La Belgique impose de nouvelles freins au coronavirus aux sports, aux loisirs et aux étudiants – POLITICO

La Belgique impose de nouvelles freins au coronavirus aux sports, aux loisirs et aux étudiants – POLITICO

23 octobre 2020 0 Par Village FSE

La Belgique annulera les opérations non urgentes et imposera une interdiction aux spectateurs lors d'événements sportifs professionnels, ainsi que des restrictions sur les cours universitaires et des limites plus strictes sur les événements culturels, a déclaré aujourd'hui le Premier ministre Alexander De Croo.

La Belgique a du mal à faire face à une augmentation des cas et a signalé 930 infections pour 100 000 personnes au cours des 14 derniers jours, selon son organisme de santé publique Sciensano. C'est le deuxième pire en Europe après la République tchèque.

De Croo a appelé les Belges à faire preuve de solidarité en temps de « crise nationale ».

En vertu des nouvelles règles, qui s'appliqueront du vendredi au 19 novembre, les sports professionnels se dérouleront désormais sur des terrains vides et les compétitions sportives amateurs sont interdites aux participants âgés de plus de 18 ans.

Dans les universités, 20% des étudiants seront autorisés à suivre des cours sur place, tandis que les autres devront suivre les cours à distance. La moitié des étudiants de première année peuvent participer sur place.

Les événements culturels, comme les théâtres, les salles de concert et les cinémas, ne pourront pas dépasser 200 spectateurs. Les parcs d'attractions fermeront mais les magasins resteront ouverts, y compris les magasins non essentiels et les coiffeurs.

A partir de lundi, les opérations non urgentes seront reportées d'un mois pour libérer des capacités hospitalières. Les opérations urgentes et les traitements vitaux, tels que la chimiothérapie et la dialyse, se poursuivront. Cette mesure sera réévaluée d'ici le 6 novembre.

« Il n'y a aucune loi, aucune règle qui pourra arrêter le virus: la durée des mesures dépend principalement de notre comportement », a déclaré De Croo aux journalistes. « Les seuls qui peuvent (l'arrêter), c'est nous. »

Plus tôt cette semaine, la Belgique a réduit les tests pour exclure les personnes qui ne présentent pas de symptômes. Mais malgré les avertissements des experts au cours de la semaine dernière, les nouvelles mesures ne constituent pas un verrouillage complet, auquel De Croo s'oppose.

Cet article fait partie de POLITICOService de police premium: Pro HealthCare. Qu'il s'agisse de prix des médicaments, d'EMA, de vaccins, de produits pharmaceutiques et plus encore, nos journalistes spécialisés vous tiennent au courant des sujets qui guident l'agenda de la politique de santé. Email (email protégé) pour un essai gratuit.