Les eurodéputés sauvent le «veggie burger» de l'interdiction de dénomination – EURACTIV.fr

Les eurodéputés sauvent le «veggie burger» de l'interdiction de dénomination – EURACTIV.fr

24 octobre 2020 0 Par Village FSE

Le Parlement européen a rejeté tous les amendements à la politique agricole commune (PAC) qui auraient proposé d'interdire l'utilisation de dénominations de viande pour les denrées alimentaires d'origine végétale, mettant fin à la bataille qui fait rage entre les parties prenantes ces dernières semaines.

Le sujet a été soulevé dans le contexte de la réforme d’une partie importante du programme de subventions agricoles de l’UE, l’organisation commune des marchés agricoles (OCM). Celui-ci régit la production et le commerce des produits agricoles dans l'Union européenne, y compris les aliments d'origine animale et végétale.

Les législateurs européens ont voté contre l’amendement 165, connu comme la mère de tous les amendements à l’interdiction des «hamburgers végétariens», qui a été approuvé par la commission de l’agriculture du Parlement européen en avril 2019.

L'amendement disait que les termes et noms relatifs à la viande actuellement utilisés pour la viande et les morceaux de viande «seront réservés exclusivement aux parties comestibles des animaux.

Une interdiction similaire mais plus stricte, qui figurait dans un amendement déposé par le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit, a également été rejetée.

Les législateurs européens ont également rejeté une autre modification du texte juridique proposé par le groupe socialiste (S&D) qui aurait demandé à la Commission européenne d'intervenir et d'aider à dissiper tout doute sur la terminologie utilisée pour les substituts de viande à base de plantes.

L'amendement socialiste a proposé que, comme principe général, les dénominations de viande ne puissent être utilisées pour aucun produit autre que la viande, demandant à l'exécutif européen de fournir une liste de dérogations pour des noms de viande spécifiques.

Les députés veulent que la Commission entre dans la mêlée des hamburgers végétariens

Les législateurs du Parlement européen envisagent de demander à la Commission européenne d'intervenir et d'aider à dissiper tout doute sur la terminologie utilisée pour les substituts de viande à base de plantes, qui gagnent en popularité dans toute l'UE.

Tous ces amendements auraient empêché les entreprises du secteur alimentaire d’utiliser des termes tels que «hamburger», «steak» ou «saucisse» pour commercialiser des produits alimentaires à base de plantes dans l’UE.

Les amendements sont toujours soumis au vote final du Parlement européen sur l’ensemble du paquet PAC, qui est attendu cet après-midi (23 octobre).

L'organisation de consommateurs BEUC a salué le résultat, affirmant que le Parlement européen faisait usage du bon sens.

« Les consommateurs ne sont en aucun cas déroutés par un steak de soja ou une saucisse à base de pois chiches, à condition qu'il soit clairement étiqueté végétarien ou végétalien », a déclaré Camille Perrin, responsable de la politique alimentaire au BEUC.

Contacté par EURACTIV.com, un porte-parole de l’organisation d’agriculteurs européens COPA-COGECA s’est dit préoccupé par le fait que la question soit laissée aux États membres, si elle n’est pas réglementée au niveau de l’UE.

Cela, ont-ils poursuivi, pourrait créer des distorsions dans le marché unique européen prévoyant des normes différentes en matière d'information et de protection des consommateurs.

Fin mai, l'Assemblée nationale française a donné son feu vert définitif à une loi interdisant l'utilisation de dénominations communément associées aux denrées alimentaires d'origine animale pour la commercialisation de produits contenant des protéines végétales.

Interdiction des produits laitiers

D'un autre côté, le Parlement européen a soutenu de nouvelles restrictions sur les étiquettes des produits laitiers d'origine végétale, rejetant un amendement qui aurait permis l'utilisation de descripteurs tels que «style yaourt» et «alternative au beurre».

Les produits à base de plantes comme le soja et le tofu ne peuvent déjà pas être étiquetés par des noms de type laitier après un arrêt de la Cour de l'UE en 2017, qui a déclaré que seuls les produits contenant du «vrai» lait peuvent être commercialisés en utilisant les termes lait, beurre et yaourt.

«Les députés européens ont protégé les saucisses et les steaks à base de plantes – mais ont lié les mains du secteur des produits laitiers à base de plantes déjà restreint», a commenté Elena Walden, responsable politique au Good Food Institute Europe qui promeut les régimes à base de plantes.

L'association européenne des produits laitiers a salué le rejet comme «une bonne journée pour les produits laitiers, pour les consommateurs et les citoyens et pour l'Europe» dans un tweet après le vote.

« Les votes ne changeront rien au fait que de plus en plus de gens mangent plus de légumes et optent pour des substituts de viande et de produits laitiers », a souligné Marco Contiero, directeur de la politique agricole de Greenpeace dans l'UE.

(Edité par Natasha Foote)