Les Boeings au sol devraient se débarrasser du régulateur européen – EURACTIV.fr

Les Boeings au sol devraient se débarrasser du régulateur européen – EURACTIV.fr

25 septembre 2020 0 Par Village FSE

L’Agence de la sécurité aérienne de l’Union européenne (AESA) se prépare à remettre en novembre le 737 MAX de Boeing, a indiqué le directeur exécutif du régulateur vendredi 25 septembre.

Plus tôt ce mois-ci, l'AESA a effectué ses propres vols d'essai sur le MAX au Canada, dans le cadre d'un processus de recertification sur les avions au sol, qui n'ont pas volé depuis mars 2019. Fin 2018 et début 2019, deux accidents mortels ont forcé l'avion à être retiré du service.

« Pour la première fois en un an et demi, je peux dire qu'il y a une fin en vue pour travailler sur le MAX », a déclaré le directeur exécutif de l'EASA, Patrick Ky, aux journalistes, ajoutant que l'agence s'attend à lever son interdiction technique « peu de temps » après L'homologue américaine, la Federal Aviation Administration (FAA), termine ses travaux en novembre.

Les autorisations nationales pourraient prendre un peu plus de temps, a-t-il ajouté.

Selon Ky, les vols d'essai «se sont bien déroulés» et Boeing a accepté d'installer un troisième capteur synthétique sur toutes les futures itérations du MAX, ce qui devrait servir de sécurité supplémentaire pour le problème qui a causé les deux accidents.

L'affaire MAX marque une rupture dans la pratique établie entre les régulateurs de l'aviation, qui ont par le passé délivré des certificats de vol sur la base des conclusions d'autres agences. Mais l'AESA a insisté dès le début sur le fait que sa propre enquête et ses vols d'essai seraient nécessaires.

C'est en grande partie parce que la lenteur de la réaction de la FAA aux crashs du MAX et sa relation avec Boeing ont été fortement critiquées. Les récentes enquêtes américaines sur la manière dont l’avion a été certifié pour l’utilisation en premier lieu ont confirmé les lacunes du régulateur.

Plus tôt cette semaine, les sénateurs démocrates ont exhorté la FAA à publier son évaluation complète de l’enquête Boeing, plutôt que le «résumé préliminaire» actuellement disponible.

«Une transparence solide est nécessaire pour garantir que des experts indépendants et le public puissent vérifier si cet avion est vraiment sûr avant de reprendre son envol», insiste une déclaration commune au régulateur.

Même si le MAX est autorisé à voler avant la fin de l'année, on ne sait pas combien de compagnies aériennes les remettront en service, compte tenu de l'énorme baisse de la demande de voyages aériens en raison de l'épidémie de coronavirus.

Boeing et son rival européen Airbus ont du mal à surmonter la crise. Les compagnies aériennes continuent d'annuler les commandes MAX, tandis qu'Airbus a averti que davantage de suppressions d'emplois pourraient être nécessaires étant donné la reprise plus lente que prévu.

Airbus et Boeing n'ont vendu qu'un seul avion en juin

Le duopole aérospatial mondial d'Airbus et de Boeing a réussi à vendre un seul avion en juin, car l'impact économique de l'épidémie de virus sur l'industrie aéronautique et le scandale MAX bloqué continuent d'affecter les carnets de commandes.

(Edité par Benjamin Fox)