Le monde promet 250 millions d'euros au Liban, à livrer «directement» à la population – EURACTIV.com

Le monde promet 250 millions d'euros au Liban, à livrer «directement» à la population – EURACTIV.com

10 août 2020 0 Par Village FSE

Les dirigeants du monde ont promis dimanche 9 août plus de 250 millions d'euros pour le Liban frappé par la catastrophe, a déclaré la France, hôte de la conférence, l'aide d'urgence devant être livrée «directement» à une population ébranlée par l'explosion meurtrière du port de Beyrouth.

Quinze chefs de gouvernement, dont le président américain Donald Trump, ont pris part à la conférence virtuelle organisée par le président français Emmanuel Macron et l'ONU, promettant leur solidarité avec le peuple libanais et promettant de mobiliser des «ressources importantes» dans les jours et semaines à venir.

Une déclaration conjointe publiée à l'issue de la réunion à laquelle ont participé des représentants de près de 30 pays ainsi que de l'UE et de la Ligue arabe n'a pas mentionné de montant global.

Mais le bureau de Macron a déclaré que le montant total de «l’aide d’urgence promise ou pouvant être mobilisée rapidement» s’élève à 252,7 millions d’euros, dont 30 millions d’euros en provenance de la France.

Macron a été le premier leader mondial à visiter l'ancienne colonie française après l'explosion dévastatrice mardi d'un énorme stock de nitrate d'ammonium qui a tué plus de 150 personnes, blessé quelque 6 000 et laissé environ 300 000 sans-abri.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a déclaré à la chaîne ZDF que «plus de 200 millions d'euros d'aide d'urgence ont été collectés», dont 20 millions d'euros de l'Allemagne.

«Efficacité et transparence maximales»

La déclaration conjointe des dirigeants mondiaux et de leurs représentants a souligné les préoccupations concernant la corruption du gouvernement libanais.

«Les participants ont convenu que leur assistance devrait être fournie en temps opportun, suffisante et conforme aux besoins du peuple libanais, bien coordonnée sous la direction des Nations Unies et fournie directement à la population libanaise, avec la plus grande efficacité et transparence», a-t-il déclaré. .

L'administrateur par intérim de l'USAID, John Barsa, a également déclaré lors d'une conférence téléphonique dimanche que l'aide américaine, quelque 15 millions de dollars annoncée jusqu'à présent, «ne va absolument pas au gouvernement».

Les pays donateurs ont exhorté les autorités libanaises à «s’engager pleinement à prendre des mesures et des réformes opportunes» afin de débloquer un soutien à plus long terme pour la reprise économique et financière du pays.

Et ils ont déclaré qu'une assistance pour «une enquête impartiale, crédible et indépendante» sur l'explosion de mardi «est immédiatement nécessaire et disponible, à la demande du Liban».

L'ONU a déclaré que quelque 117 millions de dollars seraient nécessaires pour une réponse d'urgence au cours des trois prochains mois, pour les services de santé, les abris d'urgence, la distribution de nourriture et les programmes visant à empêcher la propagation du COVID-19, entre autres interventions.

Le président libanais Michel Aoun, qui était également à l'appel de groupe dimanche, a remercié Macron pour cette initiative.

« Il faut beaucoup pour reconstruire ce qui a été détruit et pour restaurer le lustre de Beyrouth », a déclaré la présidence libanaise citée sur Twitter.

«Les besoins sont nombreux et nous devons y répondre rapidement, surtout avant l'arrivée de l'hiver, qui accentuera la souffrance des citoyens sans-abri.

Appelle au calme

Au moins 21 personnes sont toujours portées disparues lors de cette énorme explosion et l'armée libanaise a déclaré dimanche que les espoirs de retrouver des survivants diminuaient.

Des Libanais enragés par la négligence officielle imputée à l'explosion sont descendus dans les rues lors de manifestations antigouvernementales qui ont abouti à des affrontements avec l'armée.

Macron a déclaré qu'il appartenait désormais aux autorités libanaises «d'agir pour que le pays ne sombre pas et de répondre aux aspirations que le peuple libanais exprime en ce moment, légitimement, dans les rues de Beyrouth».

«Nous devons tous travailler ensemble pour garantir que ni la violence ni le chaos ne prévalent», a-t-il ajouté. «C'est l'avenir du Liban qui est en jeu.»

Trump a également appelé au calme, selon la Maison Blanche, qui a déclaré qu'il était d'accord avec d'autres dirigeants sur l'appel du groupe à «travailler en étroite collaboration dans les efforts de réponse internationale».

«Le président Trump a également exhorté le gouvernement libanais à mener une enquête complète et transparente, dans laquelle les États-Unis sont prêts à aider», a-t-il déclaré.

«Le Président a appelé au calme au Liban et a reconnu les appels légitimes des manifestants pacifiques à la transparence, à la réforme et à la responsabilité.»

«Aide généreuse»

Outre les chefs d’État et les ministres du gouvernement, la conférence de dimanche a réuni le coordinateur de l’aide de l’ONU, Mark Lowcock, des représentants de la Banque mondiale, de la Croix-Rouge, du FMI, de la Banque européenne d’investissement et de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement.

Israël, avec qui le Liban n'a pas de relations diplomatiques, n'a pas participé, bien que Macron ait déclaré qu'il avait exprimé le souhait de contribuer, pas plus que l'Iran, qui exerce une énorme influence au Liban à travers le groupe chiite Hezbollah.

Les principaux États arabes du Golfe, notamment l'Arabie saoudite, le Qatar, l'Irak et les Émirats arabes unis, étaient représentés, tout comme la Grande-Bretagne, la Chine, la Jordanie et l'Égypte.

Macron a déclaré que la Turquie, avec laquelle les relations diplomatiques de la France étaient glaciales à cause du conflit libyen, et la Russie avaient indiqué leur soutien à l'initiative, bien qu'elles n'aient pas participé à la conférence.

Selon les Nations Unies, au moins 15 installations médicales, dont trois grands hôpitaux, ont subi des dommages structurels lors de l'explosion et des dommages importants dans plus de 120 écoles pourraient interrompre l'apprentissage de quelque 55 000 enfants.

Des milliers de personnes ont besoin de nourriture et l'explosion a interrompu l'approvisionnement en eau et l'assainissement de base dans de nombreux quartiers.

Le pape François a appelé dimanche a appelé à «l'aide généreuse» de la communauté internationale.

La France a envoyé des tonnes d'aide médicale et alimentaire, des dizaines de personnels de recherche et de sauvetage et des experts légistes pour aider à l'enquête, ainsi que du matériel de reconstruction.

En plus de l'aide en espèces promise jusqu'à présent, l'Égypte et le Qatar ont promis des hôpitaux de campagne, le Brésil a annoncé qu'il enverrait 4 000 tonnes de riz et l'Espagne 10 tonnes de blé.

«En ces temps horribles, le Liban n'est pas seul», a conclu le communiqué de la conférence.