Le Maroc est leader dans l'initiative internationale de mobilisation de fonds pour la lutte contre le COVID-19

Le Maroc est leader dans l'initiative internationale de mobilisation de fonds pour la lutte contre le COVID-19

29 mai 2020 0 Par Village FSE

Le Maroc s'est associé à l'effort mondial de lutte contre la propagation de la pandémie de COVID-19 et de minimiser son impact sur la population, principalement sur les plans économique, social et psychologique, comme l'indique le MD de l'Enseignement supérieur.

Le gouvernement marocain a promulgué une série de mesures depuis l'apparition du coronavirus qui comprend le lancement de plusieurs initiatives dans le domaine de la recherche scientifique et de l'innovation, toutes deux liées à la lutte contre le COVID-19. Des scientifiques marocains ont mené des études cliniques et de pharmacovigilance, participé à la production d'un appareil de respiration artificielle, ainsi qu'à la conception d'une application mobile de traçage, qui ont toutes aidé la nation nord-africaine de 36 millions de personnes à mettre en place un arsenal de mesures importantes destinées à lutter contre la menace du COVID-19.

Ces mesures clés incluent la production de 10 millions de masques, à un coût relativement modéré, pour une utilisation locale, mais qui pourraient également être destinés à l'Europe ou à l'étranger. À l'heure actuelle, 23 usines sont responsables de la fabrication de masques non tissés.

Selon une déclaration du ministre de l’industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique du 11 mai au parlement national, «le Maroc a dépassé une production quotidienne de 10 millions de masques. Le Maroc disposant d'un stock stratégique pour le post-confinement de 50 millions de masques, nous avons décidé de procéder à l'exportation de ces masques. Les pays étrangers intéressés, dont la France par exemple, ont réalisé des tests pour s'assurer que la qualité du produit est conforme à leurs normes locales. »

Le Maroc produit plus de 2 millions de housses de protection en tissu tissé par jour. En outre, le pays a commencé à exporter du matériel médical fabriqué localement, notamment des combinaisons, des chemisiers, des overblouses, des visières et des couvre-chaussures.

Des kits de tests fabriqués au Maroc, connus sous le nom de MAScIR et utilisés pour la détection de COVID-19, ont récemment été validés par l'Institut Pasteur de Paris. Les instituts de recherche et développement ont conçu un respirateur de fabrication marocaine (SIRCOS) ainsi qu'un appareil de mesure de la température pour les patients souffrant de coronavirus. Ces innovations technologiques, constituées de composants entièrement disponibles sur le marché marocain, seront opérationnelles dans les zones urbaines et rurales et pourront fonctionner de manière autonome pendant plus de 3 000 heures. Une fois leur production terminée dans les prochaines semaines, ils seront mis à disposition du système de santé.

Le SIRCOS a plusieurs modes de ventilation, y compris la ventilation contrôlée, assistée par pression et assistée contrôlée et il est également conforme aux normes et exigences internationales de sécurité et de performance.

L'appareil est composé de nombreuses unités, à savoir une unité de génération de gaz respiratoire; une unité sensorielle, une unité intelligente distribuée sur la base d'un système expert, d'un régulateur et d'une base de données avec des paramètres prédéfinis à distance.

Sa conception permet aux patients souffrant de problèmes respiratoires et incapables de se rendre à l'hôpital de bénéficier de la respiration artificielle à domicile. L'équipement comprend également un ensemble de capteurs pour détecter les fuites ou les anomalies et peut être entièrement adapté aux besoins des patients souffrant d'insuffisance respiratoire.

Le brevet SIRCOS a déjà été déposé auprès de l'Office marocain de la propriété industrielle et commerciale et attend l'approbation des autorités compétentes pour passer à la phase de production et de commercialisation dans le cadre de la campagne 100% «Made in Morocco».

Le Maroc a, ces dernières années, acquis une réputation pour sa forte industrie pharmaceutique. Si un traitement est trouvé, le Maroc pourra mettre à disposition ses capacités pour soutenir la production de ce traitement pour l'Afrique à des coûts accessibles et sans restrictions ni barrières.

Un fonds spécial de 3 milliards d'euros initié par le roi Mohamed VI du Maroc a été mis en place pour couvrir les dépenses résultant de la crise sanitaire en cours. Le fonds devra financer toute mise à niveau du système médical en termes d'infrastructures adaptées et tout moyen supplémentaire à acquérir d'urgence. Il soutiendra également l'économie nationale et les secteurs d'accompagnement les plus touchés par la pandémie. D'autres mesures comprennent la suspension des paiements des charges sociales et l'instauration d'un moratoire sur le remboursement des prêts bancaires aux entreprises.

«Plus que jamais, les décideurs sont aujourd'hui guidés par les résultats de la recherche et les recommandations. Le Maroc, sous la direction de Sa Majesté le Roi Mohamed VI, est pleinement déterminé à soutenir et à encourager la recherche pour contribuer à faire face à la pandémie et à vaincre le coronavirus. La réponse globale du Coronavirus de l'Union européenne est louable; il fournit un cadre non seulement pour les Européens, mais aussi pour que d'autres participants volontaires d'Afrique et d'ailleurs se réunissent, travaillent ensemble et, finalement, ramènent la vie des gens, dans le monde entier, à la normale suivante », a déclaré le ministre délégué à l'Enseignement supérieur. et Recherche Scientifique du Maroc Driss Ouaouicha.