L'application de vote électronique du Parlement européen « n'est pas une solution », déclare le vice-président – POLITICO

L'application de vote électronique du Parlement européen « n'est pas une solution », déclare le vice-président – POLITICO

3 juillet 2020 0 Par Village FSE

L'eurodéputé Marcel Kolaja est membre du Parti Pirate et vice-président de la politique TIC | Fred Marvaux / Union européenne

La nouvelle application «iVote» oblige les députés à créer un compte Apple et à partager des données afin de voter.

Par

Actualisé

Les membres du Parlement européen ont commencé ces dernières semaines à utiliser une nouvelle application pour effectuer des votes électroniques lors des réunions des commissions, mais l'un des vice-présidents de l'institution a déclaré que l'outil empêche les membres de voter librement.

Plusieurs comités ont commencé à voter en utilisant une application appelée iVote, mais cela ne fonctionne que sur les appareils Apple tels que les iPads et les iPhones et oblige les députés européens à s'inscrire avec Apple et à partager des données personnelles avec l'entreprise, a déclaré Marcel Kolaja, membre du Pirate Party et vice-président de la politique TIC.

Kolaja, qui fait partie du groupe des Verts au Parlement, a déclaré que ses collègues et lui avaient refusé de voter en utilisant l'application parce qu'ils s'opposaient aux conditions d'utilisation du géant américain de la technologie et à la politique de l'entreprise en matière de données.

« Le droit d'exercer votre mandat ne peut dépendre de l'acceptation des conditions de service d'une entreprise privée », a déclaré Kolaja.

« Nous ne devons pas créer de systèmes d'information qui dépendent d'un fournisseur propriétaire particulier. Ce n'est pas une solution », a-t-il ajouté.

Les services du Parlement travaillent sur une version plus conviviale et plus rapide des bulletins imprimés et numérisés pour les réunions des commissions.

L'application iVote a été utilisée pour voter lors des réunions de comité, qui impliquent souvent des procédures de vote longues et complexes. Un porte-parole du Parlement européen a déclaré que « cette solution temporaire permet le traitement de votes complexes impliquant de nombreux amendements et amendements de compromis … et des votes secrets ».

L'application, qui a été développée en interne par le Parlement, a jusqu'à présent été utilisée dans quatre commissions, et « d'autres commissions envisagent de l'utiliser », a déclaré le porte-parole.

Une note interne du Parlement, obtenue par le blog des droits numériques Netzpolitik, a déclaré que l'application était « spécifiquement conçue pour gérer les votes dans les commissions », mais que « dans les circonstances actuelles, nous n'avons tout simplement pas le temps de la porter sur d'autres plateformes ».

« La connexion à iCloud est une nécessité technique pour pouvoir soumettre des bulletins de vote via le cloud Apple », indique la note, ajoutant que « se connecter pour voter avec iVote ne partage en soi aucune donnée avec Apple qui n'était pas déjà partagée. » lors de la création de l'identifiant Apple. « 

Pour les sessions plénières, les chefs de parlement se sont mis d'accord sur une procédure de vote par e-mail au début du verrouillage provoqué par la pandémie de coronavirus. Les députés ont été contraints de rester chez eux en imprimant les feuilles de vote, en les remplissant, en les signant, en les numérisant et en les envoyant par courrier électronique au secrétariat du Parlement.

Le système – bien qu'incroyablement lourd – a permis aux députés de vérifier leurs votes pour éviter les fraudes ou les erreurs.

« Nous avons fait un grand pas en avant dans les formes de travail modernes. Nous sommes le seul Parlement européen à avoir proposé à ses membres de voter numériquement et à garantir qu'il pouvait travailler même lorsque les membres ne pouvaient pas voyager », Manfred Weber, président de le plus grand groupe du Parlement, le Parti populaire européen, a déclaré cette semaine au POLITICO Brussels Playbook – le qualifiant de « grande réussite » pour l'administration et les députés.

Mais ce système a été remplacé dans plusieurs comités par l'application iVote alors qu'ils commençaient à labourer des travaux qui n'avaient pas été touchés au plus fort de la crise pandémique.

« Il est incontestable que la solution (utilisée en session plénière) n'est pas parfaite », a déclaré Kolaja, ajoutant que les députés européens doivent souvent voter sur des centaines d'amendements pour chaque projet de loi. « C'est le problème. Une autre question est de savoir quelle est la solution », a-t-il ajouté.

Les services du Parlement travaillent sur une version plus conviviale et plus rapide des bulletins imprimés et numérisés pour les réunions des commissions des prochaines semaines, a déclaré Kolaja. Mais il a déclaré que cela ne serait pas utilisé avant le retour des députés de la pause estivale.