020 0 Par Village FSE

Les États membres de l'UE doivent mettre en place des politiques pour soutenir leurs ambitions en matière d'énergie éolienne, selon le groupe de pression industriel WindEurope.

Le rapport annuel de WindEurope, publié vendredi 16 octobre, montre que 15% de la consommation d’énergie de l’UE était fournie par l’énergie éolienne en 2019, mais cela devra considérablement augmenter pour atteindre les objectifs climatiques.

D'ici 2050, la Commission européenne souhaite que l'énergie éolienne fournisse 50% de l'électricité de l'UE.

«C'est un grand défi que l'UE nous a lancé. Pouvons-nous livrer? Oui, nous pouvons, nous avons la technologie », a déclaré Giles Dickson, PDG de WindEurope, ajoutant que de nouveaux parcs éoliens apporteraient des avantages économiques et sociaux et contribueraient à la reprise économique.

Pour y parvenir, les pays doivent adopter des politiques pour atteindre les ambitions de leurs plans nationaux en matière d'énergie et de climat.

«Le problème est que les plans nationaux sur l'énergie et le climat manquent, dans de nombreux cas, des politiques, mesures et instruments détaillés nécessaires pour réaliser cette expansion majeure de l'énergie éolienne», a déclaré Dickson.

Les 27 États membres se sont engagés à développer l'énergie éolienne dans leurs plans, mais un manque de politique détaillée laisse «un grand point d'interrogation sur eux», selon Dickson.

WindEurope a déjà souligné ces problèmes, mettant en évidence trois étapes nécessaires pour améliorer l'énergie éolienne dans l'UE: organiser des enchères mieux planifiées, améliorer l'électrification et simplifier les permis et la planification.

Alors que l'Europe dans son ensemble est sur la bonne voie avec l'électrification, WindEurope souligne l'efficacité variable des enchères entre les États membres, tandis que l'autorisation est généralement considérée comme mauvaise.

Éolien: quelle avenir pour l'Europe?

L'Europe est le berceau de l'industrie éolienne et est toujours perçue à juste titre comme un leader mondial du secteur. Mais de nouveaux projets ont ralenti ces dernières années, indiquant de nouveaux défis pour le secteur de l’énergie éolienne de l’UE en…

Les permis sont trop lents

Les problèmes de permis restent une épine dans le flanc de l'industrie éolienne avec des procédures d'autorisation compliquées et un manque de fonctionnaires qualifiés pour les superviser. La crise du COVID-19 a aggravé cette situation, détournant les fonctionnaires pour faire face à la pandémie.

En vertu de la nouvelle directive sur les énergies renouvelables, les États membres ne devraient prendre qu'un maximum de deux ans pour autoriser ou refuser de nouvelles turbines et un an pour les projets de repowering, où les turbines sont remplacées par des modèles plus récents et plus efficaces.

De nombreux États membres s'améliorent, la France et l'Allemagne travaillant sur de nouveaux plans pour accélérer les permis. L'Allemagne a déjà amélioré les applications, le gouvernement consacrant davantage de ressources à l'examen des demandes.

L'opinion publique a également été une pierre d'achoppement pour l'industrie avec des groupes comme Cérémé En France faire des publicités dans les journaux nationaux, et dire que l'énergie éolienne n'est pas renouvelable.

« Peut-être qu'ils ont une approche différente des définitions et du langage pour le reste d'entre nous, mais les faits ne soutiennent pas leurs affirmations », a déclaré Dickson, lorsqu'on lui a demandé sa réponse à cette affirmation.

Dans certains pays, l'opposition aux parcs éoliens est devenue mieux organisée et financée avec des groupes payant des avocats pour traiter les demandes.

«Ici, la complexité des règles d'autorisation entre en jeu, car lorsque vous payez pour les meilleurs avocats, il n'est pas trop difficile pour eux de trouver, disons, l'une des cent cases que vous avez dû cocher dans votre demande de permis, ce qui vous n'avez pas coché correctement », a déclaré Dickson.

En général, cependant, il pense que l'opinion publique est derrière les parcs éoliens, citant des sondages d'opinion montrant que «70% des personnes en Europe soutiennent la poursuite de l'expansion de l'éolien terrestre».

L'engagement communautaire est essentiel

D'ici la fin de l'année, WindEurope prévoit d'introduire une norme industrielle pour traiter avec les communautés, qui, selon Dickson, bénéficient des taxes locales et des initiatives financées par les parcs éoliens.

«Cela crée des emplois et des investissements dans les communautés rurales, qui risquent de passer à côté des investissements qui se produisent dans les grandes régions métropolitaines», a déclaré Dickson, en désignant les anciens centres de construction navale du nord de la Pologne, comme Gdansk et Gdynia, où 10 000 emplois ont été créés produisant des équipements pour éoliennes.

Il a souligné les revenus générés par les parcs éoliens, en disant: «Il y a beaucoup de gouvernements locaux qui obtiennent 10% de leurs revenus, donc 10% de leur budget total. Les dépenses annuelles sont couvertes par ce qu'elles reçoivent du parc éolien local. »

Le rapport indique que la contribution de l’énergie éolienne au PIB de l’UE est de 37 milliards d’euros par an, ce qui correspond à des pays comme la Croatie et la Slovénie.

D'autres problèmes incluent les restrictions de l'UE sur les approvisionnements en provenance de Chine, qui «sape» l'industrie éolienne, et la crise du COVID-19 qui retarde certaines installations car la construction de parcs éoliens n'est pas encore considérée comme un service essentiel.

Malgré cela, l'industrie éolienne a été assez «résiliente» au COVID, selon le rapport. Les parcs éoliens ont continué à fonctionner pendant la pandémie, fournissant 17% de la consommation électrique européenne au cours des six premiers mois de 2020.

Les 248 usines à travers l'Europe qui fabriquent les composants et assemblent les éoliennes fonctionnent à nouveau et de nouveaux investissements, totalisant 40 milliards d'euros cette année, ont été annoncés.

(Edité par Frédéric Simon)