Le personnel de Ryanair en France accuse la compagnie aérienne de « chantage de licenciement » | Affaires

2 juin 2020 0 Par Village FSE

Des membres d'équipage de conduite français ont accusé Ryanair de les faire chanter pour qu'ils prennent des réductions de salaire ou perdent leur emploi.

La compagnie aérienne irlandaise, qui a averti qu'elle pourrait supprimer jusqu'à 3 000 emplois en Europe, a déclaré au personnel en France qu'elle imposait des réductions de salaire de 20% pour le personnel navigant et de 10% pour les agents de bord. Ceux qui ont déjà un salaire minimum légal verront leurs heures réduites.

Les syndicats du personnel ont accusé l'entreprise de «chantage de licenciement» et d'agir comme des cow-boys.

« La France n'est pas le Far West », a expliqué à l'AFP Damien Mourgues, représentant syndical des PNC.

Selon des documents confidentiels vus par les médias français, Ryanair a écrit au personnel pour proposer que les réductions de salaire prennent effet à compter du 1er juillet 2020. La baisse des salaires serait progressivement augmentée au cours des cinq années afin que les équipages de conduite reçoivent leur plein salaire actuel d'ici juillet 2025. La perte du salaire s’élève en moyenne à 12% sur cinq ans pour les pilotes. Ryanair a également proposé de payer aux nouveaux pilotes et copilotes les salaires les plus bas.

Le Syndicat national des pilotes de ligne a déclaré qu'il avait été donné un maximum de cinq jours pour répondre à l'ultimatum. Sinon, il a indiqué que la compagnie avait prévenu qu'elle n'aurait «pas d'autre choix» que de licencier 29% de ses pilotes et 27% des copilotes en France.

La compagnie aérienne a également écrit aux représentants du personnel de cabine pour proposer une réduction de salaire de 10% au cours de la même période de cinq ans et réduire leur temps de travail rémunéré de 2000 heures par an à 1600 heures, ce qui signifie une perte de 308 € (274 £) par mois pour ceux gagnant 1 539 € par mois.

Le syndicat des agents de bord, SNPNC-FO, a déclaré que les réductions de salaire entraîneraient un personnel de cabine en dessous du salaire minimum et a demandé « des explications pour justifier la perte de revenu prévue », mais a déclaré que Ryanair n'avait pas répondu. Le SNPNC-FO a indiqué qu'il avait également eu cinq jours pour accepter ou faire face au licenciement de 27 des 160 personnels de cabine basés en France.

Ryanair a confirmé qu'il devrait perdre jusqu'à 3 000 emplois et fermer certaines bases en Europe jusqu'à la reprise des activités après la crise de Covid-19. L'entreprise a confirmé les réductions de salaire proposées et a déclaré qu'elle était en pourparlers avec les syndicats français.

« Les mesures sont raisonnables et limitées dans le temps et visent à sauver autant d'emplois que possible à un moment où toutes les compagnies aériennes en Europe perdent des emplois pour survivre à cette crise sans précédent », a déclaré Ryanair à la radio RTL.

Dans un communiqué publié le mois dernier, Ryanair a blâmé la «baisse importante attendue» du trafic passagers cette année et a accusé les gouvernements européens de fausser la concurrence avec «certains dopages d'aide d'État» avec 30 milliards d'euros de plans de sauvetage pour les compagnies aériennes rivales.

Fiodor Rilov, avocat du SNPNC-FO, a déclaré que les propositions de Ryanair étaient «inacceptables».

«Ils ne peuvent pas utiliser la crise de Covid comme prétexte pour mettre en œuvre d'importantes baisses de salaires et remettre en cause toutes les garanties que le personnel a réussi à retirer d'une gestion difficile. Ryanair dispose de réserves considérables », a déclaré Rilov.

Il a déclaré que le syndicat intenterait une action en justice pour forcer Ryanair à « respecter la loi française ».

Inscrivez-vous à l'e-mail quotidien Business Today ou suivez Guardian Business sur Twitter à @BusinessDesk

Stéphane Salmon, un représentant du SNPNC-FO chez Ryanair, a déclaré à l'AFP que la société lui avait adressé une lettre l'informant des réductions proposées le 15 mai. Il a accusé la compagnie aérienne «d'utiliser la crise de Covid-19 comme prétexte pour réduire les salaires qui sont déjà les plus bas de l'industrie».

Ryanair a provoqué une tempête le mois dernier lorsqu'elle a révélé que les passagers devraient demander à utiliser les toilettes lors de la reprise des vols en juillet.

La semaine dernière, la compagnie aérienne a été déclarée la pire pour le remboursement des passagers des vols annulés lors de la pandémie de coronavirus.