La Commission reconnaît le retard du déploiement de la 5G dans l'UE – EURACTIV.fr

La Commission reconnaît le retard du déploiement de la 5G dans l'UE – EURACTIV.fr

18 septembre 2020 0 Par Village FSE

La Commission européenne a admis que les réseaux de télécommunications 5G ne seront pas lancés dans tous les États membres de l'UE d'ici la fin de 2020 comme prévu, en raison des reports des enchères de fréquences de spectre qui ont eu lieu à la suite de la crise des coronavirus.

S'adressant aux journalistes vendredi 18 septembre, la vice-présidente de la Commission pour le numérique, Margrethe Vestager et le commissaire au marché intérieur, Thierry Breton, ont déclaré que la crise de santé publique avait retardé le déploiement en Europe des télécommunications de nouvelle génération, mais ont appelé les États membres à intensifier leur 5G programmes de déploiement à la hâte.

« De toute évidence, il y aura un retard », a déclaré Breton, répondant à une question d'Euractiv. «Nous avons environ quatre mois de retard sur ce que nous avions prévu. Cela correspond vraiment aux quatre mois de verrouillage que nous avons vécus. « 

«À présent, nous exhortons les États membres à continuer d'avancer le plus rapidement possible», a ajouté Breton, soulignant également que jusqu'à présent, seulement environ 20% des fréquences du spectre 5G ont été accordées dans l'UE.

Objectifs du plan d'action 5G 2016

La Commission avait précédemment fixé des objectifs dans le cadre de son plan d'action 5G pour l'Europe 2016, dans le but de lancer des services 5G dans tous les États membres de l'UE au plus tard à la fin de 2020, qui seraient suivis d'une «  mise en place rapide '' atteindre une couverture 5G ininterrompue dans les zones urbaines et le long des principaux axes de transport d'ici 2025.

Et malgré les retards qui sont désormais presque inévitables, M. Breton a déclaré que la Commission espérait toujours qu'il était possible de respecter le calendrier de 2020, après que l'exécutif de l'UE a publié une recommandation appelant les pays du bloc à stimuler les investissements dans la connectivité haut débit à très haute capacité infrastructure, y compris la 5G.

«Les États membres devraient éviter ou minimiser tout retard dans l'autorisation d'utiliser les bandes de fréquences pionnières de la 5G en raison de la crise du COVID-19», indique la recommandation.

Cependant, ces retards étaient au rendez-vous depuis plusieurs mois. En mai, Vestager a exhorté les ministres européens des télécommunications à «limiter autant que possible» les retards dans leurs attributions de spectre 5G, au milieu des défis actuels auxquels l'industrie est confrontée par la crise des coronavirus.

Un certain nombre de pays, dont l'Espagne, l'Autriche, le Portugal, la Pologne et la République tchèque, ont tous à un moment donné été contraints de reporter les enchères de fréquences du spectre en raison de la pandémie.

Cette semaine: la France et la Grèce

Avec les approches divergentes adoptées par les États membres, il y a également eu des craintes que le paysage du déploiement de la 5G dans l'UE ne se fracture.

Cette semaine encore, la 5G a fait la une des journaux en France, où le président Macron a provoqué un tollé après avoir comparé ses opposants politiques qui ont adopté une position prudente sur le déploiement de la 5G aux «  Amish '' – une communauté chrétienne traditionaliste connue pour son aversion pour les formes modernes de technologie. .

Mais ailleurs dans l'UE, la 5G a été mise en avant sous un jour plus positif, et le ministre grec du Numérique Kyriakos Pierrakakis a promis que la couverture 5G toucherait une grande partie de la population grecque en 2021 et 94% du pays d'ici six ans.

Afin de parvenir à une approche plus uniforme du déploiement de la 5G, la Commission a cherché à encourager davantage d’investissements privés sur les marchés des télécommunications de la prochaine génération de l’UE, dans le cadre de la recommandation de vendredi.

«Nous devons maintenant nous assurer que le déploiement est effectué à une vitesse harmonisée», a déclaré Breton. «Nous devons également nous assurer que l'investissement est là. Et dans les plans de reprise, je suis sûr que différentes propositions seront faites et nous les examinerons de très près.

«Mais nous ne sommes pas ici pour remplacer l'investissement privé. Nous sommes également là pour encourager les investissements privés et pour rassembler les bonnes pratiques. »

L’industrie des télécommunications a salué l’annonce de la Commission vendredi.

«Ce sont les étapes les plus audacieuses à ce jour pour remettre le plan d’action 5G de la Commission européenne sur les rails», a déclaré Laszlo Toth, responsable des politiques publiques en Europe pour la GSMA, un groupe commercial mondial pour le secteur mobile. «Ils ciblent les goulots d'étranglement les plus serrés: les meilleures pratiques pour les enchères de spectre et les autorisations de site plus rapides.»

(Edité par Zoran Radosavljevic)