Le Royaume-Uni demande à l'armée d'arrêter les migrants de la Manche

Le Royaume-Uni demande à l'armée d'arrêter les migrants de la Manche

10 août 2020 0 Par Village FSE

Le Royaume-Uni veut que ses militaires veillent à ce que les demandeurs d'asile ne mettent jamais les pieds dans le pays à la suite d'un pic d'arrivées de bateaux en provenance de France.

Quelque 4 000 personnes auraient traversé la Manche depuis la France jusqu'à présent cette année.

La question a saisi le ministère de l'Intérieur du Royaume-Uni avec un sentiment d'urgence à la lumière du Brexit et de sa politique anti-migrants.

« L'effet du Brexit pourrait être en fin de compte de réduire le contrôle britannique de la migration, pas de l'augmenter », a déclaré Steve Peers, professeur de droit à l'Université d'Essex, dans une entrée de blog ce week-end sur la question.

Mais le ministre britannique de l'Intérieur, Priti Patel, a semblé déterminé à freiner les mouvements et a exigé que la France prenne davantage en charge la prévention des embarquements.

« Le nombre de traversées illégales de petits bateaux est épouvantable », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Chris Philp, le ministre britannique de la conformité aux migrations, a fait des déclarations similaires dans un éditorial du Daily Telegraph.

« Nous avons l'intention de renvoyer autant de migrants clandestins que possible », a-t-il déclaré.

Les migrants demandeurs d'asile ne sont pas «  illégaux ''

Il n'est pas illégal en vertu du droit international et de l'UE pour des personnes d'entrer dans un pays sans papiers et de demander ensuite l'asile ou le statut de réfugié.

Cela signifie que la notion de «migrant illégal» tombe à plat lorsque cette personne demande une protection internationale.

Patel demande également que de véritables réfugiés demandent l'asile en France et dans d'autres États de l'UE.

Les gens ne sont pas tenus de demander l'asile ou de demander le statut de réfugié dans un pays réputé sûr comme la France avant de demander d'abord au Royaume-Uni.

Le droit d'asile de l'UE, connu sous le nom de règlement de Dublin, oblige généralement l'État membre de première entrée à prendre en charge la demande d'asile.

Mais cela n'empêche pas les gens de demander l'asile ailleurs en premier et les questions de lien familial, en particulier lorsqu'il s'agit de mineurs, peuvent prendre en compte ces décisions.

Le Royaume-Uni avait émis plus de 5500 demandes de transfert à Dublin en 2019, exigeant que d'autres États de l'UE les reprennent pour traiter les demandes.

Il avait également reçu près de 2 000 demandes d'autres États de l'UE au cours de la même période.

Le Royaume-Uni est également toujours lié par Dublin jusqu'à la fin de cette année, date à laquelle un nouvel accord doit être réglé avec l'UE.

Patel a depuis chargé un ancien officier de la Force frontalière et marine de devenir le nouveau soi-disant commandant de la menace de la Manche clandestine britannique.

L'idée est de rendre la route « non viable » pour les petits bateaux qui tentent de traverser la bande d'eau de 33 km de large qui sépare l'Europe continentale de l'île-nation britannique.

Dans un communiqué, le ministère de l'Intérieur a déclaré qu'il « explorerait de toute urgence une action plus dure en France ».

La France voudrait que le Royaume-Uni lui verse quelque 33 millions d'euros pour cet effort.

Le plan semble empêcher les bateaux de partir en premier lieu, car les forcer à rentrer en France après leur départ en mer serait considéré comme un «refoulement», ce qui est illégal.

Le Royaume-Uni ne peut pas non plus envoyer de patrouilleurs ou d'autres navires dans les eaux françaises sans consentement.

« Système pour renvoyer les personnes qui ne sont pas adaptées à leur objectif et une fois que les bateaux atteignent les eaux britanniques, nous sommes tenus d'aider » a noté Patel, dans un tweet.

Quelque 45 000 demandes d'asile ont été déposées au Royaume-Uni en 2019. Il a également accordé une sorte de statut de protection dans 45% des cas en 2019.

Un traité bilatéral entre le Royaume-Uni et la France, connu sous le nom de Le Touquet, permet actuellement des contrôles aux frontières britanniques à Calais ainsi que des contrôles français similaires au Royaume-Uni.