Les États-Unis annoncent un plan de retrait du traité Ciel ouvert

Les États-Unis annoncent un plan de retrait du traité Ciel ouvert

22 mai 2020 0 Par Village FSE

Les États-Unis ont déclaré qu'ils se retireraient du traité Open Skies vieux de 18 ans, accusant la Russie de violations répétées.

Le secrétaire d'État Mike Pompeo, qui a fait cette annonce jeudi, a déclaré que les États-Unis informeraient les 34 autres signataires de leur retrait dans 6 mois, mais pourraient reconsidérer « si la Russie revenait au plein respect du traité ».

Open Skies a été signé en 1992 et est entré en vigueur en 2002. Il autorise des vols de surveillance non armés au-dessus de chacun des pays membres.

Des groupes de surveillance ont critiqué cette décision, affirmant qu'elle augmente les possibilités de course aux armements ou de confrontations militaires accidentelles. Les analystes craignent que la sortie des États-Unis ne provoque le retrait de Moscou, ce qui mettrait fin aux survols de la Russie par les autres membres, affaiblissant la sécurité européenne à un moment où les séparatistes soutenus par la Russie détiennent des parties de l'Ukraine et de la Géorgie.

Washington a cité un effort de plusieurs années de la Russie pour violer les termes, par exemple en restreignant les survols américains de la Géorgie et de l'enclave militaire russe à Kaliningrad sur la côte baltique. «La Russie n’a pas adhéré au traité. Donc, jusqu'à ce qu'ils adhèrent, nous nous retirerons, mais il y a de très bonnes chances que nous conclurions un nouvel accord ou que nous fassions quelque chose pour le recoller », a déclaré le président Donald Trump.

« Notre position est absolument claire et invariable: le retrait des États-Unis de ce traité sera un nouveau coup porté au système de sécurité militaire en Europe, qui est déjà affaibli par les précédentes mesures de l'administration », a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères. le ministre Alexander Grushko.

L'année dernière, les États-Unis se sont retirés du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire de 1987, accusant également la Russie de violations répétées. Le traité INF a interdit la production, les essais et le déploiement de missiles balistiques et de croisière terrestres à portée intermédiaire d'une portée de 500 à 5 500 kilomètres.

Le seul traité restant contraignant les arsenaux nucléaires américains et russes est le traité New Start, qui impose des limites au nombre d'ogives et de lanceurs nucléaires à longue portée américains et russes. La Russie a proposé de prolonger le traité, qui expire en février, mais Trump tient le coup dans l'espoir de négocier un accord à trois avec la Russie et la Chine.