Le veto suédois sur le CFP et le Fonds de relance de l'UE est toujours possible – EURACTIV.fr

Le veto suédois sur le CFP et le Fonds de relance de l'UE est toujours possible – EURACTIV.fr

16 juillet 2020 0 Par Village FSE

The Capitals vous apporte les dernières nouvelles de toute l'Europe, grâce à des reportages sur le terrain par le réseau médiatique d'EURACTIV. Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

Avant de commencer à lire l'édition d'aujourd'hui des Capitals, n'hésitez pas à consulter l'article. Les députés européens font pression sur les règles de relance des dépenses vertes de l'UE par Frédéric Simon.


Pour garantir qu'EURACTIV continue de fournir un contenu de qualité supérieure à l'avenir, nous vous demandons d'envisager de faire un don unique ou récurrent et de remercier tous ceux qui l'ont déjà fait. Si vous souhaitez investir dans l’avenir d’EURACTIV, il vous suffit de suivre ce lien.


Dans les nouvelles d'aujourd'hui des Capitales:

STOCKHOLM

Le veto suédois sur le CFP et le Fonds de relance de l'UE est toujours possible. Le Premier ministre suédois Stefan Löfven a déclaré mercredi 15 juillet qu’il espérait une résolution rapide des désaccords sur le Fonds de relance de l’UE et le prochain budget de sept ans. Cependant, il n'a pas exclu un veto suédois. Lisez plus de détails ici.

///

BERLIN

Plus de parité entre les sexes sur les listes des partis de Thuringe. Un tribunal de l'État oriental de Thuringe a déclaré que la règle de l'alternance entre les candidats masculins et féminins sur les listes des partis violait la constitution, à la suite d'un procès intenté par le parti d'extrême droite AfD. Le président de la Cour a fait valoir que la liberté de choix exige que les élections ne soient pas menées par la contrainte et la pression de l'État. Sarah Lawton, d’EURACTIV Allemagne, fait un reportage depuis Berlin.

///

VIENNE

Encore un autre cluster COVID-19 dans un abattoir. Dans la région de Basse-Autriche, un groupe d'infections à coronavirus a été identifié dans une usine de transformation de viande. Parmi les employés, 29 ont été testés positifs, 40 tests étant toujours en attente. Il s'agit du quatrième cluster COVID-19 dans un abattoir autrichien ces dernières semaines et les partis d'opposition critiquent les conditions de travail de l'établissement. (Philipp Grüll | EURACTIV.de)

///

PARIS

Le nouveau gouvernement de Macron remporte un vote de confiance. Le nouveau Premier ministre français Jean Castex a détaillé ses plans de relance économique et de refonte d'une réforme controversée des retraites en présentant sa feuille de route politique, qui prévoyait notamment de débloquer plus de 20 milliards d'euros pour des investissements liés au climat afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Anne Damiani d'EURACTIV en a plus.

///

BRUXELLES

La Belgique «prête» à prendre des mesures plus strictes. La Belgique a reporté un nouvel assouplissement des règles sur les rassemblements sociaux mercredi 15 juillet après une augmentation du nombre d'infections au COVID-19, tandis que la Première ministre Sophie Wilmes a déclaré après une réunion du Conseil de sécurité nationale du pays qu'elle ne pouvait pas exclure la réintroduction des blocages dans les zones les plus touchées.

Selon des experts de la santé, le taux de reproduction (nombre R) des infections à COVID-19 a de nouveau dépassé 1, ce qui indique que le virus se propage à nouveau de façon exponentielle dans le pays. « Cela signifie que l'épidémie s'aggrave, gagne en force, même si elle est encore limitée en ce moment », a-t-elle déclaré aux journalistes. « Mais ce n'est pas bon et nous suivons la situation de très près. »

(Alexandra Brzozowski, EURACTIV.com)

///

LUXEMBOURG

Les restrictions COVID-19 pourraient être renforcées dimanche. Après avoir atteint 5 000 cas de COVID-19 et avoir été étiqueté «orange» par la Belgique et l'Allemagne, le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a exprimé sa crainte que le Grand-Duché ne soit confronté à une deuxième vague.

« Nous ne savons pas si c'est une ondelette ou une vraie deuxième vague. La vague ne devient claire que lorsqu'elle commence à se briser », a déclaré la ministre de la Santé, Paulette Lenert. Jeudi 16 juillet, le Parlement votera une nouvelle loi COVID-19. « Si des amendements sont nécessaires, nous les ferons », a déclaré Bettel.

(Anne Damiani | EURACTIV.com)

///

LONDRES

Johnson perd le comité du renseignement. Le gouvernement de Boris Johnson a subi une défaite embarrassante mercredi 15 juillet lorsque le candidat de son parti conservateur, Chris Grayling, a perdu contre son collègue le député conservateur Julian Lewis dans la course pour devenir président du comité du renseignement et de la sécurité. Lewis a été rapidement expulsé du parti parlementaire conservateur et accusé de complot avec le parti travailliste d'opposition.

Le comité outre-mer des agences d'espionnage et de renseignement du Royaume-Uni et on pense que Lewis est susceptible de faire pression sur Johnson pour qu'il publie enfin un rapport différé sur l'ingérence russe dans la politique britannique. (Benjamin Fox, EURACTIV.com)


LE SUD DE L'EUROPE

ROME

Conte souhaite que le Fonds de relance de l'UE soit adopté sans être édulcoré en juillet. Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a présenté ses positions sur le Fonds de relance de l'UE à la Chambre des députés mercredi 15 juillet, déclarant dans une résolution que les fonds européens de la prochaine génération devraient être disponibles avant la fin de cette année. La motion a obtenu une majorité et a ensuite été approuvée. Alessandro Follis d'EURACTIV Italie se penche sur les détails.

///

LISBONNE

Le commissaire européen Breton veut définir «l'avenir du tourisme« . Il est temps de «définir l’avenir du tourisme», a déclaré le commissaire au Marché intérieur de l’UE, Thierry Breton, lors d’une conférence sur «Le tourisme à l’époque du COVID-19» organisée conjointement par l’agence de presse portugaise Lusa et agence de presse espagnole EFE mercredi. L'Association hôtelière du Portugal a appelé à la coordination des directives sanitaires au niveau de l'UE. (Maria João Pereira, Lusa.pt)

Dans d'autres nouvelles, L’ancien PDG de la Banco Espírito Santo (BES), Ricardo Salgado, a été inculpé de 65 chefs d’accusation, dont association de malfaiteurs, corruption, détournement de fonds, blanchiment d’argent et fraude fiscale.ré. Cela marque la fin de l'enquête BES / GES, qui a duré six ans, et à ce jour, 18 personnes et sept sociétés ont été inculpées. Cristina Cardoso de Lusa.pt regarde de plus près.


VISEGRAD

VARSOVIE / LA HAYE

///

PRAGUE

Publication des statuts du fonds fiduciaire d'Agrofert. Le serveur de médias iRozhlas.cz a publié les statuts des fonds fiduciaires de la société agrochimique Agrofert Holding, qui appartenait auparavant au premier ministre tchèque actuel Andrej Babiš et est maintenant géré par des fonds fiduciaires. Selon les documents, Babiš est le seul bénéficiaire d'Agrofert Holding, ce qui signifie qu'une fois qu'il aura quitté la politique, la propriété de l'entreprise lui reviendrait immédiatement.

Ces documents ont déjà été examinés par les auditeurs de la Commission européenne et le procureur général de la République tchèque, a noté iRozhlas.cz. (Aneta Zachová | EURACTIV.cz)

///

BRATISLAVA

L'avortement à nouveau à l'ordre du jour. Dix-huit députés des partis au pouvoir (principalement OĽaNO) ont voté en faveur de deux projets de loi déposés par le parti néo-fasciste d'opposition ĽSNS restreignant considérablement l'accès à l'avortement, bien que leur vote soit contraire à l'accord de coalition. Le Parlement a cependant rejeté les deux projets de loi.

Cependant, un projet de loi déposé par des députés conservateurs qui modifie également les conditions d'avortement a confortablement passé sa première lecture au Parlement plus tôt cette semaine. Entre autres choses, les amendements prolongent la période de «refroidissement» avant qu'un avortement puisse être pratiqué à 96 heures (Zuzana Gabrižová | EURACTIV.sk)


NOUVELLES DES BALKANS

ZAGREB

Le PM défend la participation à la campagne de Von der Leyen. Interrogé sur les critiques de Bruxelles concernant la participation de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à la campagne électorale du parti au pouvoir HDZ, le Premier ministre Andrej Plenković a déclaré qu'elle n'était pas arrivée à la tête de la Commission dans le vide, mais qu'elle était soutenue par un groupe. Karla Juničić, de la Croatie EURACTIV, en a plus.

///

LJUBLJANA

Six offres pour l'application de traçage corona. Six soumissionnaires ont demandé un appel d'offres du gouvernement pour développer une application mobile pour retrouver les contacts avec les personnes infectées par COVID-19. Deux ont déjà été éliminés pour dépassement du prix de l'offre tandis qu'un groupe d'experts examinera les quatre offres restantes et choisira le gagnant, qui devrait signer le contrat « dans les prochains jours », a rapporté l'agence de presse officielle STA. Le développeur devra créer une application iOS et Android.

Dans d'autres nouvelles, Mercredi, plusieurs centaines de journalistes se sont rassemblés sur la place centrale de la République à Ljubljana pour protester contre les changements prévus à la législation sur les médias, qui devrait réduire le financement et accroître le contrôle du gouvernement sur les principaux médias, le diffuseur d'État RTS et l'agence de presse STA. (Zoran Radosavljević | EURACTIV.fr)

///

SOFIA

Crise politique à Sofia. Le Premier ministre Boyko Borissov a limogé le ministre des Finances Vladislav Goranov, le ministre de l'Intérieur Mladen Marinov et le ministre de l'Economie Emil Karanikolov du gouvernement parce que leurs noms sont liés à l'homme d'affaires, au magnat des médias et au député Delyan Peevski.

Cela survient le septième jour des manifestations civiles anti-corruption de masse contre la domination de Borissov et du procureur en chef Ivan Geshev. Le Premier ministre a annoncé que le sommet du Conseil européen ce week-end déciderait s'il démissionnerait. En savoir plus sur la question ici. (Krassen Nikolov | EURACTIV.bg)

///

BELGRADE

Vučić pour discuter des personnes disparues, de la coopération économique à Bruxelles. Le président serbe Aleksandar Vučić a déclaré mercredi 15 juillet que la question des personnes disparues et déplacées et des liens économiques serait discutée lors des pourparlers négociés par l'UE avec la délégation du Kosovo à Bruxelles jeudi.

«Nous sommes prêts pour les pourparlers, et comme je peux le voir dans les reportages des médias à Pristina, ils se préparent également. Nous essayons de faire ce que nous pouvons faire, et nous nous battrons, c'est tout ce que je peux dire. Notre objectif est de lutter pour les intérêts de la Serbie et du peuple serbe », Vučić a déclaré aux journalistes. (EURACTIV.rs betabriefing.com)

>> Lire aussi: La Serbie et le Kosovo reprendront une route difficile vers un accord

***

(Sous la direction d'Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox)