Le marché européen du cannabis médical est encore loin de s'épanouir – EURACTIV.fr

Le marché européen du cannabis médical est encore loin de s'épanouir – EURACTIV.fr

1 juillet 2020 0 Par Village FSE

Une pénurie temporaire de fleurs de chanvre néerlandais destinées à l'exportation vers l'Allemagne a mis en lumière le manque de sources d'approvisionnement diversifiées et de normes de qualité uniformes sur le marché européen en pleine croissance du cannabis médical.

Au cours de la première quinzaine de juin, le bureau du gouvernement néerlandais responsable de l'exportation de marijuana médicale a informé les grossistes allemands qu'un retard pouvant aller jusqu'à six semaines pouvait survenir dans l'expédition de leurs produits.

En 2019, l'Office néerlandais du cannabis médical (OMC) a augmenté ses exportations annuelles de fleurs de cannabis à usage médical en Allemagne à 2,5 tonnes, après une demande venant directement de Berlin.

Avec cette dernière poussée, les fleurs de cannabis médical importées des Pays-Bas représentent désormais plus d'un tiers du marché allemand, dont la capacité globale a doublé par rapport à l'année précédente pour atteindre 6,7 tonnes par an.

Cependant, la totalité des exportations néerlandaises vers l'Allemagne repose sur les épaules d'une seule entreprise, Bedrocan, qui gère la capacité de production au niveau national.

Le retard dans la livraison provient de certains tests supplémentaires que le fournisseur néerlandais devait effectuer avant de libérer les lots pour l'exportation.

Une telle interruption temporaire de la chaîne d'approvisionnement a mis en évidence des goulets d'étranglement potentiels causés par un manque de diversification dans la production de cannabis médical pour le marché allemand.

Et la situation pourrait se détériorer à l'avenir, car la demande de marijuana médicale a rapidement augmenté dans le pays depuis une décision de 2017 permettant aux médecins allemands de prescrire des fleurs de cannabis de qualité pharmaceutique ou de l'extrait de cannabis à des patients gravement malades.

Selon les dernières données publiées en juin 2019, plus de 60000 personnes sont enregistrées en Allemagne en tant que patients d'assurance maladie à qui l'on a prescrit de la marijuana médicale.

Vers une chaîne d'approvisionnement européenne intégrée

L'essor du marché allemand du cannabis médical s'accompagne de défis pour répondre à la demande croissante et développer un solide réseau de vente.

C'est pourquoi le gouvernement allemand a créé en 2017 un nouvel organisme au sein de l'Agence allemande des médicaments (BfArM) chargé de réglementer l'industrie nationale naissante et de délivrer des licences pour l'importation de cannabis médical.

Au cours de ses trois premières années, l'Agence allemande du cannabis a été confrontée à des écueils structurels intrinsèques à un marché en développement mais qui n'est pas encore en pleine floraison.

Jusqu'à récemment, seuls le Canada, les Pays-Bas et l'Autriche étaient autorisés à exporter des produits à base de cannabis vers l'Allemagne en vertu de la Convention unique des Nations Unies de 1961.

Cela a conduit à une forme de dépendance excessive à l'égard de quelques pays producteurs. Afin de répondre à la demande, BfArM a récemment délivré des autorisations supplémentaires à un certain nombre d'autres pays tels que le Portugal, l'Espagne, la Suisse, Israël, la Colombie et l'Uruguay.

Depuis, les fleurs de cannabis du Portugal sont devenues disponibles en Allemagne pour la première fois fin 2019.

L'entreprise canadienne de cannabis Tilray vise à faire de son usine portugaise de Cantanhede une base européenne pour son projet de mise en place d'une chaîne d'approvisionnement entièrement intégrée dans l'UE.

L'expédition de fleurs produites en Europe représente un changeur de jeu potentiel pour l'adoption du marché régional.

Une question de qualité

Bien qu'elles augmentent les sources d'approvisionnement en produits médicaux à base de cannabis, les nouvelles autorisations d'importation allemandes révèlent également des problèmes sous-jacents avec les normes de qualité au niveau de l'UE.

Dans l'état actuel des choses, les produits médicaux sous licence reçoivent la certification des bonnes pratiques de fabrication (BPF) de l'UE, un ensemble de normes que tous les fabricants de médicaments doivent respecter.

Les cultivateurs de l'UE ont l'avantage que cette certification est automatiquement reconnue dans d'autres États membres de l'UE, bien qu'il existe également des accords de reconnaissance mutuelle (ARM) pour les pays tiers.

Avant d'entrer sur le marché, tout le cannabis médical vendu en Europe doit être produit et testé conformément aux BPF européennes, ainsi qu'une certification de bonnes pratiques de distribution (PIB) pour l'entreposage et la distribution.

Et bien qu'il existe des contrôles européens stricts sur la façon dont les drogues à base de cannabis sont fabriquées, il y a un manque total de normes de qualité harmonisées.

Cela génère des divergences dans la manière dont les organismes nationaux évaluent la qualité d'une drogue à base de cannabis destinée à l'exportation et les normes en vigueur dans le pays importateur de ce produit.

Par exemple, l'autorité néerlandaise applique des niveaux nationaux de plomb pour mesurer l'absence de métaux lourds dans le médicament, au lieu des niveaux de la monographie de l'UE.

En conséquence, les normes de qualité peuvent varier dans chaque pays en l'absence de référence globale pour la qualité au niveau de l'UE.

L'élaboration d'un ensemble homogène de normes de qualité pour le cannabis médical est cruciale pour les représentants de l'industrie qui font pression pour un cadre réglementaire européen.

Cependant, le processus menant à l'harmonisation des règles de l'UE pour le cannabis médical est au point mort, bien qu'il soit largement salué par de nombreuses parties prenantes et législateurs.

(Sous la direction de Frédéric Simon)