Le maire d'Amsterdam appelle à une extrême prudence concernant le retour du tourisme dans la ville | Voyage

22 mai 2020 0 Par Village FSE

Il a peut-être perdu 90% de ses réservations d'hôtel, mais Amsterdam ne devrait pas se précipiter pour accueillir de nouveau les touristes internationaux, selon son maire. Femke Halsema a suscité la colère de l'hôtellerie en avertissant que la ville devrait être « extrêmement prudente » quant à la relance du tourisme, affirmant qu'il n'y a pas assez d'espace pour ses 800 000 habitants, plus les neuf millions de visiteurs d'une nuit, et pour que la distance sociale soit respectée.

« Je vous entends parler du tourisme international, et je sais qu'il y a aussi 55 000 lits d'hôtel en attente pour les invités », a-t-elle déclaré mardi lors d'une réunion du conseil numérique. «Mais dans le temps à venir, nous devons être extrêmement prudents quant à la stimulation du trafic régional, national et international. Si nous le faisons de manière excessive, nous courons le risque qu'Amsterdam devienne le foyer d'une deuxième vague (d'infection).

Les Néerlandais ont eu un «verrouillage intelligent» relativement doux depuis le 15 mars, fermant le secteur de l'éducation, de l'hôtellerie et des musées, introduisant une règle de distance de 1,5 m et interdisant les réunions de plus de trois adultes. Les hôtels pouvaient rester ouverts, mais les voyages d'agrément étaient découragés. Conformément aux conseils de l'UE, les voyages non essentiels aux Pays-Bas sont interdits jusqu'au 15 juin, mais le pays a commencé une réouverture progressive le 11 mai, lorsque le taux de mortalité a atteint un niveau et que les écoles primaires ont repris à temps partiel.

Bien que les restaurants, cafés et bars puissent rouvrir à partir du 1er juin, avec un nombre limité, les autorités régionales peuvent interpréter la législation nationale. Mais Halsema a averti que, contrairement à Rotterdam, Amsterdam a beaucoup de canaux et une grande population. « Nous avons une pénurie surprenante d'espace public, donc je vous invite à la prudence », a-t-elle déclaré.

(LR) Yvonne van Duijnhoven (GGD), le maire Erik Boog (Diemen), le maire Femke Halsema d'Amsterdam et Tijs van Lieshout (directeur de la région de sécurité d'Amsterdam) lors d'une conférence de presse sur l'épidémie du coronavirus COVID-19 à Amsterdam, Pays-Bas , 28 février 2020.



Le maire d'Amsterdam, Femke Halsema,
centre, a encouragé la prudence sur le redémarrage du tourisme dans la ville. Photographie: Evert Elzinga / EPA

Une porte-parole du maire a confirmé au Guardian que, bien que Halsema pense que les touristes font partie d'une ville internationale, elle est en discussion avec les entreprises sur la façon dont cela prend forme. «Dans une ville fortement peuplée avec beaucoup de visiteurs, il est encore plus difficile de garder une distance de 1,5 m», a-t-elle déclaré. « La pire chose qui puisse arriver à Amsterdam est d'avoir un autre verrouillage car le nombre d'infections augmente. »

Cependant, des hôteliers comme Erik-Jan Ginjaar, directeur général de Postillion Hotels, qui a un hôtel de conférence de 252 lits à Amsterdam qui devrait rouvrir prochainement, ont déclaré que les mots étaient « très dangereux ».

« Si les touristes doivent choisir entre Amsterdam et Berlin – qui envoie des messages d'ouverture, vous pouvez visiter les musées et boire à nouveau un bon verre de bière – les touristes choisiront Berlin », a déclaré Ginjaar. « Tant que le maire enverra ces messages, il sera très problématique pour Amsterdam de gagner à nouveau des touristes. »

Il a déclaré que les personnes réservant des conférences maintenant pour 2022 ou 2023 ne devraient pas réduire la ville. «Nous devons prendre soin de la santé de tous ceux qui nous rendent visite et vivent à Amsterdam», a-t-il déclaré. « Mais c'est possible et sûr, alors assurons-nous que tous les emplois dans les hôtels, restaurants, magasins et taxis sont protégés en rouvrant la ville lentement, soigneusement, mais pas à une vitesse supérieure à celle du reste des Pays-Bas. »

Pendant ce temps, d'autres experts du tourisme, dont Geerte Udo, directrice d'Amsterdam et partenaires, ont déclaré que la ville ne voulait que les «bons» touristes à l'avenir, suggérant qu'elle pourrait avoir à regarder attentivement quels endroits, tels que le quartier rouge, offrent actuellement . Des enquêtes sont en cours pour dissuader le tourisme du cannabis et changer les fenêtres de la prostitution.

Jos Vranken, directeur général de NBTC Holland Marketing, encourage tout d'abord le tourisme local. «Nous avons un plan pour commencer par le marché néerlandais, puis nous déployer à travers l'Allemagne et la Belgique, nos voisins et le reste du monde, en nous concentrant sur les perles cachées et les destinations inexplorées plutôt que sur les points chauds», a-t-il déclaré.