Le G20 renforce l'accès mondial au vaccin Covid-19 lors d'un sommet organisé par l'Arabie saoudite – EURACTIV.fr

Le G20 renforce l'accès mondial au vaccin Covid-19 lors d'un sommet organisé par l'Arabie saoudite – EURACTIV.fr

22 novembre 2020 0 Par Village FSE

Les pays du G20 ont souligné la nécessité d'un accès mondial aux vaccins contre les coronavirus lors d'un sommet virtuel organisé par l'Arabie saoudite samedi 21 novembre, dominé par les efforts visant à lutter contre la pandémie et la pire récession mondiale depuis des décennies.

Les dirigeants mondiaux, y compris le président américain Donald Trump qui refuse de concéder une élection amère, sont apparus dans plusieurs fenêtres sur un écran scintillant, dans un webinaire à enjeux élevés organisé au milieu de la pandémie qui fait rage.

Les dirigeants se blottissent en ligne pour la réunion de deux jours alors que les efforts internationaux s'intensifient pour un déploiement à grande échelle de vaccins contre les coronavirus après une percée dans les essais, et alors que les appels se multiplient pour que les pays du G20 comblent un déficit de financement de 4,5 milliards de dollars.

«Bien que nous soyons optimistes quant aux progrès réalisés dans le développement de vaccins, de thérapies et d'outils de diagnostic pour Covid-19, nous devons travailler pour créer les conditions d'un accès abordable et équitable à ces outils pour tous», a déclaré le roi saoudien Salman, hôte du sommet. .

«Nous avons le devoir de relever le défi ensemble lors de ce sommet et de donner un message fort d'espoir et de réconfort à notre peuple en adoptant des politiques pour atténuer cette crise», a-t-il déclaré aux dirigeants mondiaux dans le discours d'ouverture.

Le président chinois Xi Jinping a évoqué la nécessité de construire un «pare-feu mondial contre Covid-19» en appelant les pays du G20 à aider à distribuer les vaccins «équitablement et efficacement», selon l'agence de presse officielle Xinhua.

Et le président français Emmanuel Macron a déclaré que la crise sanitaire était «un test pour le G20», soulignant qu'il «n'y aura pas de réponse efficace à la pandémie à moins qu'il ne s'agisse d'une réponse mondiale».

« Nous devons éviter à tout prix un scénario d'un monde à deux vitesses où seuls les plus riches peuvent se protéger contre le virus et redémarrer une vie normale », a déclaré Macron lors du sommet.

Pour ce faire, l'Union européenne a exhorté les dirigeants du G20 à investir rapidement plus d'argent dans un projet mondial de vaccins, de tests et de produits thérapeutiques – appelé Accélérateur d'accès aux outils COVID-19 (ACT) – et son installation COVAX pour distribuer des vaccins.

«Lors du sommet du G20, j'ai appelé à investir 4,5 milliards de dollars dans ACT Accelerator d'ici la fin de 2020, pour l'achat et la livraison de tests, de traitements et de vaccins COVID-19 partout», a déclaré la directrice de la Commission européenne Ursula von der Leyen sur Twitter.

«Nous devons faire preuve de solidarité mondiale», a déclaré von der Leyen, annonçant que l'année prochaine, sous la présidence italienne du G20, un sommet mondial sur la santé se tiendrait.

L'Allemagne a contribué pour plus de 500 millions d'euros à cet effort, a déclaré la chancelière Angela Merkel au G20, exhortant les autres pays à faire leur part, selon un texte de ses propos.

Pour se préparer à de futures épidémies, l'UE propose un traité sur les pandémies. «Un traité international nous aiderait à réagir plus rapidement et de manière plus coordonnée», a déclaré le président du Conseil européen, Charles Michel, au G20.

Alors que l'événement pionnier commençait, il y avait eu quelques bizarreries au début, quelqu'un ayant entendu dire au roi Salmane que «le monde entier regardait» avant le début de l'événement et que Xi devait apparemment appeler à l'aide technique.

Avec les espoirs saoudiens d'un grand défilé de coming-out anéanti en raison de la pandémie, l'événement a été réduit à de brèves sessions en ligne de ce que les observateurs appellent la «diplomatie numérique».

Bien qu'elle ait dû abandonner une grande partie de l'apparat habituel du sommet, l'Arabie saoudite a lancé la réunion avec une démonstration d'acrobaties aériennes au-dessus de Riyad.

Avec Xi et Macron, le président turc Recep Tayyip Erdoğan s'est également adressé au sommet, où des sources ont déclaré que le changement climatique faisait partie des questions en tête de l'ordre du jour.

Trump, qui continue de rejeter sa défaite électorale, a été brièvement convoqué à la réunion et a «parlé des actions agressives et des mesures de sécurité prises par les États-Unis pour protéger les traitements révolutionnaires vulnérables et pionniers, et développer des vaccins et des thérapies à une vitesse record, qui sauvera des millions de vies », selon un communiqué de la Maison Blanche. Il est ensuite allé jouer au golf.

De nombreux dirigeants du G20 ont déjà félicité son rival, le président élu Joe Biden.

Écart de financement

Les pays du G20 ont contribué plus de 21 milliards de dollars pour lutter contre la pandémie, qui a infecté 56 millions de personnes dans le monde et fait 1,3 million de morts, et injecté 11 billions de dollars pour «sauvegarder» l'économie mondiale dévastée par les virus, ont déclaré les organisateurs.

Mais les dirigeants du groupe doivent faire face à une pression croissante pour aider à éviter d’éventuelles défaillances de crédit dans les pays en développement.

La semaine dernière, ses ministres des finances ont déclaré un «cadre commun» pour un plan de restructuration de la dette étendu pour les pays ravagés par le virus, mais les militants estiment que la mesure est insuffisante.

Les ministres avaient prolongé une initiative de suspension de la dette pour les pays en développement jusqu'en juin de l'année prochaine, mais le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a fait pression pour qu'il s'engage à la pousser jusqu'à la fin de 2021.

La directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, a averti que l'économie mondiale est confrontée à un chemin difficile pour sortir de la récession Covid-19, alors même que des vaccins sont maintenant en vue.

Les pays du G20 doivent aider à combler le déficit de financement de 4,5 milliards de dollars du soi-disant ACT-Accelerator, le Premier ministre norvégien, le président sud-africain et les chefs de l’Union européenne et de l’Organisation mondiale de la santé, ont demandé dans une lettre conjointe adressée au groupe.

Le programme promeut une distribution équitable des vaccins Covid-19, y compris les pays pauvres, pour freiner la pandémie.

«De graves abus»

Le bilan de l’Arabie saoudite en matière de droits de l’homme a jeté une ombre sur le rassemblement, alors que les militants et les familles des militants emprisonnés lancent des campagnes vigoureuses pour mettre en évidence le problème.

Lors d'une conférence de presse, le ministre de l'Investissement, Khalid al-Falih, a été invité à savoir si l'Arabie saoudite devait essayer une approche différente pour surmonter les gros titres négatifs, notamment à propos du meurtre d'octobre 2018 du journaliste Jamal Khashoggi et de l'emprisonnement de critiques dans le cadre d'une répression en cours.

«Les investisseurs ne sont pas des journalistes, les investisseurs recherchent des pays dans lesquels ils peuvent faire confiance à un gouvernement efficace doté d'une prise de décision économique appropriée», a répondu Falih.

Certains responsables occidentaux ont indiqué que les droits de l'homme ne seraient pas abordés lors du sommet, affirmant qu'ils préféraient utiliser des forums bilatéraux pour discuter de la question avec Riyad.

«Au lieu de signaler son inquiétude face aux graves abus commis par l’Arabie saoudite, le G20 soutient les efforts publicitaires bien financés du gouvernement saoudien pour présenter le pays comme« en train de se réformer »malgré une augmentation significative de la répression», a déclaré Michael Page de Human Rights Watch.