Les objectifs de la ferme à la fourchette ne sont peut-être pas figés – EURACTIV.fr

Les objectifs de la ferme à la fourchette ne sont peut-être pas figés – EURACTIV.fr

11 juillet 2020 0 Par Village FSE
Un commissaire européen a pour la première fois suggéré la possibilité de réviser les objectifs ambitieux de la nouvelle politique alimentaire de l'UE à un stade ultérieur, en cas de problème et en particulier si la sécurité alimentaire est menacée.

S'exprimant devant le Sénat français, le commissaire à l'Agriculture Janusz Wojciechowski a fait un commentaire inattendu sur la question épineuse des objectifs de la stratégie de la ferme à la fourchette (F2F).

« S'il devenait évident que la réalisation des objectifs fixés dans cette stratégie menaçait à la fois la sécurité alimentaire et la compétitivité de notre agriculture, alors ces objectifs devraient être révisés », a-t-il déclaré.

Le commissaire polonais s'est concentré en particulier sur les aspects de la sécurité alimentaire et de la compétitivité des agriculteurs, ajoutant que, du point de vue stratégique, le F2F devrait également garantir et maintenir les deux.

« Je crois que j'ai gagné mon procès ici et il y aura un suivi de cette stratégie en ce qui concerne la sécurité alimentaire et la compétitivité de notre secteur agricole », a-t-il déclaré.

Avec une seule remarque, Wojciechowski a réaffirmé la primauté de la sécurité alimentaire sur les aspects environnementaux en matière d'agriculture, précisant également que le F2F n'est pas nécessairement un aller simple.

Il y a tout juste deux semaines, le commissaire à l'environnement, Virginijus Sinkevičius, a soutenu le contraire, affirmant que la sécurité alimentaire n'était plus une préoccupation majeure pour l'UE.

Pour le jeune lituanien, d'autres défis dominent le système alimentaire européen, tels que le gaspillage alimentaire, la surconsommation, l'obésité et son empreinte environnementale globale.

Cette différence d’opinion montre que tout le monde au Collège d’Ursula von der Leyen n’est pas du même avis et qu’il serait inutile de nier des intérêts conflictuels ou des tensions dans les services de la Commission.

Comme pour toute initiative de la Commission ayant un impact sur divers domaines politiques, le F2F a été préparé sur la base de la coopération et de la consultation entre tous les services de la Commission concernés, a récemment déclaré à EURACTIV une source de l'exécutif de l'UE.

Cependant, il n'est pas passé inaperçu que Wojciechowski lui-même n'a pas été invité à la soirée de réchauffement de la ferme à Fork – la conférence de presse de lancement – bien qu'il représente une direction générale, la DG AGRI, qui avait joué un rôle majeur dans la rédaction. la stratégie.

Avec son commentaire, Wojciechowski a peut-être incliné la main à l'avance, montrant que la sécurité alimentaire devrait être la ligne rouge de la DG AGRI dans la discussion sur la livraison du F2F.

En effet, l'accent est désormais mis sur la manière dont le F2F peut être mis en œuvre dans la pratique après que le débat sur les objectifs ait inévitablement suscité une attention soutenue jusqu'à présent.

Sur ce point même, la Commission a critiqué une fois de plus l'accord intervenu entre le Parlement européen et le Conseil sur un régime temporaire de deux ans avant le début du prochain programme de subventions agricoles de l'UE.

La Commission estime qu’une division de la politique agricole commune (PAC) d’un an conviendrait mieux dans le contexte de la mise en œuvre du F2F et de l’Union européenne de prochaine génération, le fonds de relance de 750 milliards d’euros de la Commission visant à relancer et à transformer l’économie du bloc.

« Nous devons également rappeler au Parlement et au Conseil que l'une des options qui restent sur la table est de retirer la proposition », a déclaré un représentant de la Commission aux députés de la commission de l'agriculture lundi 6 juillet.

Le fait que la Commission ne semble pas céder sur cette question semblait être une menace pour les députés, qui ne semblaient pas prêts à renoncer à leur indépendance législative pour accélérer la mise en œuvre du F2F.

(G.F)