Les ministres soutiennent l'objectif climatique 2050 à l'échelle de l'UE, pas par pays

Les ministres soutiennent l'objectif climatique 2050 à l'échelle de l'UE, pas par pays

26 octobre 2020 0 Par Village FSE

Vendredi 23 octobre, les ministres de l'environnement de l'UE sont parvenus à un accord partiel sur la toute première loi climatique de l'Union, laissant la décision sur l'objectif actualisé à l'horizon 2030 aux dirigeants de l'UE, qui tenteront de conclure un accord en décembre.

« Je suis très heureuse que le Conseil Environnement vienne de franchir une étape importante vers un accord sur la loi climatique européenne », a tweeté la ministre allemande de l'environnement Svenja Schulze, qui a présidé la réunion, soulignant la « coopération constructive dans ces négociations difficiles ».

Les ministres de l'UE ont décidé que l'objectif de zéro émission nette pour 2050 devrait être un objectif à l'échelle de l'UE, malgré les appels de certains États membres, tels que le Danemark, le Luxembourg et la Suède, qui souhaitaient le rendre juridiquement contraignant pour chaque pays de l'UE.

La loi sur le climat sera un instrument « d'autodiscipline » pour atteindre l'objectif climatique du bloc, mais elle apportera également « prévisibilité et sécurité juridique », a déclaré vendredi aux ministres le commissaire au Green Deal, Frans Timmermans.

Alors qu'aucun des 27 pays de l'UE n'a rejeté le projet de loi, la Bulgarie a décidé de s'abstenir – affirmant que la loi sur le climat devrait inclure certains des aspects convenus par les pays de l'UE lorsqu'ils ont adopté la neutralité climatique de 2050 en décembre de l'année dernière, comme le fait que chaque État membre le «droit de déterminer son propre mix énergétique».

L'ambition de l'objectif de réduction des émissions à l'horizon 2030 était également un sujet de préoccupation pour certains ministres de l'UE, qui ont réitéré leur appel à la Commission européenne pour qu'elle évalue « la situation spécifique » de chaque pays.

Cependant, Timmermans a déclaré que les analyses d'impact individuelles seraient présentées avec les propositions législatives d'ici juin 2021.

Le mois dernier, la Commission européenne a proposé d'augmenter l'objectif climatique 2030 de 40 à 55 pour cent (contre les niveaux de 1990) après avoir réalisé une analyse d'impact à l'échelle de l'UE.

Alors que la majorité des pays de l'UE ont soutenu la fixation d'un objectif plus ambitieux pour le bloc, d'autres États membres, comme la Pologne dépendante des combustibles fossiles, ont exprimé des inquiétudes concernant les différentes positions de départ et éventuellement l'aggravation des inégalités.

Le sous-secrétaire d'État polonais au ministère du climat, Adam Guibourgé-Czetwertyński, a déclaré que déplacer le fardeau des États membres les plus riches vers les États membres les plus pauvres pour atteindre l'objectif de neutralité climatique de 2050 ne serait pas acceptable pour la Pologne.

Après 2023, les ministres de l'UE souhaitent également que la commission propose un objectif intermédiaire pour 2040, qui doit être approuvé par les États membres.

L'accord partiel conclu la semaine dernière ouvre la voie à l'ouverture de négociations avec le Parlement européen, qui vise à parvenir à un consensus politique avant la fin de l'année et avant le cinquième anniversaire de l'accord de Paris.

Vendredi également, les ministres de l'UE ont adopté la stratégie de l'UE pour la biodiversité, qui comprend la réduction des pesticides et la mise plus de terres sous protection de l'environnement.