La France suspend l'approbation du traité d'extradition avec Hong Kong – POLITICO

La France suspend l'approbation du traité d'extradition avec Hong Kong – POLITICO

3 août 2020 0 Par Village FSE

La dirigeante de Hong Kong, Carrie Lam, a récemment reporté d'un an les élections législatives prévues pour septembre | Anthony Wallace / AFP via Getty Images

Paris suit les traces de Berlin et de Londres.

Par

Actualisé

La France a décidé de suspendre la ratification d'un accord d'extradition avec Hong Kong dans un contexte de tensions accrues entre les pays européens et la Chine.

La décision intervient après que la dirigeante de Hong Kong, Carrie Lam, a reporté d'un an les élections législatives prévues pour septembre en raison de la pandémie de coronavirus et que Pékin a imposé une nouvelle loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, qui, selon les critiques, mine l'autonomie de la région par rapport à la Chine.

« La France rappelle qu'il est essentiel que les élections se tiennent dans les meilleurs délais et dans des conditions permettant une véritable expression démocratique, conformément aux droits et libertés garantis par la Loi fondamentale de Hong Kong », a déclaré un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. dans une déclaration lundi.

Le jeune ministre français des Affaires européennes, Clément Beaume, a déclaré la semaine dernière que les dirigeants européens « sont divisés et faibles depuis très longtemps » sur la manière de gérer la situation à Hong Kong.

« Aujourd'hui, ce temps de naïveté est révolu », a-t-il déclaré, ajoutant: « Je pense que nous l'avons vu lors du dernier sommet UE-Chine en juin, le ton est plus ferme aujourd'hui. »

L'Allemagne, le Royaume-Uni, le Canada et l'Australie ont également suspendu les accords d'extradition avec la ville sous domination chinoise. Pékin a riposté la semaine dernière en suspendant son traité d'extradition avec le Royaume-Uni, le Canada et l'Australie. Les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont également convenu la semaine dernière d'envisager des interventions sur les règles de visa et de migration ainsi que sur les traités d'extradition avec Hong Kong.