Les agriculteurs mettent en garde contre les effets considérables du COVID-19 sur l'agriculture de l'UE – EURACTIV.fr

Les agriculteurs mettent en garde contre les effets considérables du COVID-19 sur l'agriculture de l'UE – EURACTIV.fr

27 mars 2020 0 Par Village FSE

Un nouveau rapport de l’association d’agriculteurs COPA-COGECA décrit les façons multiples dont COVID-19 laisse sa marque dans le secteur agricole, des producteurs de fleurs aux producteurs de viande.

Le rapport, qui a été présenté mercredi 25 mars au Conseil AGRIFISH, représente une compilation non exhaustive des contributions des organisations nationales membres à travers l'UE.

« Les agriculteurs, les propriétaires forestiers et leurs coopératives sont confrontés à une situation de plus en plus difficile et entraînent des conséquences dramatiques dans les zones rurales les plus touchées de l'UE », indique le rapport, dont les effets se feront probablement sentir à « moyen ou long terme ».  »

Le rapport analyse tour à tour chaque secteur agricole, en distinguant les le secteur des pépinières, des fleurs et des plantes à massifs comme l'un des plus difficiles, avec les ventes en cours inférieur à la moyenne d'au moins 60-70%.

Le secteur de la viande est également confronté à plusieurs défis liés aux coronavirus et insiste sur le fait que la consommation a «considérablement diminué» en raison des fermetures de services alimentaires, comme les hôtels, les restaurants et la restauration.

Bien que le marché laitier soit resté relativement calme, le COPA-COGECA a détecté plusieurs signes de perturbation potentielle, les transformateurs ayant perdu certains des canaux de transformation et étant contraints de trouver des débouchés alternatifs, ce qui est devenu de plus en plus difficile.

Le ralentissement des exportations et les inquiétudes concernant l'accès à la main-d'œuvre créent un excès de vin et d'huile d'olive à l'approche de la prochaine campagne de récolte.

Pour le vin, cela peut impliquer une baisse significative des prix et / ou une réduction des achats de raisins au cours de la prochaine campagne de commercialisation, prévient le rapport.

En outre, la demande de produits transformés pour le supermarché est élevée, tandis que les consommateurs achètent moins de coupes de valeur supérieure ou de produits saisonniers comme l'agneau.

L'évolution des préférences des consommateurs a également des effets dans d'autres secteurs, notamment l'augmentation de la demande des consommateurs pour des produits à base de blé tels que la farine, le pain et les pâtes, qui exerce une pression sur l'industrie de transformation, qui a de plus en plus de mal à s'approvisionner aussi rapidement que nécessaire.

Après un premier pic de demande, le marché des fruits et légumes s'est affaibli et les prix baissent. La fermeture du secteur HoReCa (hôtels, restaurants et traiteurs) a également créé une situation critique.

Mais la Commission a informé les ministres que la demande sur le marché des fruits et légumes devrait rester forte pendant la période de confinement.

Le rapport conclut que l'éligibilité du secteur doit en conséquence être garantie dans le cadre de l'initiative d'investissement Corona Response pour fournir de nouvelles ressources de financement supplémentaires dans ces circonstances manifestement exceptionnelles.

Les ministres européens de l'Agriculture recherchent des mesures ciblées pour résister au COVID-19

Les ministres de l'agriculture de l'UE ont appelé à de nouvelles mesures spécifiques et ciblées pour résoudre les difficultés rencontrées par le secteur agroalimentaire en raison de la pandémie de COVID-19, telles que les restrictions dans le mouvement des denrées alimentaires, les changements dans le fonctionnement des systèmes de production et l'insuffisance de main-d'œuvre.

Politique agricole commune

Le rapport invite également la Commission à étendre les flexibilités offertes pour la période d'application des paiements directs aux mesures de développement rural et à augmenter le taux maximal des avances.

En plus de permettre une approche plus clémente des délais, il conclut également que des procédures plus simples et des dérogations à certaines des obligations « doivent également être envisagées afin d'éviter le risque de diminution du potentiel de production ».

Mais ils soulignent également que cette flexibilité dans la gestion des mesures et l'utilisation de procédures plus simples ne devrait pas compromettre le versement en temps opportun de ce soutien aux agriculteurs, qui sont dans une situation où leur trésorerie sera « sérieusement réduite ».

Transition d'un an «pas assez»

Se référant au règlement transitoire qui doit être mis en place pour assurer aux agriculteurs une transition en douceur et stable de la PAC de cette année à la suivante, le rapport indique que la durée de la transition sera « cruciale ».

« Nous pensons que la transition d'un an proposée par la Commission n'est pas suffisante », a-t-il déclaré, suggérant plutôt que nous devrions avoir une période de transition qui ne dure « pas plus de deux ans afin de permettre une transition en douceur vers un nouveau modèle de livraison ». .

«À moyen terme, il est fondamental de réfléchir à la position et au rôle de la PAC dans les politiques européennes. La société et les décideurs doivent comprendre le rôle crucial que le secteur agricole joue pour fournir aux consommateurs des aliments sûrs, abordables et nutritifs en quantités suffisantes. »

« Par conséquent, le soutien public nécessaire doit être accordé à ces politiques », a-t-il conclu.

Accès au travail

Le rapport souligne que l'industrie est déjà confrontée à des «défis majeurs en matière d'emploi» en raison des restrictions à la circulation des travailleurs, et c'est quelque chose qui, selon eux, se poursuivra au cours des prochaines semaines.

«Les agriculteurs de l'UE dépendent de plus en plus de travailleurs saisonniers qui fournissent une aide précieuse pendant les périodes de pointe de plantation, d'élagage et de récolte ou pour d'autres travaux agricoles. Les récentes restrictions aux mouvements intra-UE de travailleurs qualifiés ont déjà eu un impact majeur sur la planification saisonnière. »

Le rapport souligne que les conséquences de cette situation se manifesteront «tout au long de l'année et au-delà de 2020».

C'est pourquoi il demande également que «le mouvement des travailleurs saisonniers entre les régions et les États membres soit maintenu tout en répondant aux exigences de santé publique nécessaires», bien que la manière dont cela pourrait être actuellement mis en œuvre reste à voir.

(Édité par Gerardo Fortuna et Sam Morgan)