Le Premier ministre sri-lankais promet de présenter un nouveau projet de loi anti-conversion pour protéger les bouddhistes

Le Premier ministre sri-lankais promet de présenter un nouveau projet de loi anti-conversion pour protéger les bouddhistes

27 mars 2020 0 Par Village FSE

Le Premier ministre du Sri Lanka, Mahinda Rajapaksa, a annoncé qu'il était prêt à présenter un projet de loi anti-conversion pour sauver la population bouddhiste du pays.

Rajapaksa, qui est bouddhiste, a laissé entendre qu'un projet de loi anti-conversion pourrait être présenté après les élections législatives si le Conseil des moines était d'accord à l'unanimité. La législation anti-conversion criminaliserait toutes les tentatives de forcer ou de contraindre à tort les gens à se convertir d'une religion à une autre.

Dans les cas où cela est prouvé par un tribunal, cela peut entraîner une peine de sept ans de prison et une amende maximale de 2 400 €.

Les dirigeants chrétiens au Sri Lanka pensent que la proposition fait partie de la campagne de réélection du gouvernement, avec un pasteur disant: «Ils ont déjà commencé à collecter des informations sur les églises par le biais des autorités gouvernementales locales. Je crois qu'ils travaillent stratégiquement quelque chose contre l'église. »

Le rapporteur spécial des Nations Unies, Ahmed Shaheed, a critiqué le gouvernement sri-lankais pour avoir continuellement soutenu les partisans de la ligne dure bouddhiste.

« Il est essentiel que le gouvernement n'ignore pas les tensions et l'intolérance latentes et les conséquences néfastes de l'incitation à la haine et à la violence dans un pays qui a traversé une longue période de conflit interne », a déclaré Shaheed à la Commission des droits de l'homme des Nations Unies à Genève.

Les 22 millions d'habitants du Sri Lanka adhèrent à diverses religions, 70,1% du pays s'identifiant comme bouddhistes Theravada, 12,6% sont hindous, les musulmans (principalement sunnites) représentent 9,7% de la population et 6,2% sont catholiques romains. Le bouddhisme est considéré comme la religion d'État du Sri Lanka et a reçu des privilèges spéciaux dans la constitution sri-lankaise tels que la protection du gouvernement et la promotion du Dharma bouddhiste.

En 2009, la guerre civile de 26 ans au Sri Lanka a pris fin. Le conflit a divisé le Sri Lanka selon des critères ethniques opposant le gouvernement à majorité cinghalaise bouddhiste aux rebelles hindous et catholiques tamouls qui voulaient un État séparé. Les combats ont fait environ 100 000 morts et environ 20 000 disparus, pour la plupart des Tamouls.