Les États-Unis sortent, la Chine entre alors que l'UE cherche à rouvrir ses frontières extérieures – POLITICO

Les États-Unis sortent, la Chine entre alors que l'UE cherche à rouvrir ses frontières extérieures – POLITICO

23 juin 2020 0 Par Village FSE

Les voyageurs en provenance des États-Unis et du Brésil pourraient être empêchés d'entrer dans l'UE lorsque les frontières extérieures du bloc seront rouvertes, selon les plans en discussion à Bruxelles.

Alors que le bloc cherche à lever les restrictions de voyage à ses frontières à partir du 1er juillet, les diplomates de l'UE envisagent des plans qui ne verraient qu'un nombre limité de pays sur une liste sûre pour redémarrer les vols avec l'UE – menaçant les tensions avec certains des plus grands pays du monde les partenaires.

Les ambassadeurs de l'UE se réuniront mercredi pour discuter des critères permettant aux pays de reprendre les voyages en Europe. Cela devrait inclure une exigence selon laquelle les pays doivent avoir un taux d'infection inférieur à la moyenne de l'UE pour figurer sur la liste.

Dans l'état actuel des choses, cela empêcherait les voyages en provenance de divers pays, notamment les États-Unis, le Brésil et la Macédoine du Nord, tandis que les voyages à destination et en provenance de la Chine seraient autorisés. Les voyages avec une cinquantaine de pays pourraient reprendre, selon les listes préliminaires consultées par POLITICO.

Il y a deux semaines, la Commission européenne a présenté un plan de réouverture des frontières extérieures de l'UE, soulignant que les pays membres de l'UE «devraient convenir d'une liste commune de pays tiers pour lesquels les restrictions de voyage peuvent être levées à compter du 1er juillet, à revoir le une base régulière. »

Un passager se tient devant un écran d'enregistrement à l'aéroport Franz-Josef-Strauss de Munich le 10 juin 2020 | Christof Stache / AFP via Getty Images

Les critères à utiliser – et les pays couverts – font l'objet de négociations acharnées.

Les diplomates conviennent qu'un des principaux critères devrait être un taux d'incidence proche ou inférieur à celui de l'UE, qui se situe actuellement en moyenne à 16 cas pour 100 000 habitants.

Cependant, un certain nombre de capitales font pression pour que d'autres données soient également prises en compte. Cela pourrait inclure les taux de tests, le nombre de patients en soins intensifs ou l'état de préparation des pays, par exemple en termes d'installations hospitalières – ainsi que la fiabilité des données.

«L'un des problèmes est la réciprocité», a ajouté un diplomate: à savoir si elle devrait jouer un rôle dans la décision et, dans l'affirmative, si cela devrait être considéré comme plus pertinent que le taux d'incidence.

Il y a également des tensions au Royaume-Uni, qui a toujours un taux relativement élevé parmi les pays européens. Cependant, selon les termes de l'accord de transition du Brexit, Londres est toujours considérée comme faisant partie de l'UE jusqu'au 31 décembre, ce qui signifie qu'elle ne serait pas incluse dans la liste des pays tiers, a déclaré un deuxième diplomate.

Pour compliquer l’image, le fait que toutes les frontières de la zone Schengen de libre circulation de l’UE n’ont pas encore rouvert. Si les frontières intérieures ne sont pas entièrement ouvertes avant le 1er juillet mais que des ressortissants de pays tiers sont admis, « ce sera chaotique », a déclaré un troisième diplomate.

La commissaire aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, a déclaré aux capitales plus tôt ce mois-ci qu'elles devaient abandonner les restrictions aux frontières intérieures pour être prêtes à trouver une approche commune pour redémarrer les voyages mondiaux. Bruxelles cherche désespérément à éviter une ouverture mondiale désordonnée qui se traduira par un nouveau cycle de fermetures de frontières.

Deux listes établies par la présidence croate du Conseil de l’UE identifient les pays qui ont de nouveaux cas de virus à un taux égal ou inférieur à celui de l’UE. Le premier comprend 47 pays avec un taux d'infection inférieur à 16 cas pour 100 000 habitants. Le second, qui couvre une fourchette de 16 à 20 pour 100 000, répertorie 54 pays.

La Chine, le Vietnam et l'Australie figurent sur les deux listes, tandis que le Canada, la Turquie et l'Égypte ne sont inclus que dans la tranche plus large.

Plus tôt ce mois-ci, la Commission a explicitement décrit les Balkans occidentaux comme une région dans laquelle elle souhaitait rouvrir ses voyages dans les meilleurs délais. Cependant, les listes présentent un tableau compliqué puisque l'Albanie et le Kosovo ont un taux d'infection plus élevé que la moyenne de l'UE. En Serbie et en Bosnie, le taux d'infection est plus faible, mais il augmente.

Le processus sera « fondé sur des preuves et axé sur la santé », a déclaré Olivier Jankovec, directeur général d'ACI-Europe, un groupe de pression pour les aéroports. « Je ne pense pas que l'UE puisse se permettre de prioriser autre chose que des critères fondés sur des preuves, car les risques sont tout simplement trop élevés. »

Vous voulez plus d'analyse de POLITICO? POLITICO Pro est notre service de renseignement premium pour les professionnels. Des services financiers au commerce, en passant par la technologie, la cybersécurité et plus encore, Pro fournit des informations en temps réel, des informations approfondies et des scoops révolutionnaires dont vous avez besoin pour garder une longueur d'avance. Envoyez un courriel à pro@politico.eu pour demander un essai gratuit.