Les féministes françaises protestent contre les nouveaux ministres controversés – POLITICO

Les féministes françaises protestent contre les nouveaux ministres controversés – POLITICO

10 juillet 2020 0 Par Village FSE

Des manifestantes féministes devant la mairie de Paris | Thomas Coex / AFP via Getty Images

Les militants affirment que les nominations de Macron contredisent son engagement à lutter contre les violences sexuelles et à promouvoir l’égalité des sexes.

Par

Actualisé

Des militantes féministes ont manifesté vendredi dans toute la France contre la décision d'Emmanuel Macron de nommer plusieurs personnalités controversées ministres du nouveau gouvernement français, affirmant qu'elles contredisent ouvertement l'engagement du président de lutter contre les violences sexuelles et de promouvoir l'égalité des sexes.

La manifestation à Paris a attiré plusieurs centaines de participants et des manifestations ont également eu lieu dans d'autres villes, dont Toulouse, Lille, Marseille et Grenoble.

La nomination la plus controversée est le nouveau ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, qui supervisera les forces de police du pays. Une femme a accusé Darmanin de l'avoir violée en 2009 après avoir demandé son aide pour effacer son casier judiciaire; Darmanin a fermement nié les accusations de viol. Après l'abandon initial des charges, l'affaire a été rouverte récemment dans le cadre d'une procédure d'appel.

Le nouveau ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, qui a fait des commentaires controversés sur le mouvement MeToo, était également dans le collimateur des manifestants.

Mais c'est la nomination de Darmanin qui a particulièrement contrarié les militantes féministes, qui ont longtemps critiqué le traitement des cas d'agression sexuelle par la police et le système judiciaire, qui, selon eux, peuvent être préjudiciables aux survivantes. La position du ministre de l'Intérieur est souvent qualifiée de « meilleur flic de France ».

Des centaines de personnes se sont rassemblées devant la mairie de Paris, arborant des pancartes indiquant «Gouvernement de honte» ou «Ministère du viol».

Les manifestants aussi a marché près de l'ambassade de France à Bruxelles.