Le Sénat adopte un projet de loi visant à retirer les sociétés chinoises des bourses américaines

Le Sénat adopte un projet de loi visant à retirer les sociétés chinoises des bourses américaines

21 mai 2020 0 Par Village FSE

Le Sénat américain a adopté un projet de loi qui pourrait empêcher certaines sociétés chinoises de vendre des actions sur les bourses américaines.

Le projet de loi a été présenté par le démocrate Chris Van Hollen et le sénateur républicain John Kennedy, qui ont déclaré que « la Chine doit respecter les règles ». La loi obligerait toutes les entreprises étrangères à respecter les normes américaines, de manière à prouver qu'elles ne sont pas sous le contrôle d'un gouvernement étranger.

«Les sociétés cotées en bourse devraient toutes être soumises aux mêmes normes, et ce projet de loi apporte des changements de bon sens pour uniformiser les règles du jeu et donner aux investisseurs la transparence dont ils ont besoin pour prendre des décisions éclairées», a déclaré Van Hollen.

Après avoir été approuvé par consentement unanime, le projet de loi doit maintenant être adopté par la Chambre des représentants avant d'être promulgué par le président Donald Trump.

Les actions de certaines des plus grandes sociétés chinoises cotées aux États-Unis, dont Baidu et Alibaba, ont glissé jeudi à New York tandis que le marché élargi gagnait.

Cette décision est la plus récente des tensions américano-chinoises qui ont augmenté au milieu de la pandémie de coronavirus.

Plus tôt, Trump a déclaré avoir des preuves suggérant que le coronavirus provenait de l'Institut de virologie de Wuhan, que la Chine a nié à plusieurs reprises. Trump a également menacé de geler le financement américain à l'Organisation mondiale de la santé, qu'il a accusé d'être «centré sur la Chine».

Selon des sources proches de la communauté américaine du renseignement, l'OMS était consciente du potentiel d'une pandémie émanant de Chine dès septembre de l'année dernière.

Un rapport de la CIA a révélé que la Chine avait tenté d'empêcher l'OMS de tirer la sonnette d'alarme sur l'épidémie en janvier, alors qu'elle stockait des fournitures médicales du monde entier.