Les Européens économisent jusqu'à 2 milliards d'euros grâce au plafonnement des frais de cartes bancaires – EURACTIV.fr

Les Européens économisent jusqu'à 2 milliards d'euros grâce au plafonnement des frais de cartes bancaires – EURACTIV.fr

4 juillet 2020 0 Par Village FSE

Les frais des cartes bancaires pour les commerçants et les consommateurs européens ont diminué ces dernières années grâce aux nouvelles règles de l'UE, générant des économies pouvant atteindre 2 milliards d'euros par an, selon un rapport de la Commission européenne publié cette semaine.

Le règlement sur les commissions d'interchange est entré en vigueur en 2015 pour plafonner les frais de transaction que la banque du commerçant doit payer lorsqu'un client utilise sa carte bancaire. Ces commissions d'interchange sont versées à la banque émettrice de la carte pour couvrir des questions telles que les frais de traitement ou le risque de fraude.

La Commission a évalué l'impact du règlement et a conclu que ses principaux objectifs avaient été atteints.

Les frais d'interchange pour les cartes grand public ont diminué, entraînant des frais de paiement par carte moins élevés et des prix plus bas pour les consommateurs.

Le rapport indique que les économies annuelles estimées sur les coûts de consommation pourraient se situer entre 864 millions d'euros et 1 930 millions d'euros.

En outre, l'exécutif européen a conclu que l'intégration du marché du secteur des paiements de détail, une priorité pour l'Union au cours des prochains mois, s'était améliorée grâce à l'utilisation accrue par les magasins de détail de banques situées dans d'autres États membres, entraînant davantage de transactions transfrontalières par carte bancaire. .

La Commission a toutefois ajouté que, dans certains domaines, davantage de données seront nécessaires pour évaluer l'impact du règlement.

Compte tenu des résultats globalement positifs, l'exécutif européen a exclu à ce stade la possibilité de modifier le règlement. La décision a été saluée par Payments Europe, une association de solutions de paiement par carte mondiales et européennes.

Son secrétaire général, Robrecht Vandormael, a déclaré qu'ils continuaient à promouvoir un marché européen des paiements compétitif, basé sur un «cadre réglementaire équilibré» avec la protection des consommateurs au centre.

Le BEUC, l'Organisation européenne des consommateurs, n'était pas prêt à fournir un commentaire lorsque EURACTIV les a contactés.

Avant l'entrée en vigueur des règles, les commissions d'interchange étaient élevées, non transparentes et variaient considérablement d'un État membre à l'autre, entravant le marché intérieur. Pour cette raison, le règlement a fixé des plafonds harmonisés pour les commissions d'interchange pour les cartes de consommation dans l'Espace économique européen.

Il a également introduit des règles commerciales et des pratiques interdites qui créent des barrières commerciales, telles que des restrictions territoriales pour l'utilisation des cartes ou la prévention du choix de la marque de paiement ou de l'application de paiement par les commerçants et les consommateurs.

Augmenter l'utilisation de la carte

Les paiements par carte sont les moyens de paiement sans numéraire les plus courants dans l'UE, avec près de 70 milliards de transactions en 2017, totalisant (52%) toutes les transactions non monétaires.

La Commission s'attend à ce que le COVID-19 augmente encore les paiements sans contact et électroniques, dont beaucoup sont basés sur des cartes, avec un déplacement éventuellement permanent de 10% des utilisateurs.

Paiements sans numéraire contre la pandémie

Les autorités encouragent l'utilisation des paiements électroniques comme mesure plus sûre pour maintenir la distance sociale et contenir la propagation du coronavirus.

Le rapport a noté que la croissance des transactions par carte nationales et transfrontalières est en partie due à la mise en œuvre de la réglementation, «car elles reflètent une acceptation plus élevée des cartes par les commerçants, entraînée en partie par la baisse des frais d'interchange».

Le marché des paiements est cependant fortement concentré entre les mains de quelques cartes internationales, telles que Visa ou Mastercard, a indiqué la Commission.

Néanmoins, le secteur évolue rapidement avec l'arrivée de nouveaux systèmes de paiement innovants grâce aux startups et les banques européennes unissent leurs forces pour proposer de nouvelles options.

Solution de paiement européenne

Au total, 16 grandes banques de la zone euro de Belgique, de France, d'Allemagne, d'Espagne et des Pays-Bas ont annoncé jeudi le lancement d'une initiative de paiement européenne, afin d'offrir une solution de paiement unifiée aux consommateurs et aux commerçants à travers l'Europe.

Le vice-président de la Commission pour les services financiers, Valdis Dombrovskis, a exprimé l'espoir que «des banques d'autres pays, des fintechs européennes innovantes et d'autres prestataires de services de paiement européens rejoindront les 16 premiers membres, apportant leur propre expertise et leurs atouts à ce projet révolutionnaire, et le rendant encore plus innovant et compétitif au niveau mondial ».

L'initiative va dans le sens des objectifs de la Commission, car l'institution lancera plus tard cette année une stratégie pour intégrer les paiements de détail en Europe.

L'UE envisage un espace unique pour les cartes bancaires européennes

La Commission européenne présentera cet automne une stratégie sur un marché européen des paiements intégré, pour faciliter l'utilisation des services de paiement nationaux à travers l'Europe et réduire la dépendance des opérateurs de cartes internationaux tels que Visa ou Mastercard.

(Édité par Zoran Radosavljevic)