La population juive d'Europe a chuté de 60% au cours des 50 dernières années | Nouvelles du monde

25 octobre 2020 0 Par Village FSE

L'Europe a perdu près de 60% de sa population juive au cours des 50 dernières années, principalement en raison de l'effondrement de l'Union soviétique, après quoi de nombreux Juifs ont quitté l'Europe de l'Est avec l'ouverture des frontières, selon une étude.

Seulement 9% environ de la population juive mondiale vit maintenant en Europe, contre près de 90% à la fin du 19e siècle – mais c'est la même proportion qu'il y a 1000 ans.

Au total, environ 1,3 million de Juifs vivent en Europe en 2020, soit environ 0,1% de la population du continent. Les deux tiers d'entre eux vivent en France, au Royaume-Uni et en Allemagne.

Interactif

Les chiffres figurent dans un rapport produit par l'Institut de recherche sur les politiques juives basé à Londres, qui tente de donner une image complète des populations juives dans les pays européens.

«Les juifs ont non seulement fait partie intégrante de l'histoire et de la culture européennes, mais sont en fait l'un de ses groupes les plus anciens et originaux», dit le rapport, intitulé Les juifs en Europe au tournant du millénaire.

«Cependant, tout au long de l'histoire, la faiblesse inhérente d'une minorité sans terre et impuissante vis-à-vis des sociétés territoriales et de leurs pouvoirs constitués a souvent mis le peuple juif dans une condition de dépendance et d'instabilité, et s'est traduite par de puissants hauts et bas de la présence juive. . »

Entre la fin des XVIIIe et XIXe siècles, le nombre de Juifs dans le monde est passé à plus de 10 millions, et est encore monté à 16,5 millions à la veille de la seconde guerre mondiale. La plus grande partie de la croissance s'est produite en Europe de l'Est, puis en Amérique, puis en Palestine et en Israël.

Le meurtre de 6 millions de Juifs pendant l'Holocauste a réduit la population mondiale à environ 11 millions, «perturbant radicalement ce qui avait été jusqu'à ce moment la construction et la transformation continues de la communauté juive européenne».

En 1880, 88% des Juifs du monde vivaient en Europe. En 1945, cette part était tombée à 35%, puis à 26% en 1970 et à 9% en 2020. La majeure partie de cette baisse s'est produite en Europe de l'Est, où la part du total mondial est passée de 26% en 1945 à 2% en 2020.

Dans les dernières décennies du XXe siècle, «l'ouverture des portes de l'Union soviétique» a signifié que plus de 1,8 million de Juifs ont quitté l'Europe de l'Est entre 1969 et 2020, entraînant «un changement radical du centre de gravité de la population juive par rapport à la de l'est à l'ouest du continent ».

L'étude rapporte également que près de 70 000 Juifs nés en Israël vivent désormais en permanence en Europe, dont environ 25% au Royaume-Uni. La grande majorité des Juifs européens – dont 90% des Juifs britanniques – ne prévoient pas activement d'émigrer en Israël ou ailleurs.

Une minorité de familles juives européennes a plus de cinq enfants, la proportion la plus élevée (24%) en Belgique, qui compte une importante population ultra-orthodoxe. La proportion la plus faible (5%) se trouve en Pologne.

Plus des trois quarts des juifs polonais sont mariés à des non-juifs, mais seulement 14% des juifs belges. Les mariages mixtes ont été un «facteur important de l'érosion de la taille de la population juive» car les enfants de ces familles ne sont souvent pas élevés comme juifs.

La population juive britannique avait la plus petite proportion (4%) de convertis au judaïsme, et l'Espagne la plus grande (25%).

Dans chacun des 12 pays de l'UE, les Juifs étaient plus pro-UE que la population non juive. En Hongrie, il y avait le plus grand écart, avec 51% des Juifs déclarant avoir un fort attachement à l'UE, contre 19% de la population totale. Il y avait également de grandes lacunes en Pologne, en Autriche et en Hongrie.