Les dirigeants allemands mettent en garde contre la résurgence des coronavirus et condamnent les manifestations – POLITICO

Les dirigeants allemands mettent en garde contre la résurgence des coronavirus et condamnent les manifestations – POLITICO

2 août 2020 0 Par Village FSE

Les politiciens allemands ont mis en garde dimanche contre une résurgence des coronavirus et ont appelé à la vigilance après que des milliers de personnes, défiant les appels à porter des masques et à prendre d'autres précautions, ont protesté à Berlin contre les mesures visant à freiner la propagation de la pandémie.

Markus Söder, premier ministre du Land de Bavière et candidat potentiel pour succéder à la chancelière Angela Merkel, averti sur Twitter que « nous devons nous attendre à ce que corona revienne en force. Je suis très inquiet de l'augmentation du nombre de cas en Allemagne. Une vigilance totale est nécessaire, et c'est pourquoi le moment n'est pas venu d'assouplir les restrictions ou de négliger naïf. « 

Il a également exprimé son scepticisme quant au lancement de la ligue de football de Bundesliga allemande sans aucune restriction. « Des matchs fantômes, oui, mais je trouve que les stades avec 25 000 spectateurs sont difficiles à imaginer. Ce serait un mauvais signal », a-t-il déclaré.

Dans un entretien séparé avec l'édition du dimanche du journal Bild, il a averti que le virus « resterait un défi constant qui nous maintiendrait en permanence sous pression ».

L'Allemagne a été saluée par la communauté internationale pour sa gestion de la pandémie et le pays a été moins durement touché que d'autres pays européens tels que l'Italie, l'Espagne et la France. Mais l'Institut Robert Koch, principal organisme biomédical du gouvernement, a averti la semaine dernière que le nombre de cas signalés était en augmentation depuis le début du mois de juillet.

Les préoccupations de Söder ont été reprises par Saskia Esken, co-leader des sociaux-démocrates, les partenaires juniors de la coalition de Merkel. Dans une interview accordée au journal Der Tagespiegel, Esken, a déclaré qu'elle « voyait simplement le danger réaliste d'une deuxième vague », avertissant qu'un retour aux habitudes pré-pandémiques pourrait saper la lutte contre le virus.

Samedi, Esken fustigé aux manifestants à Berlin, tonnerre sur Twitter: « Des milliers de Covidiots se célèbrent comme 'la deuxième vague', sans distanciation, sans masque. Ils mettent en danger non seulement notre santé, mais nos succès contre la pandémie, pour relancer la économie, éducation et société. Irresponsable! « 

Le ministre de la Santé Jens Spahn également sonné « Oui, les manifestations devraient être possibles à l'époque de Corona. Mais pas comme ça. La distance, les règles d'hygiène et les masques sont censés nous protéger tous », a-t-il déclaré. Vendredi, il a sonné l'alarme sur l'augmentation du nombre d'infections et a appelé les rapatriés en vacances à se faire tester pour empêcher la propagation du virus.

Anja Karliczek, la ministre allemande de l'Éducation, a appelé dimanche à exiger que les élèves portent des masques à l'intérieur des écoles lorsqu'ils retournent dans les salles de classe à l'automne.

C'est « compréhensible lorsque les États (régionaux) veulent renoncer aux règles de distanciation sociale dans les écoles parce que les conditions spatiales ne permettraient que des cours en personne limités », a déclaré Karliczek à l'édition du dimanche du quotidien Welt.

« Cependant, les cours en personne ne fonctionneront que lorsque les règles d'hygiène supplémentaires et les règles relatives au port de masques et à la distance sociale dans les cours et les couloirs des écoles seront strictement respectées », a-t-elle déclaré.

Les états de Berlin, de Bavière et du Bade-Wurtemberg ont déjà introduit de telles exigences. En Allemagne, la politique éducative relève principalement de la responsabilité des États régionaux.

La police a déclaré que quelque 17 000 personnes avaient pris part à la manifestation de samedi à Berlin, organisée pour protester contre les restrictions imposées par le gouvernement. Le rassemblement était organisé sous le titre «La fin de la pandémie – journée de la liberté». Certains participants ont affirmé que le virus était « la plus grande théorie du complot », selon les médias.

Olaf Sundermeyer, un expert d'extrême droite, a averti que beaucoup de gens ne croient pas que le coronavirus existe. S'adressant au radiodiffuseur allemand ARD, il a déclaré que les manifestants pensaient que la pandémie serait une invention destinée à maîtriser le peuple: « Beaucoup disent qu'on leur ment systématiquement ».