Les dirigeants libanais ont mis en garde en juillet contre des explosifs dans le port, révèlent des documents – EURACTIV.fr

Les dirigeants libanais ont mis en garde en juillet contre des explosifs dans le port, révèlent des documents – EURACTIV.fr

11 août 2020 0 Par Village FSE

Les responsables de la sécurité libanais ont averti le Premier ministre et le président le mois dernier que 2750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées dans le port de Beyrouth posaient un risque pour la sécurité et pourraient détruire la capitale si elle explosait, selon des documents consultés par Reuters et des sources de sécurité de haut niveau.

Un peu plus de deux semaines plus tard, les produits chimiques industriels ont explosé dans une explosion massive qui a détruit la majeure partie du port, tué au moins 163 personnes, blessé 6 000 autres et détruit quelque 6 000 bâtiments, selon les autorités municipales.

Un rapport de la Direction générale de la sécurité de l’État sur les événements qui ont conduit à l’explosion faisait référence à une lettre privée envoyée le 20 juillet au Président Michel Aoun et au Premier ministre Hassan Diab.

Alors que le contenu de la lettre ne figurait pas dans le rapport vu par Reuters, un haut responsable de la sécurité a déclaré qu'elle résumait les conclusions d'une enquête judiciaire ouverte en janvier qui concluait que les produits chimiques devaient être sécurisés immédiatement.

Le rapport sur la sécurité de l'État, qui a confirmé la correspondance avec le président et le Premier ministre, n'a pas été rapporté auparavant.

« Il y avait un risque que ce matériel, s'il était volé, puisse être utilisé dans une attaque terroriste », a déclaré le responsable à Reuters.

«À la fin de l'enquête, le procureur général (Ghassan) Oweidat a préparé un rapport final qui a été envoyé aux autorités», a-t-il dit, faisant référence à la lettre envoyée au Premier ministre et au président par la Direction générale de la sûreté de l'État, qui supervise sécurité du port.

«Je les ai avertis que cela pourrait détruire Beyrouth si elle explosait», a déclaré le responsable, qui a participé à la rédaction de la lettre et a refusé d'être nommé.

Reuters n'a pas pu confirmer indépendamment sa description de la lettre.

Le cabinet du Premier ministre et la présidence n’ont pas répondu aux demandes de commentaires sur la lettre du 20 juillet.

Le procureur général n'a pas répondu aux demandes de commentaires.

«Faites ce qui est nécessaire»

La correspondance pourrait alimenter de nouvelles critiques et la fureur du public selon laquelle l'explosion n'est que le dernier exemple, sinon le plus dramatique, de la négligence et de la corruption du gouvernement qui a déjà poussé le Liban à l'effondrement économique.

Alors que les manifestations contre l'explosion ont fait rage au Liban lundi, le gouvernement de Diab a démissionné, bien qu'il restera une administration intérimaire jusqu'à ce qu'un nouveau cabinet soit formé.

La reconstruction de Beyrouth à elle seule devrait coûter jusqu'à 15 milliards de dollars, dans un pays déjà effectivement en faillite avec des pertes totales du système bancaire dépassant 100 milliards de dollars.

Aoun a confirmé la semaine dernière qu'il avait été informé du matériel. Il a déclaré aux journalistes qu’il avait ordonné au secrétaire général du Conseil suprême de la défense, un groupe de coordination des agences de sécurité et militaires libanaises présidé par le président, de «faire le nécessaire».

«(Le service de sécurité de l'État) a dit que c'était dangereux. Je ne suis pas responsable! Je ne sais pas où il a été placé et je ne savais pas à quel point c'était dangereux. Je n'ai aucune autorité pour traiter directement avec le port. Il y a une hiérarchie et tous ceux qui savaient auraient dû connaître leurs devoirs pour faire le nécessaire », a déclaré Aoun.

De nombreuses questions demeurent sur les raisons pour lesquelles la cargaison de nitrate d'ammonium a accosté à Beyrouth à la fin de 2013. Encore plus déconcertant, c'est pourquoi une si énorme réserve de matières dangereuses, utilisées dans les bombes et les engrais, a été autorisée à y rester si longtemps.

La lettre envoyée au président et au Premier ministre libanais faisait suite à une série de notes de service et de lettres envoyées aux tribunaux du pays au cours des six dernières années par des responsables des ports, des douanes et de la sécurité, exhortant à plusieurs reprises les juges à ordonner le retrait du nitrate d'ammonium de sa position si proche. au centre-ville.

Le rapport de la Direction générale de la sécurité d’État vu par Reuters a indiqué que de nombreuses demandes avaient été soumises, sans donner un nombre exact. Il a déclaré que le service des manifestes du port avait envoyé plusieurs demandes écrites à la direction des douanes jusqu'en 2016, leur demandant de faire appel à un juge pour ordonner la réexportation immédiate du matériel.

«Mais jusqu'à présent, aucune décision n'a été rendue à ce sujet. Après avoir consulté l'un de nos spécialistes en chimie, l'expert a confirmé que ce matériau est dangereux et est utilisé pour produire des explosifs », a déclaré le rapport de la Direction générale de la sécurité de l'État.

Matériel dangereux

La route vers la tragédie de la semaine dernière a commencé il y a sept ans, lorsque le Rhosus, un navire russe affrété sous pavillon moldave transportant du nitrate d'ammonium de la Géorgie au Mozambique, a accosté à Beyrouth pour essayer de prendre une cargaison supplémentaire pour augmenter les frais de passage à travers le Canal de Suez, selon le capitaine du navire.

Les autorités portuaires ont saisi le Rhosus en décembre 2013 par ordonnance judiciaire 2013/1031 en raison de dettes impayées envers deux sociétés qui avaient déposé des réclamations devant les tribunaux de Beyrouth, selon le rapport de sécurité de l'État.

En mai 2014, le navire a été jugé non navigable et sa cargaison a été déchargée en octobre 2014 et entreposée dans ce qu'on appelait le hangar 12. Le navire a coulé près du brise-lames du port le 18 février 2018, selon le rapport de sûreté.

La Moldavie indique que le propriétaire du navire est Briarwood Corp. basé au Panama. Briarwood n'a pas pu être contacté immédiatement pour commenter.

En février 2015, Nadim Zwain, un juge de la Cour des affaires sommaires, qui traite des questions urgentes, a nommé un expert pour inspecter la cargaison, selon le rapport de sécurité.

Le rapport indique que l'expert a conclu que le matériel était dangereux et, par l'intermédiaire des autorités portuaires, a demandé qu'il soit transféré à l'armée. Reuters n'a pas pu confirmer de manière indépendante le compte de l'expert.

Le commandement de l'armée libanaise a rejeté la demande et a recommandé que les produits chimiques soient transférés ou vendus à la société privée libanaise d'explosifs, selon le rapport de sécurité de l'État.

Le rapport ne dit pas pourquoi l'armée a refusé d'accepter la cargaison. Un responsable de la sécurité a déclaré à Reuters que c'était parce qu'ils n'en avaient pas besoin. L'armée a refusé de commenter.

La direction de la société d’explosifs a déclaré à Reuters qu’elle n’était pas intéressée par l’achat de matériel confisqué et que la société avait ses propres fournisseurs et des licences d’importation gouvernementales.

Depuis lors, les agents des douanes et de la sécurité ont écrit aux juges environ tous les six mois pour demander le retrait du matériel, selon les demandes vues par Reuters.

Les juges et les douaniers contactés par Reuters ont refusé de commenter.

Un certain nombre d'agents des douanes et des ports ont depuis été arrêtés dans le cadre de l'enquête sur l'explosion.

«Mauvais stockage et mauvais jugement»

En janvier 2020, un juge a ouvert une enquête officielle après avoir découvert que le hangar 12 n'était pas gardé, avait un trou dans son mur sud et une de ses portes délogée, ce qui signifiait que le matériel dangereux risquait d'être volé.

Dans son rapport final à l'issue de l'enquête, le procureur général Oweidat «a immédiatement donné des ordres» pour s'assurer que les portes et les trous du hangar étaient réparés et que la sécurité était assurée, a déclaré un deuxième haut responsable de la sécurité qui a également demandé l'anonymat.

Le 4 juin, sur la base de ces ordres, la sécurité de l'État a chargé les autorités portuaires de fournir des gardes au hangar 12, de nommer un directeur pour l'entrepôt et de sécuriser toutes les portes et de réparer le trou dans le mur sud, selon le rapport de sécurité de l'État et les responsables de la sécurité. .

Les autorités portuaires n'ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

«La maintenance a commencé et (les autorités portuaires) ont envoyé une équipe de travailleurs syriens (mais) personne ne les surveillait lorsqu'ils sont entrés pour réparer les trous», a déclaré le responsable de la sécurité.

Pendant les travaux, des étincelles de soudage se sont installées et le feu a commencé à se propager, a déclaré le responsable.

« Étant donné qu'il y avait des feux d'artifice stockés dans le même hangar, au bout d'une heure, un grand feu a été déclenché par les feux d'artifice et s'est propagé aux matériaux qui ont explosé lorsque la température a dépassé 210 degrés », a déclaré le haut responsable de la sécurité.

Le responsable a reproché aux autorités portuaires de ne pas avoir supervisé l'équipe de réparation et de stocker des feux d'artifice à côté d'un vaste dépôt d'explosifs brisants.

Reuters n'a pas pu déterminer ce qui était arrivé aux ouvriers réparant le hangar.

«Ce n'est que parce que le hangar fait face à la mer que l'impact de l'explosion a été réduit. Sinon, tout Beyrouth aurait été détruit », a-t-il dit. «Le problème est lié à la négligence, à l’irresponsabilité, au mauvais stockage et au mauvais jugement.»