La Commission européenne aspire à un changement de traité sur la santé

La Commission européenne aspire à un changement de traité sur la santé

29 mai 2020 0 Par Village FSE

La Commission européenne espère une modification du traité afin qu'elle ait davantage son mot à dire sur la santé.

« Si le moment est venu, cela se produira », a déclaré jeudi 28 mai Margarita Schinas, vice-présidente de la Commission européenne.

« Rien n'est sur la table », a-t-il ajouté, notant qu'un débat aura lieu lors de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, qui devrait définir les priorités de l'Union au cours des deux prochaines années.

« Je ne suis pas en mesure d'annoncer à quoi ressemblera cette union de la santé de l'Union européenne à l'avenir, mais je pense que nous sommes maintenant à la première étape d'un processus qui en fera un jour une réalité tangible », a-t-il déclaré. .

Les commentaires de Schinas font suite à des déclarations récentes similaires du président français Emmanuel Macron et de la chancelière allemande Angela Merkel.

Plus tôt ce mois-ci, les deux dirigeants ont évoqué l'idée d'une Union européenne mieux préparée à s'attaquer aux grands problèmes de santé comme la pandémie.

Ce signal politique semble également avoir encouragé la Commission européenne dans ses plus grandes aspirations à plus de pouvoir sur la santé.

Les compétences de la Commission européenne en matière de santé sont actuellement limitées. Le traité dit qu'il ne peut que « compléter les politiques nationales » et « encourager la coopération ».

Cependant, la pandémie de Covid-19 a montré que les États membres n'étaient pas préparés. Certains ont fermé leurs frontières, tous se sont précipités pour des fournitures médicales, et d'autres ont même stocké du matériel destiné à d'autres États de l'UE.

Le manque de solidarité a alarmé les critiques, dont l'ancien président de la Commission européenne, Jaques Delors. En mars, il l'a décrit comme un danger mortel pour l'Union européenne.

EU4Health – une première étape

La Commission européenne a depuis lors proposé de consolider un nouveau plan de relance de 750 milliards d'euros dans l'espoir de relancer les économies en difficulté.

Une partie de ce plan comprend désormais un nouveau programme autonome de 9,4 milliards d'euros dédié à la santé. Ce chiffre est 23 fois supérieur aux lignes budgétaires actuelles de l'UE consacrées à la santé.

Surnommée le programme EU4Health, la proposition également présentée jeudi, est décrite par la Commission comme « un changeur de jeu, un véritable changement de paradigme » sur la manière dont l'UE gère la santé.

« Cette crise a clairement montré que notre capacité de réponse collective doit être portée et élevée à un niveau différent », a déclaré Stella Kyriakides, commissaire européenne chargée de la santé et de la sécurité alimentaire.

EU4Health fonctionnerait jusqu'en 2027 et vise à créer des stocks à long terme et des réserves pour les équipements médicaux.

Il souhaite également créer un bassin de médecins «volants» pouvant être envoyés dans les zones de besoin.

L'Agence européenne des médicaments et le Centre européen de contrôle des maladies (ECDC) en bénéficient également. Les deux agences auraient plus de pouvoirs en matière de vaccins et de surveillance.

« En ce qui concerne l'ECDC, nous devons chercher comment améliorer les plans de préparation et la surveillance », a déclaré Kyriakides.

L'ECDC, basé à Stockholm, a été critiqué pour avoir initialement brossé un tableau rose des risques liés à la pandémie.