La police française abat un homme après une attaque au couteau près d'une école parisienne France

16 octobre 2020 0 Par Village FSE

La police française a abattu un homme qui a attaqué un autre homme avec un grand couteau de cuisine près d'une école de la banlieue parisienne.

Les autorités ont annoncé immédiatement après le meurtre qu'il faisait l'objet d'une enquête par un juge antiterroriste, suggérant qu'il ne faisait aucun doute qu'il s'agissait d'un acte de terreur.

L'AFP rapporte que la victime est un professeur d'histoire qui a montré les caricatures du prophète à ses élèves.

L'alarme a été déclenchée vendredi à 17 heures lorsque la police locale a informé ses collègues nationaux qu'un corps avait été retrouvé à Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines, une banlieue au nord-ouest du centre de Paris. Selon certains rapports, la victime avait été décapitée, mais cela n'a pas été confirmé.

Les procureurs ont déclaré qu'ils le traitaient comme «un meurtre lié à une organisation terroriste».

Le tueur, qui portait également une arme à feu, a été poursuivi par la police mais a refusé de se rendre et a été abattu après avoir, semble-t-il, menacé des policiers. Les agents ont ensuite bouclé la zone après craindre que le tueur ne porte un gilet de suicide.

Ivan Assioma, secrétaire régional du syndicat de la police de l'Alliance, a déclaré que l'homme avait été abattu après avoir «menacé la police».

«Nous ne savons pas grand-chose sur le suspect pour le moment. La police est intervenue très rapidement », a déclaré Assioma.

Le maire d’Éragny-sur-Oise Thibault Humbert s’est entretenu avec les journalistes de «l’horreur» des événements dans sa commune.

«C’est un acte barbare», a-t-il déclaré à BFMTV.

Il a déclaré avoir été informé lors d'un appel téléphonique qu'une personne avait été «décapitée» dans une zone voisine et que l'attaquant avait été abattu. Il a déclaré que la police avait bouclé toute la zone et qu'il y avait des dizaines de policiers et de pompiers sur les lieux.

Il a conseillé à la population locale de rester chez elle.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Darmanin est de retour de Rabat au Maroc avec sa jeune ministre, Marlène Schiappa, supervisant une «cellule de crise d'urgence» au ministère de l'Intérieur.

Paris est en état d'alerte depuis que deux journalistes d'une société de production cinématographique ont été poignardés devant les anciens bureaux du journal satirique Charlie Hebdo il y a trois semaines.

Le procès de 14 personnes soupçonnées d'être liées aux attentats terroristes de janvier 2015 contre Charlie Hebdo et le supermarché casher Hyper Cacher, se déroule actuellement à Paris et devrait se poursuivre jusqu'en novembre.

Les frères Saïd et Chérif Kouachi ont tué 12 personnes dans et autour du journal. Le tireur Amédy Coulibaly a abattu une policière le lendemain et tué quatre Juifs au supermarché 24 heures plus tard. Les frères Kouachi et Coulibaly ont été tués dans des fusillades séparées avec la police.

Les médias français ont rapporté qu'un certain nombre de parents de l'école secondaire près du lieu de l'attaque s'étaient récemment plaints aux autorités éducatives après qu'un enseignant a montré à des élèves des caricatures controversées du Prophète.