Le procureur belge enquête sur un député pour plainte de racisme contre la police

Le procureur belge enquête sur un député pour plainte de racisme contre la police

30 juin 2020 0 Par Village FSE

Le parquet de Bruxelles a ouvert une enquête contre l'eurodéputée allemande Pierrette Herzberger-Fofana, après avoir déposé une plainte pour « agression raciste » contre des policiers belges et témoigné au Parlement européen.

Au cours d'un débat sur le racisme, Herzberger-Fofana, qui est noire, a déclaré à ses collègues députés qu'elle avait été harcelée et intimidée par la police belge au début du mois (16 juin) après avoir filmé neuf policiers qui auraient harcelé deux adolescents noirs à la gare Gare du Nord à Bruxelles.

Les officiers impliqués ont déclaré qu'ils recherchaient deux Érythréens qui étaient auparavant accusés de vol avec une barre de fer au poste.

L'eurodéputée verte de 71 ans a déposé une plainte disant que la police armée l'avait poussée contre le mur et avait utilisé la force physique pour la tenir debout avec les jambes ouvertes dans ce qu'elle a décrit comme très « humiliant ».

« Ils ont attrapé mon téléphone de mes mains. Quatre policiers m'ont brutalement poussé contre le mur, ont pris mon sac à main et m'ont appuyé contre le mur, les jambes écartées, et un policier m'a fouillé, ils ne pensaient pas que j'étais un député européen », a-t-elle déclaré.

La police belge a ouvert une enquête sur cet incident, accusant le député européen de résister et de menacer ses agents.

Suite à la demande du procureur de Bruxelles, un rapport officiel a été établi contre Herzberger-Fofana pour résistance et outrage, a déclaré la porte-parole de la zone de police de Bruxelles-Nord, Audrey Dereymaeker, à EUobserver lundi 29 juin.

Elle a également déclaré qu'il s'agissait d'une « procédure normale », car il y aurait eu un problème avec les papiers d'identité de Herzberger-Fofana pendant l'incident.

La police a également déclaré que tout l'incident avait été filmé par des caméras de sécurité.

Le procureur de Bruxelles décidera d'engager ou non des poursuites judiciaires pour diffamation contre la police.

Pendant ce temps, sa propre plainte pour racisme est également examinée par les autorités belges.

Le parquet de Bruxelles a refusé de commenter lorsqu'il a été contacté par EUobserver.

Alexis Deswaef, l'avocat de Herzberger-Fofana, a déclaré que les allégations de la police étaient « tout simplement fausses », selon le journal belge De Standaard.

« Ce rapport pour diffamation n'est pas conforme à la réalité – il est juste faux. Nous prouverons au tribunal que nous disons la vérité », a-t-il dit.

« Il y a également un témoin, un professeur des droits de l'homme de l'Université de Gand, qui approuve également notre point de vue sur la question », a-t-il ajouté.

Le président du syndicat de la police VSOA, Vincent Gilles, a déclaré que si l'enquête en cours prouve que les policiers avaient raison, il attend des excuses de la part des députés.

« Elle a été autorisée à accuser les policiers de racisme sans aucune objection. Par conséquent, si l'enquête montre que les policiers agissaient correctement, je n'attends rien de moins que tous les parlementaires applaudissant pour s'excuser auprès de ces policiers », a-t-il déclaré.