les entreprises méprisent le Royaume-Uni à propos des projets de Brexit – EURACTIV.fr

les entreprises méprisent le Royaume-Uni à propos des projets de Brexit – EURACTIV.fr

24 octobre 2020 0 Par Village FSE

Martelées par la pandémie de coronavirus, les entreprises britanniques font face à un double coup dur du Brexit et sont furieuses contre le gouvernement pour avoir insisté sur le fait qu'il leur incombe de se préparer à vivre en dehors de l'UE.

À un peu plus de deux mois de la fin de la période de transition post-Brexit, le gouvernement est bloqué dans une impasse avec l'Union européenne des 27 pays sur un futur pacte commercial.

Mais accord ou pas d'accord, les entreprises doivent être prêtes au changement et n'ont guère été rassurées par un appel avec le Premier ministre Boris Johnson mardi, qui, selon les dirigeants de l'industrie, n'avait malheureusement pas fourni le type de détails dont elles avaient besoin pour gérer leurs opérations.

Le ministre principal Michael Gove a rejoint Johnson lors de la conférence téléphonique avec 250 chefs d'entreprise et leur aurait dit que le Brexit était comme un déménagement – tracas au début, mais cela valait la peine de vivre dans un endroit plus agréable.

Cela s'est passé «comme un seau de malades du froid», selon un participant cité dans le Financial Times. La BBC a cité d'autres personnes disant que l'appel était «terrible» et «incroyablement irrespectueux des préoccupations des entreprises».

Les entreprises britanniques disent qu'elles sont toujours dans l'ignorance sur des fronts cruciaux. Un système informatique gouvernemental pour les camions à destination de l'UE est encore en phase de test. Les informations sur tout, des formalités douanières aux relations avec les fournisseurs à travers la Manche, sont rares.

Un accord commercial lèverait une grande partie du doute, mais les entreprises devront encore se frayer un chemin à travers une multitude de nouvelles formalités administratives pour s'assurer que leurs produits sont conformes aux normes de l'UE.

Les plus grandes entreprises ont recruté des agents intermédiaires pour gérer la paperasse, mais de nombreuses petites entreprises sont en mer, malgré une nouvelle campagne d'information gouvernementale les avertissant que «le temps presse».

Presque noyé

La Fédération des petites entreprises a participé à l'appel de mardi et s'est félicitée de l'engagement de Gove d'examiner la possibilité d'offrir des subventions pour aider les entreprises à acheter de nouveaux équipements ou à se procurer des services pour les aider à naviguer dans le Brexit.

Mais Timothy Adler, rédacteur en chef du site de conseil SmallBusiness.co.uk, a offert une appréciation accablante dans l'ensemble.

«À mon avis, bien que les petites entreprises représentent 99% de la population des entreprises, presque personne au gouvernement n'a d'expérience commerciale – et quand ils parlent aux entreprises, ce sont généralement les lobbyistes des entreprises (multinationales) FTSE 250», a-t-il déclaré. AFP.

«C’est très bien que le gouvernement essaie d’imposer aux petites entreprises la responsabilité d’assumer la position d’effondrement d’un Brexit sans accord.

«Mais lorsque 60% des petites entreprises sont des commerçants uniques à un seul homme, elles n'ont pas la bande passante pour faire face aux turbulences du Brexit.

« Ils sont trop occupés à essayer de garder la tête hors de l'eau pendant Covid. »

Au lieu de toute planification détaillée, les participants se sont plaints du fait que Johnson s'en tenait aux platitudes alors qu'il énonçait les alternatives de conclure un pacte de libre-échange à la canadienne avec l'UE ou de revenir aux tarifs et quotas de base de l'Organisation mondiale du commerce.

Ressens la douleur

«Notre travail consiste à créer la plate-forme permettant aux entreprises dynamiques telles que la vôtre d'être compétitives et de se développer», a déclaré le Premier ministre, selon son bureau.

«Il existe une grande opportunité pour ce pays et nous voulons vous aider tous à saisir cette opportunité.»

Mais les sondages indiquent une frustration croissante de UK Inc. Un sondage en ligne YouGov auprès de 1000 entreprises publié lundi a révélé que les deux tiers des entreprises affirment que le gouvernement a mal communiqué ses plans pour le commerce post-Brexit.

Et plus de la moitié des entreprises britanniques craignent que la pandémie de Covid-19 amplifie l'impact négatif d'un Brexit sans accord sur leur entreprise, selon une autre enquête de l'Institute of Directors.

«La perspective d'un non-accord serait déjà assez décourageante, et encore moins y faire face au milieu d'une pandémie mondiale», a déclaré Allie Renison, conseillère politique principale à l'IoD.

«Ces perturbations ne s’annuleront pas, si quoi que ce soit, elles aggraveraient la douleur des entreprises britanniques», a-t-elle déclaré.