La menace de la grippe aviaire plane sur l'Europe, prévient l'EFSA – EURACTIV.fr

La menace de la grippe aviaire plane sur l'Europe, prévient l'EFSA – EURACTIV.fr

21 novembre 2020 0 Par Village FSE

Une grippe aviaire hautement pathogène se propage rapidement en Europe du Nord et atteint des pays jusqu'alors non affectés par la maladie, a constaté l'Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA).

L’EFSA a publié vendredi 20 novembre une version mise à jour de son bilan de la grippe aviaire, rédigée en collaboration avec l’agence européenne des maladies infectieuses (ECDC) et le laboratoire européen de référence pour l’influenza aviaire.

L'étude a montré que des foyers de virus de la grippe aviaire ont été signalés dans plusieurs pays de l'UE au cours du mois dernier. Des cas ont été enregistrés en Belgique, au Danemark, en Allemagne, en Irlande, aux Pays-Bas et en Suède, ainsi qu'au Royaume-Uni.

La grippe aviaire est une maladie virale très contagieuse qui touche principalement les volailles et les oiseaux aquatiques sauvages. Il existe deux souches du virus: les virus hautement ou faiblement pathogènes, appelés respectivement HPAI et LPAI.

La souche hautement pathogène de la grippe aviaire a été diagnostiquée jusqu'à présent chez 302 animaux en Europe, dont près des trois quarts dans le nord de l'Allemagne seulement.

Aucun cas humain n'a été détecté dans les nouvelles flambées et le risque de transmission au grand public en Europe reste très faible, indique le rapport.

Les espèces d'oiseaux sauvages auraient été principalement affectées, bien que 18 foyers chez la volaille et trois chez les oiseaux captifs aient également été observés.

Suite à l'incursion des virus de l'IAHP en Europe, une nouvelle propagation à l'intérieur et entre les États membres est attendue, compte tenu également des habitudes de mélange et des routes migratoires à longue et courte distance des oiseaux sauvages.

Une fois introduits dans un pays européen, il existe un risque élevé que les virus de l'IAHP puissent se propager davantage dans différentes directions en raison des déplacements à plus courte distance des oiseaux infectés et de multiples espèces d'oiseaux peuvent être impliquées.

« Empêcher une nouvelle escalade de ces épidémies nécessitera une coopération étroite entre les autorités de santé animale, publique, environnementale et professionnelle – en d'autres termes, une approche One Health – à travers l'Europe », a déclaré Nik Kriz, chef de l'unité Santé animale et végétale de l'EFSA.

Selon l’agence de l’UE, le risque de propagation du virus des oiseaux sauvages aux volailles reste élevé en raison de cette augmentation prévue de la circulation du virus dans la population d’oiseaux sauvages.

L'EFSA recommande aux États membres de poursuivre la surveillance des oiseaux sauvages et de la volaille et de mettre en œuvre des mesures de contrôle pour éviter tout contact humain avec des oiseaux infectés ou morts.

Un certain nombre de pays de l'UE ont publié des déclarations sur le risque et ont commencé à mettre en place des mesures préventives.

À la fin du mois d’octobre, la détection de plusieurs cas de grippe aviaire aux Pays-Bas a mis l’UE en alerte rouge quant à la possibilité d’une propagation ailleurs, laissant le pays lui-même en «état d’alerte élevée» et préparant un abattage massif d’animaux.

Au Royaume-Uni, le risque de grippe aviaire a été porté à moyen par le ministère de l'environnement et des affaires rurales (DEFRA), tandis que l'Irlande et la France ont également tiré la sonnette d'alarme.

En Belgique, la ville de Bruges a «confiné» la population de cygnes pour éviter qu’ils attrapent la grippe aviaire après que les virus HPAI aient été détectés parmi les oiseaux sauvages sur la côte belge.

L'épidémie d'IAHP 2016-2017 a été la plus importante épidémie enregistrée à ce jour dans l'UE en termes de nombre de foyers de volailles, de propagation géographique et de nombre d'oiseaux sauvages morts.

(Edité par Sam Morgan)