La protection de la forêt à Berlin et Bruxelles alors que le changement climatique fait des ravages – EURACTIV.fr

La protection de la forêt à Berlin et Bruxelles alors que le changement climatique fait des ravages – EURACTIV.fr

19 septembre 2020 0 Par Village FSE

Les Journées forestières allemandes, qui ont débuté vendredi 18 septembre, visent à attirer l'attention sur le fait que les forêts sont menacées par le changement climatique. Dans le même temps, Berlin et Bruxelles développent des stratégies pour les protéger. Rapports d'EURACTIV Allemagne.

«Les forêts sous stress climatique» est la devise des Journées forestières allemandes, organisées pour la troisième fois. En effet, les forêts allemandes sont soumises au «stress» au moins depuis la sécheresse de l'été 2018.

La superficie de forêt endommagée en Allemagne s'élève désormais à 285 000 hectares, soit plus que la superficie de la Sarre, a annoncé le ministère de l'Agriculture il y a un mois. Le gouvernement fédéral estimait auparavant ce chiffre à 245 000 hectares.

Cela a un impact notable sur le climat puisque la forêt est le plus grand stockage naturel de CO2. Ce n'est pas sans raison que la Commission européenne a décidé dans son analyse d'impact des nouveaux objectifs climatiques 2030 publiée jeudi d'inclure les effets de l'utilisation des terres dans les calculs futurs.

En Allemagne, les émissions de CO2 économisées par les forêts représentent entre 6 et 14% des émissions totales de gaz à effet de serre. En 2014, l'agence allemande de l'environnement estimait toujours la capacité de stockage à 53 millions de tonnes de CO2, tandis que le ministère de l'Agriculture a porté ce chiffre à 127 millions de tonnes.

Cependant, la hausse des températures entraîne des risques tels que les incendies de forêt ou les scolytes, tandis que la capacité de stockage des forêts diminue également. Au cours de l'été chaud de 2018, la sécheresse a amené la végétation à absorber jusqu'à 18% de dioxyde de carbone en moins, ont rapporté la semaine dernière des scientifiques du Réseau européen de surveillance des gaz à effet de serre (ICOS).

Les agriculteurs allemands craignent un autre été de sécheresse

Avec de faibles niveaux de pluie, les agriculteurs allemands craignent un autre été de sécheresse en plus de la pandémie de coronavirus. Selon le ministère allemand de l'Agriculture, la situation est à l'examen, mais aucune mesure concrète n'est prévue à ce jour. Rapports d'EURACTIV Allemagne.

Les «primes aux arbres» sont difficiles à mettre en œuvre

Pour cette raison, des mesures de protection des forêts sont actuellement débattues au niveau allemand et européen. Mais les progrès sont lents.

Hier, des représentants de l'Association des propriétaires forestiers (AGDW) ont manifesté devant le Bundestag et ont exigé que la performance CO2 des arbres soit financièrement reconnue.

«Compte tenu de l'énorme capacité de stockage de CO2 de nos forêts, il est juste que cette performance soit récompensée», a déclaré Max von Elverfeldt, président de la société familiale Land und Forst. «Après tout, en tant que plus grand puits de carbone, la foresterie est la première partie prenante de la protection du climat», a-t-il ajouté.

Une telle «prime aux arbres» fait l'objet de discussions depuis un certain temps, et selon les informations du quotidien TAZ, le gouvernement travaille actuellement sur un concept qui attribuerait, dès l'année prochaine, une prime de 125 € par hectare de forêt donné. que chaque hectare capte en moyenne cinq tonnes de CO2 par an.

Jusqu'à 1,5 milliard d'euros pourraient être générés de cette manière. Les primes doivent être financées par les revenus du nouveau prix du CO2 dans les secteurs du bâtiment et des transports, ce qui signifie que si le prix y augmente, la prime aux arbres augmentera également.

Pendant des années, les politiciens ont réclamé à plusieurs reprises une prime forestière. Entre autres, le Premier ministre de Rhénanie du Nord-Westphalie, Armin Laschet (CDU), et la ministre fédérale de l’agriculture, Julia Klöckner (CDU), se sont prononcés en sa faveur.

Mais les critiques sont venues de la ministre de l'Environnement Svenja Schulze (SPD). Alors que Schulze a déclaré au journal Westfalenpost qu'elle soutenait un tel modèle en principe, elle a également déclaré qu'elle «ne connaissait pas encore un modèle mature pour une prime d'arbre. Cela semble simple, mais ce n’est pas le cas. »

Par exemple, on ne sait toujours pas ce qui se passe lorsque les arbres sont abattus et que le bois est brûlé. «La prime doit-elle être remboursée?» elle a demandé.

Le politicien vert Harald Ebner a également critiqué le gouvernement allemand pour ne pas avoir de concept efficace pour lutter contre la crise forestière et pour avoir permis que des milliards soient gaspillés par des programmes inefficaces, voire endommageant les forêts. «Les Journées de la forêt de cette année sont des jours de deuil», a-t-il déclaré.

La protection des forêts devrait être une nouvelle priorité pour le Parlement européen

De vastes zones de forêt sont défrichées dans le monde pour l'industrie agricole. Bien que l'UE exige de ses partenaires contractants qu'ils protègent l'environnement, elle n'a pas les moyens de faire respecter la loi. Les écologistes et le Parlement européen estiment qu'il est urgent d'agir. Rapports d'EURACTIV Allemagne.

Stratégie forestière et loi sur la chaîne d'approvisionnement en route

Le Parlement européen a également discuté de la protection des forêts cette semaine. Cependant, son objectif principal était le défrichement des forêts des pays tiers pour faire place à des activités agricoles et commerciales.

En revanche, la superficie forestière de l'UE, qui couvre actuellement 42% de la superficie de l'UE, devrait rester stable ou croître légèrement, avec jusqu'à 11 millions d'hectares de forêt ajoutés entre 1990 et 2010, selon la Commission européenne.

Mais la Commission doit faire plus pour promouvoir la gestion durable des forêts et protéger la biodiversité, selon une résolution non contraignante adoptée mardi par une large majorité de députés.

En parallèle, l'eurodéputée allemande Delara Burkha travaille sur un rapport d'initiative pour une loi européenne sur la chaîne d'approvisionnement qui interdirait le défrichement des forêts tropicales humides pour les biens de consommation européens.

À l’avenir, les entreprises devront payer des amendes si des arbres ont été défrichés pour leurs produits et services ou si les droits d’utilisation de la population locale ont été violés, selon le rapport de Burkhardt.

La Commission européenne travaille également sur une stratégie forestière pour la forêt tropicale, qui pourrait être présentée dès le premier trimestre 2021.

Un demi-milliard d'euros pour se déverser dans les forêts allemandes

Le changement climatique cause des problèmes aux forêts allemandes, car de vastes zones boisées meurent. Le ministère de l'Agriculture prévoit désormais de débloquer des millions d'euros d'aide pour aider à empêcher la disparition de nouvelles forêts. Rapports d'EURACTIV Allemagne.

(Edité par Zoran Radosavljevic)